Publié le 16 Avril 2021

Cours téléchargeable pour tableau Numérique Interactif (TNI/TBI) :

http://muides2.free.fr/NP/2/renaissance.notebook

clé d'activation

 

En format PDF: http://muides2.free.fr/NP/2/renaissance.pdf

Objectifs du chapitre :

Ce chapitre vise à montrer comment l’effervescence intellectuelle et artistique de l’époque aboutit à la volonté de rompre avec le « Moyen Âge » et de faire retour à l’Antiquité.

On peut mettre en avant :

 l’imprimerie et les conséquences de sa diffusion ;

 un nouveau rapport aux textes de la tradition ;

 une vision renouvelée de l’homme qui se traduit dans les lettres, arts et sciences ;

 les réformes protestante et catholique qui s’inscrivent dans ce contexte.

Points de passage et d’ouverture

1508 – Michel-Ange entreprend la réalisation de la fresque de la Chapelle Sixtine.

 Érasme, prince des humanistes.

 1517 – Luther ouvre le temps des réformes.

Partie I: Comment le rapport des Européens avec Dieu évolue-t-il au XVIème siècle ?

A -  Une foi en crise et violemment critiquée : le catholicisme

Cette gravure en couleurs sur plaque de bois a été exécutée par le peintre allemand Lucas Cranach le jeune (dont le père était le peintre « officiel » de Martin Luther, le fondateur du protestantisme en Allemagne dans les années 1520). 

Elle se compose de deux parties : à droite, une critique virulente du catholicisme et à gauche une apologie du protestantisme.

Gravure de Lucas Cranach le Jeune, La vraie et la fausse Église, 1546.

Gravure de Lucas Cranach le Jeune, La vraie et la fausse Église, 1546.

La "fausse" église: Moine surmonté d'un diable qui lui souffle des instructions à l'oreille

 

 

 

 

 

Fidèles désordonnés, peu attentifs.

Pape vendant des indulgences = corruption

Pélerinage et extrême-onction : inutiles et hors de la vraie foi pour les protestants.

St François d'assises et Dieu effondrés.

Autre interprétation: Les moines se prennent pour Dieu

Chaos.

B - Une foi nouvelle et recentrée sur les fondamentaux : le protestantisme
 

 

Luther dirige la messe. Il s'appuie sur la Bible, pas sur le clergé.

 

 

Fidèles attentifs, en ordre.

Homme portant la croix = Dévotion, piété

Baptême

 

 

et communion

 

Deux sacrements seulement pour les protestants.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

- les calvinistes ou réformés (mouvement fondé par Calvin) se situent surtout en Suisse, dans le Sud de la France, aux Pays-Bas et en Ecosse

- Les anglicans (mouvement fondé par le roi d’Angleterre Henri VIII parce que le Pape a refusé son divorce) est la nouvelle religion officielle en Angleterre.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
C. La virulence catholique face au protestantisme

 Face au développement du protestantisme, l’Eglise catholique réagit fermement : 

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Cela dit, elle améliore la formation des prêtres, en créant le séminaire (institution de formation des prêtres).

Cela dit, elle améliore la formation des prêtres, en créant le séminaire (institution de formation des prêtres).

Construction de nouvelles églises plus ostentatoires

Un exemple d'église de la Contre-Réforme : Sainte-Marie à Steyr (Autriche).

Un exemple d'église de la Contre-Réforme : Sainte-Marie à Steyr (Autriche).

Au XVIème siècle, des conflits religieux éclatent entre catholiques et protestants.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

En Allemagne comme en France, des « guerres de religion » opposent de façon très violente le clan catholique au clan protestant (qui font preuve, l’un comme l’autre, d’une très grande intolérance religieuse et provoquent des milliers de morts).

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

En Allemagne, les conflits prennent fin avec la signature de la paix d’Augsbourg en 1555 (Charles Quint reconnaît la liberté religieuse dans le Saint-Empire). 

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

En France, les « guerres de religions » s’achèvent lorsqu’Henri IV (qui était à l’origine protestant mais qui s’est converti au catholicisme pour monter sur le trône) rédige l’édit de Nantes en 1598 (qui accorde la liberté confessionnelle).

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Partie II: Quel nouveau regard sur l’homme les Européens ont-ils aux XVème-XVIème siècles ?
A - Etude de cas : Léonard de Vinci, un artiste italien de la Renaissance

 

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe


J’ai un moyen de construire des ponts très légers et faciles à transporter, pour la poursuite de l’ennemi en fuite ; d’autres plus solides qui résistent au feu et à l’assaut, et aussi aisés à poser et à enlever. Je connais aussi des moyens de bruler et de détruire les ponts de l’ennemi.

Dans le cas d’investissement d’une place, je sais comment chasser l’eau des fossés et faire des échelles d’escalade et autres instruments d’assaut.

Item. Si par sa hauteur et sa force, la place ne peut être bombardée, j’ai un moyen de miner toute forteresse dont les fondations ne sont pas en pierre.

Je puis faire un canon facile à transporter qui lance des matières inflammables, causant un grand dommage et aussi grande terreur par la fumée.

Item. Au moyen de passages souterrains étroits et tortueux, creusés sans bruit, je peux faire passer une route sous des fossés et sous un fleuve.

Item. Je puis construire des voitures couvertes et indestructibles portant de l’artillerie et, qui ouvrant les rangs de l’ennemi, briseraient les troupes les plus solides. L’infanterie les suivrait sans difficulté.

Je puis construire des canons, des mortiers, des engins à feu de forme pratique et différents de ceux en usage.

Là où on ne peut se servir de canon, je puis le remplacer par des catapultes et des engins pour lancer des traits d’une efficacité étonnante et jusqu’ici inconnus. Enfin, quel que soit le cas, je puis trouver des moyens infinis pour l’attaque.
 

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
B - Une inspiration antique qui place l’homme au centre du monde

L’Humanisme et la Renaissance placent l’homme au centre du monde : celui-ci est digne d’être un sujet de réflexion et de création. Pour Pic de la Mirandole, l’homme n’est plus considéré comme une simple créature divine (au même titre que les autres animaux), il dispose de raison donc de liberté, ce qui en fait un être vivant supérieur.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

On retrouve cette conception humaniste* chez Erasme, Rabelais ou Montaigne...  

(*courant de pensée né en Italie au XVème siècle qui s’inspire de la pensée antique et exalte la liberté de l’homme).

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

On retrouve bien cette idée sur la fresque du Pérugin : les êtres humains occupent le premier plan et mesure la moitié de la hauteur de la fresque. Au centre, Jésus remet les clés du paradis à Saint-Pierre.

 fresque du Pérugin, un peintre italien, 1482, chapelle Sixtine, Vatican. On y voit Jésus qui remet les clefs du paradis à Saint-Pierre.

fresque du Pérugin, un peintre italien, 1482, chapelle Sixtine, Vatican. On y voit Jésus qui remet les clefs du paradis à Saint-Pierre.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Raphaël, L'école d'Athènes

Raphaël, L'école d'Athènes

Carpaccio dans cette peinture opère une synthèse totale et cohérente des multiples rapports entre centre géométrique , perspective et nombre d’or. Loin de l’anecdote, il attribue ces ordres aux éléments figurés, tantôt le dieu unique ( jésus ressucité, et St Esprit) au centre, dans la niche etc. et St Augustin, décentré, dans la dynamique de la recherche et de la quête.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

Le baptème du Christ, Piero Della Francesca. Cas assez rare de construction géométrique dans un paysage. Place remarquable sur les pieds, le sexe, le nombril, la bouche et la main de jean Baptiste.
Point de fuite sur un angle remarquable du triangle équilatéral.
les pieds à la limite du reflet sur l’eau, du ciel divin.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

L’Humanisme et la Renaissance s’inspirent largement de l’Antiquité. Les humanistes – comme Pic de la Mirandole – travaillent en effet sur les grands textes philosophiques et scientifiques de l’Antiquité qu’ils (re)traduisent et commentent afin de faire progresser la science de leur époque. 

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

Ces deux documents présentent l’avantage d’avoir été élaborés au début de l’Humanisme et de la Renaissance. Ils nous renseignent donc bien sur l’état d’esprit des intellectuels et des artistes de ce temps-là. 

Cependant, ils proviennent uniquement d’intellectuel et artiste italien, ce qui donne une vision restreinte des mouvements que sont l’Humanisme et la Renaissance qui revêtent une dimension européenne.

C - Des influences intellectuelles et artistiques qui se mélangent

L’Humanisme est un mouvement présent dans toute l’Europe : on le trouve présent à proximité de toutes les universités européennes et de tous les grands ateliers d’imprimerie.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
- Les voyages et les échanges de lettres entre humanistes ont permis la diffusion des idées : c’est toujours le cas d’Erasme qui a beaucoup voyagé en Europe.

- Les voyages et les échanges de lettres entre humanistes ont permis la diffusion des idées : c’est toujours le cas d’Erasme qui a beaucoup voyagé en Europe.

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

- L’invention de l’imprimerie (en 1450 par Gutenberg à Mayence) permet de ne plus avoir à recopier des manuscrits pour les reproduire (le travail est donc plus rapide et permet une reproduction en grande quantité).

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

Conclusion

Les XVème et XVIème siècles sont marqués par d’importantes transformations intellectuelles pour les Européens : la vision qu’ils ont de la planète change, la perception de la place de l’homme dans le monde est modifiée, le rapport à Dieu est bouleversé par la Réforme…

Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe
Renaissance, Humanisme et réformes religieuses : les mutations de l’Europe

Voir les commentaires

Rédigé par M. Orain

Repost0

Publié le 16 Avril 2021

Objectifs du chapitre

Ce chapitre vise à montrer le basculement des échanges de la Méditerranée vers l’Atlantique après 1453 et 1492, ainsi que le début d’une forme de mondialisation.

 

On peut mettre en avant les conséquences suivantes en Europe et dans les territoires conquis :

 la constitution d’empires coloniaux (conquistadores, marchands, missionnaires…) ;

 une circulation économique entre les Amériques, l’Afrique, l’Asie et l’Europe ;

 l’esclavage avant et après la conquête des Amériques ;

 les progrès de la connaissance du monde ;

 le devenir des populations des Amériques (conquête et affrontements, évolution du peuplement amérindien, peuplement européen, métissage, choc microbien).

 

Points de passage et d’ouverture

 L’or et l’argent, des Amériques à l’Europe.

 Bartolomé de Las Casas et la controverse de Valladolid.

 Le développement de l’économie « sucrière » et de l’esclavage dans les îles portugaises et au Brésil.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

Prise de Tenochtitlan (article + kmz)

➔ On peut parler d’une première mondialisation née de la violence d’une conquête armée où l’Europe va imposer ses valeurs religieuses et culturelles.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
Partie I : La « découverte » du « Nouveau monde » par les Européens
A -  Un contexte favorable à de nouvelles expéditions audacieuses
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

➔ Pour réaliser ces objectifs, l’Amiral de la flotte Christophe Colomb bénéficie de progrès techniques et scientifiques récents dans le domaine de la navigation :

- La redécouverte des travaux du Grec Ptolémée, le fondateur de la cartographie scientifique au IIe siècle. Diffusée par l’imprimerie, son œuvre montre que la Terre est ronde et que les Européens n’en connaissent qu’une petite partie

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
Astrolabe (instrument qui mesure l’angle formé par l’horizon et un corps céleste, donnant ainsi la latitude exacte mais pas la longitude) afin de s’orienter et de se déplacer sur les mers et océans.

Astrolabe (instrument qui mesure l’angle formé par l’horizon et un corps céleste, donnant ainsi la latitude exacte mais pas la longitude) afin de s’orienter et de se déplacer sur les mers et océans.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
Planisphère de Cantino (~1502), la plus ancienne carte de navigation portugaise connue, dévoilant le résultat des voyages de Vasco da Gama aux Indes, de Christophe Colomb en Amérique centrale, de Gaspar Corte-Real à Terre Neuve et de Pedro Álvares Cabral au Brésil, ainsi que le méridien du Tordesillas, Bibliothèque universitaire de Modène

Planisphère de Cantino (~1502), la plus ancienne carte de navigation portugaise connue, dévoilant le résultat des voyages de Vasco da Gama aux Indes, de Christophe Colomb en Amérique centrale, de Gaspar Corte-Real à Terre Neuve et de Pedro Álvares Cabral au Brésil, ainsi que le méridien du Tordesillas, Bibliothèque universitaire de Modène

Les Portugais veulent garder secrète cette nouvelle route maritime, dont ils veulent le monopole : « pour qu’on ne sache pas leur route, ni la façon de se diriger dans ces régions et pour éviter ainsi que d’autres gens ne s’en mêlent ». 

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
B - Des motivations diverses

➔ Le projet de Christophe Colomb est de se rendre en Asie : « (les rois catholiques) pensèrent m’envoyer aux Indes. » Il précise qu’il leur a donné des informations sur « un Prince qui se nomme le Grand Khan » c’est-à-dire le souverain de Chine. Il s’agit d’établir une nouvelle voie commerciale vers l’Orient ou il souhaite procurer des épices, de la soie et de l’or.

➔ Les souverains espagnols voient plusieurs intérêts à financer l’expédition du marin génois :

- la recherche de nouvelles routes commerciales exclusives vers l’Asie.

- L’acquisition de nouveaux territoires sources de richesses minières (or, argent...) et de profits qu’il ne faut pas laisser au Portugal.

- Enfin, les préoccupations religieuses : les souverains espagnols voient dans l’expédition de Christophe Colomb comme une mission d’évangélisation : « convertir ces peuples à notre Sainte foi ». Il s’agit donc un objectif religieux dans le prolongement de ce qui vient de s’achever en Espagne.

En effet, depuis la chute de Constantinople, l’empire ottoman apparaît comme une menace qu’il faut compenser par l’évangélisation de nouvelles populations en Afrique ou en Asie. La conquista prolonge la reconquista.

➔ Christophe Colomb est anobli et nommé vice-roi et gouverneur de « toutes les îles de la terre ferme que je découvrirai ». Ce qui montre que la découverte d’une vaste étendue de terre n’est pas anticipée.

C - De nombreux voyages d’exploration qui révolutionnent la perception du monde des Européens

➔ Le 3 août 1492, l’expédition de l’amiral Colomb, constituée de 87 hommes et de trois navires, la Pinta, la Niña, et la Santa Maria quitte l’Espagne.

➔ La traversée dure trois semaines et au soir du 11 octobre, la terre est en vue. Le 12 octobre Colomb débarque sur une île des Bahamas baptisée immédiatement San Salvador.

➔ Il pense avoir atteint une île proche du Japon. Son premier contact avec les indigènes, qu’il nomme « indiens », se passe bien car ils sont pacifiques mais leur langue est inconnue. L’amiral explore ensuite les Bahamas, l’île actuelle de Cuba, puis celle de Saint Domingue.

➔ Au cours de ses quatre voyages l’amiral a découvert les principales îles de la mer des Caraïbes : l’archipel des Bahamas, l’île de Cuba, celle d’Haïti ou Saint Domingue, la Jamaïque, Porto-Rico et les Antilles.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
Partie II: Un « Nouveau Monde » progressivement conquis et colonisé par les Européens
A - Les puissances européennes se partagent le monde et se l’approprient

Avant même d’avoir exploré le Nouveau Monde, les puissances espagnoles et portugaises se partagent le monde.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

➔ Les conquérants militaires succèdent aux explorateurs. Les conquistadores ibériques
prennent le contrôle des nouveaux territoires par les armes. Parmi eux, on trouve
notamment Hernán Cortés qui, en 1521, fait tomber l’empire aztèque, dans l’actuel Mexique, au bénéfice des rois espagnols. Cortès devient en 1522 gouverneur et capitaine général de la Nouvelle-Espagne dont la capitale est désormais appelée Mexico.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

Au terme d’un siège de trois mois, le 13 août 1521, les troupes de Cortés passent à l’offensive et prennent possession de Tenochtitlan.


« Guatemuz [successeur de Moctezuma, mort en 1520] pria Cortés de permettre que tout ce qui restait des Mexicains dans la capitale sortit et se réfugiât dans les villages alentour. Pendant trois jours et trois nuits, les trois chaussées furent absolument couvertes d’Indiens, de femmes et d’enfant sortant à la file sans discontinuer, si maigres, si sales, si jaunes, si infects que c’était pitié à voir.
Cortés fit visiter la ville aussitôt qu’elle fut évacuée. Il trouva, ainsi que je l’ai dit, toutes les maisons pleines d’Indiens morts et, au milieu des cadavres, quelques pauvres Mexicains qui n’avaient pas la force de sortir. […] Le sol de la ville était partout remué pour mettre à nu les racines des plantes que les assiégés faisaient bouillir pour leur nourriture. Ils avaient même mangé l’écorce des arbres. Nous ne trouvâmes pas la moindre eau douce dans la ville ; toute l’eau était salée. Il est important aussi de
faire remarquer que les habitants ne mangèrent pas la chair des vrais Mexicains, mais seulement celle de leurs ennemis de Tlaxcala et des nôtres, quand ils en purent prendre. Il n’y eut certainement jamais dans le monde un peuple qui ait eu tant à souffrir de la faim, de la soif et des combats sans trêve. »


Bernal Diaz del Castillo, La conquête du Mexique, vers 1550.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

➔ Les monarques ibériques se trouvent dès lors à la tête de véritables empires. Ils possèdent et exploitent des terres sur plusieurs continents. Des Européens venus du Portugal et d’Espagne construisent des cités coloniales comme Mexico, Lima (Pérou) ou encore Salvador (Brésil). Chaque Couronne y instaure ses lois, ses tribunaux, son administration, ses écoles et universités. Les monarques tentent également d’imposer leur contrôle et leur monopole sur le commerce et l’immigration dans les colonies.

➔ La présence des autres puissances européennes restant marginale au XVI° siècle. 

B - La mise en place d’un système colonial

➔ Pour les Espagnols, les Indiens sont « idolâtres » car ils sont polythéistes.
Il est urgent de les convertir à la « sainte doctrine » c’est-à dire aux catholicismes. Les Espagnols veulent absolument interdire ces sacrifices humains « pratiques honteuses ».

 
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

PPO industrie sucrière et escalavage

➔ Les plantations sucrières, d’abord expérimentées par les Portugais dans les îles atlantiques (Madère, Sao Tomé), se développent ensuite au Brésil et aux Caraïbes. Un nouveau système économique s’organise, tourné vers l’exportation des produits exotiques. Il fonctionne grâce au travail des esclaves, d’abord des Amérindiens, puis des Africains avec la traite négrière.

➔ Au XVe siècle, dans un premier temps, les Portugais capturent eux-mêmes des esclaves sur les côtes africaines, puis ils commencent à les acheter à des négriers africains. Ces esclaves sont vendus au Portugal ou travaillent dans les plantations des îles portugaises. Avec le développement d’une économie coloniale sur le continent américain et l’effondrement de la population amérindienne, les Portugais mettent en place la traite atlantique.

 

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
C - De très lourdes conséquences sur les non européens

➔ Les Espagnols ont donc employé les Indiens dans des mines d’or et d’argent et sur des grandes plantations. Les Amérindiens sont décimés par le travail forcé et les mauvais traitements.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »
Partie III : Une première forme de mondialisation qui est très rapidement sujette à débat
A -  Un centre de gravité économique qui bascule de la Méditerranée à l’Atlantique

PPO : L’or et l’argent, des Amériques à l’Europe

➔ Les Grandes Découvertes bouleversent les circuits commerciaux traditionnels, même si la Méditerranée reste un espace privilégié pour le commerce avec l’Orient. L’essor du commerce atlantique annonce le déclin relatif de Gênes et Venise au profit des grands ports de la façade océanique de l’Europe comme Lisbonne et Séville, mais aussi Anvers sur la mer du Nord.

➔ La découverte puis le transfert en Europe des nouvelles richesses vont durablement transformer l'économie européenne.

➔ Désormais présents sur les trois autres continents qu’ils connaissent, les Européens sont en mesure de mettre en place une véritable économie-monde, exploitant leurs ressources coloniales et stimulant le commerce au profit des métropoles et de leurs ports, comme Lisbonne ou Anvers.

➔ Dorénavant, les épices asiatiques sont directement importées par les Portugais, tandis que les cultures du tabac et de la canne à sucre sont développées dans l’espace atlantique. L’or et l’argent américains sont extraits et convoyés à Séville.

➔ L’Europe exporte quant à elle ses produits manufacturés vers les colonies. Elle échange sur les côtes africaines des armes, des vêtements, des outils contre des esclaves destinés aux plantations des îles atlantiques et d’Amérique, profitant de l’économie de traite

➔ L'afflux d'or et d'argent ouvre une période de croissance économique qui est également marquée par une inflation importante, en Espagne notamment.

➔ Les réseaux commerciaux se développent mettant en place une économie mondiale
 

B - Une mondialisation culturelle

➔ Si le concept de mondialisation concerne évidemment des flux de nature économique, celle-ci possède également une dimension culturelle par le biais de la diffusion de nouvelles habitudes, pratiques religieuses, ainsi que par des métissages entre les différentes cultures.

➔ Les Européens imposant leur propre vision du monde, remodelant l‘univers amérindien conformément à leur propre logique sociale, provocant une acculturation plus ou moins importante des territoires conquis.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

➔ Les colons européens sont le plus souvent de jeunes hommes, qui trouvent des femmes parmi la population locale. Les unions mixtes se développent, les populations se métissent.

Hernan Cortés prend pour compagne une Amérindienne, « la Malinche », reçue en présent  lors de la conquête du Mexique et qui joue auprès de lui le rôle de conseillère et d’interprète.

Ils ont un enfant et elle est depuis considérée à la fois comme une victime de la conquête, une traîtresse à la cause de son peuple, mais aussi comme la mère du peuple mexicain moderne.

➔ Les habitudes alimentaires des Européens sont peu à peu modifiées par la diffusion de plantes issues du continent américain en Europe : tomate, maïs, cacao, avocat, piment et tabac. Ces produits sont ensuite utilisés de manière inédite en Europe, ce qui est une autre forme d’acculturation.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

➔ Les transformations brutales auxquelles ont été soumis les peuples amérindiens ont néanmoins provoqué une remise ne question de la part de nombreux intellectuels européens. 

C - Une colonisation critiquée en Europe

PPO : Bartolomé de Las Casas et la controverse de Valladolid.

➔ Certains religieux sont parmi les premiers à chercher à protéger les amérindiens contre les abus des colons. L’Église condamne dès 1537 l’esclavage des Amérindiens, affirmant leurs droits fondamentaux à la liberté et à la propriété. Mais le statut des indigènes fait débat en Europe.

L’ouverture atlantique : les conséquences de la découverte du « Nouveau Monde »

Conclusion :
➔ En cherchant la route de l’Est, l’Europe s’est découvert un Ouest, et par la même occasion a créé un Sud. Cette nouvelle géographie s’est rapidement exprimée sous la forme de nouvelles représentations graphiques comme le planisphère qui aujourd’hui encore reste une des formes dominantes de représentation du monde (carte orientée au Nord, inscrite dans un rectangle, souvent européocentrée) dont une des plus célèbres est celle de Mercator.

➔ A la suite de la « découverte » de ces nouveaux territoires deux grands empires européens se sont constitués au détriment des natifs laissés sans protection et des esclaves africains  sans droits. Les richesses ont alors afflué vers l’Europe tandis tandis que les colons ont affirmer leur puissance et leur contrôle des nouveaux territoires.

➔ Cet élargissement des horizons géographiques des Européens n’est néanmoins pas le seul bouleversement majeur de la Renaissance car dans le même temps le continent européen connaît une période d’intense activité intellectuelle, scientifique et artistique. 

Voir les commentaires

Rédigé par M. Orain

Repost0