Publié le 21 Août 2021

Thème 3 : La Troisième République avant 1914 : un régime politique, un empire colonial (5-7 heures)

Chapitre 3. La Troisième République avant 1914 : un régime politique, un empire colonial

 

En travaux


Si vous souhaitez avoir les cours en version TBI

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le Logiciel

Smart Notebook pour tableau blanc interactif (TBI) ,

Programme http://muides2.free.fr/smart.jpg

clé d'activation

cours​​​​​​ http://muides2.free.fr/smart.jpg

http://muides2.free.fr/1T/1TH3.notebook

​​​​​​ 

Pour ouvrir les fichiers sans télécharger le programme utilisezSmart express 

 

La Troisième République avant 1914 : un régime , un empire colonial

Introduction

Colonie: C'est un territoire dominé par un autre (occupation et administration)  dans le but de l'exploiter.

Contexte: En 50 ans (de 1870 à 1920 environ) quelques états (surtout européens) vont se partager la planète entière (Russie, Japon et Etats-Unis exceptés)
Ils vont ainsi coloniser toute l'Afrique (sauf  le Libéria), toute l'Océanie et une bonne partie de l'Asie. Et  quand ils échouent (comme en Chine et au Moyen-Orient) ils se partagent les territoires en "zone d'influences" (Chine) ou en protectorat (Moyen-Orient dans les années 1920).

En 1870 l'Empire colonial Français est le deuxième au monde derrière celui du Royaume-Uni. Il est composé de 5,5 millions d'habitants sur une superficie d'un million de kilomètres carrés. En 1914 il est passé à 48 millions d'habitants su r11 millions de kilomètres carrés.

Partie I: L'Empire colonial Français

A -  La conquête de territoires par différentes méthodes

1- La "tâche d'huile"

L'expansion de ports commerciaux Comme Dakar au Sénégal.

Métropole et colonies

2- L'exploration scientifique ou culturelle

Il y a des explorations vers toutes les parties mal connues de la planète (essentiellement en Afrique, dans l'Asie centrale et aux pôles). Ces expéditions cachent bien souvent d'autres ambitions.

Un exemple d'exploration culturelle: Le voyage d'Eugène Delacroix au Maroc

Eugène Delacroix accompagne la mission diplomatique française auprès du sultan Abd Al-Rahman en 1832. Au fil du voyage, il emplit ses carnets de croquis et d'aquarelles. Le voyage de sept mois, effectué entre janvier et juin 1832, au Maghreb et en Andalousie est un événement majeur de la vie du peintre.

Ce mouvement culturel est appelé Orientalisme. C'est un mouvement artistique où l'Orient est fantasmé source d'imagination et de curiosité. 

Dessin de Delacroix, un jeune femme juive assise, Tanger, 1832

Dessin de Delacroix, un jeune femme juive assise, Tanger, 1832

Un famille juive de Tanger, 1832

Un famille juive de Tanger, 1832

"Fanatiques de Tanger",tableau peint Vers 1837-38

"Fanatiques de Tanger",tableau peint Vers 1837-38

Le Sultan du Maroc et son entourage,1845

Le Sultan du Maroc et son entourage,1845

" Le pittoresque abonde ici. A chaque pas, il y a des tableaux tout faits qui feraient la fortune et la gloire de vingt générations de peintres [...] C'est un lieu fait pour les peintres […] le beau y abonde, non le beau si vanté dans les tableaux à la mode, mais quelque chose de plus simple, de plus primitif, de moins fardé."   Dans son journal, le peintre revient sans cesse sur cette noblesse naturelle des peuples du Maghreb, une beauté pure, violente, mais sans affectation: "   Ils sont plus près de la nature de mille manières […] La beauté s'unit à tout ce qu'ils font. Nous autres, dans nos corsets, nos souliers étroits, nos gaines ridicules, nous faisons pitié! La grâce se venge de la science. "

" Le pittoresque abonde ici. A chaque pas, il y a des tableaux tout faits qui feraient la fortune et la gloire de vingt générations de peintres [...] C'est un lieu fait pour les peintres […] le beau y abonde, non le beau si vanté dans les tableaux à la mode, mais quelque chose de plus simple, de plus primitif, de moins fardé." Dans son journal, le peintre revient sans cesse sur cette noblesse naturelle des peuples du Maghreb, une beauté pure, violente, mais sans affectation: " Ils sont plus près de la nature de mille manières […] La beauté s'unit à tout ce qu'ils font. Nous autres, dans nos corsets, nos souliers étroits, nos gaines ridicules, nous faisons pitié! La grâce se venge de la science. "

La vision des scientifiques et de artistes est Européocentrée, c'est à dire que l'ensemble des études sont faites à partir d'un point de vue Européen. 

France, Paris, la pagode d'Angkor conçue pour l'exposition universelle de 1889

France, Paris, la pagode d'Angkor conçue pour l'exposition universelle de 1889

Le protectorat français répond à des multiples causes (volonté de contrôler le Mékong, évangélisation, ouverture à la Chine intérieure, lobbying des missions étrangères...)

Le protectorat français répond à des multiples causes (volonté de contrôler le Mékong, évangélisation, ouverture à la Chine intérieure, lobbying des missions étrangères...)

Ce sont donc de multiples causes qui  "justifient" l'installation d'un protectorat Français au Cambodge en 1863.

Le Cambodge est intégré en 1887 à l'Indochine française. 

En novembre 1949, il devient État associé de l'Union française.

En 1953, pendant la guerre d'Indochine, le roi Norodom Sihanouk proclame l'indépendance.

1954: Indépendance.

 

3- Par la force

Les troupes coloniales imposent aussi leur pouvoir par la force. Plus la pression internationale est forte plus on emploie ce genre de moyen.

Métropole et colonies

Parfois la France impose la création d'un protectorat comme au Maroc ou en Tunisie. (Échec au Liban ou en Jordanie)

Etude de cas: Le partage du Maroc

En 1901, l’assassinat d’un négociant oranais sur la côte rifaine entraine l’intervention du ministre français des Affaires étrangères Théophile Delcassé. Un accord est conclu, qui autorise la France à « aider au maintien de l'ordre » l'administration marocaine dans les régions incontrôlées du Maroc oriental.

Après la conférence d'Algésiras en 1906, la France et l'Espagne se partagent l'occupation du territoire marocain, l'Espagne prenant le nord du Maroc sous sa domination à l'exception de Tanger, la ville du détroit de Gibraltar étant une ville internationale, la France quant à elle, colonise le centre du Maroc.

Métropole et colonies

Massacres et déplacements de population:
1890-1894: Dahomey
1883-1895: Madagascar 

Conclusion
Les moyens sont variés, mais les objectifs restent les mêmes...


 

 

B - Rivalités et "mission civilisatrice"

1- Invention d'une idéologie

Objectif officiel: Répandre la civilisation occidentale. Les Européens imaginent apporter la civilisation à des "barbares". En fait cette oeuvre civilisatrice sert surtout de prétexte à une domination économique. Ainsi on envoie des missions pour "sauver l'âme des petits noirs" avec l'aide de l'Eglise (acculturationProcessus par lequel une personne ou un groupe assimile une culture étrangère à la sienne. ) 

 

Exercice type Bac, analyse de documents

Etude de documents: Comparez ces deux documents et montrez en quoi ils représentent une vision dominatrice de la civilisation occidentale sur les civilisations colonisées ? Comment légitiment ils la colonisation ?

Couverture du Petit Journal, le journal le plus populaire au début du XXème siècle.

Couverture du Petit Journal, le journal le plus populaire au début du XXème siècle.

G.Dascher, couverture d'un cahier scolaire, 1900

G.Dascher, couverture d'un cahier scolaire, 1900

Une bande dessinée contemporaine, Tintin au Congo. 

L'affirmation d'une domination coloniale jugée nécessaire pour les Africains eux-mêmes.

Attention, La parution de cet album de Tintin est postérieure à la chronologie de fin de chapitre (1931 contre 1914). Pour autant elle reflète bien les mentalités du moment)

L'enfant est humilié. Il s'exprime mal. Il parle à Tintin mais c'est Milou qui lui répond (avec un langage plus élaboré)  Milou le raisonne. Il semble avoir plus d'aptitudes intellectuelles que l'enfant.   Paternaliste, il rappelle à l'enfant qu'il se trouve entre de bonnes mains, celles du colonisateur. Il ne peut donc rien lui arriver de mauvais.

L'enfant est humilié. Il s'exprime mal. Il parle à Tintin mais c'est Milou qui lui répond (avec un langage plus élaboré) Milou le raisonne. Il semble avoir plus d'aptitudes intellectuelles que l'enfant. Paternaliste, il rappelle à l'enfant qu'il se trouve entre de bonnes mains, celles du colonisateur. Il ne peut donc rien lui arriver de mauvais.

Une conséquence de ce sentiment de supériorité.

Les colonisateurs sont donc forcément aux postes de commandements car ils sont jugés comme les seuls à être intellectuellement aptes.

Les colonisateurs sont donc forcément aux postes de commandements car ils sont jugés comme les seuls à être intellectuellement aptes.

Il y aura de réels progrès de l’hygiène et de la médecine. Ces innovations intéressaient aussi les colonisateurs pour leur propre santé. Des enquêtes sont menées sur les épidémies, les découvertes dans la lutte contre le paludisme ou la maladie du sommeil, permettent en outre de légitimer la colonisation.

Il y aura de réels progrès de l’hygiène et de la médecine. Ces innovations intéressaient aussi les colonisateurs pour leur propre santé. Des enquêtes sont menées sur les épidémies, les découvertes dans la lutte contre le paludisme ou la maladie du sommeil, permettent en outre de légitimer la colonisation.

Idée que "l'Africain" est naturellement oisif (paresseux)

Idée que "l'Africain" est naturellement oisif (paresseux)

Tintin est celui qui trouve la solution au problème en remorquant, grâce à une belle automobile européenne, la locomotive fatiguée.  Il se montre plus intelligent, plus débrouillard.  Son ingéniosité et sa débrouillardise interpellent les indigènes lui proposent de rencontrer le chef local

Tintin est celui qui trouve la solution au problème en remorquant, grâce à une belle automobile européenne, la locomotive fatiguée. Il se montre plus intelligent, plus débrouillard. Son ingéniosité et sa débrouillardise interpellent les indigènes lui proposent de rencontrer le chef local

D'après ces documents il est logique que l'indigène doit soumis.  Il se tourne automatiquement vers un  blanc, comme si il avait intégré son incapacité à trouver une solution à ses problèmes. 

Officiellement les colonies française ont une  politique d'assimilation (politique visant à intégrer les peuples colonisés à la communauté française. Elle suppose l'adoption de la langue, des valeurs et de la culture de la métropole). L'Afrique ne serait ainsi que le prolongement de la France.

Dans les faits c'est plutôt une politique d'association (politique coloniale qui respecte les coutumes locales et laisse les indigènes se gouverner eux-même) 

2- La revanche de 1870

Après la défaite contre l'Allemagne en 1870, les conquêtes coloniales sont un moyen "facile" de flatter l'orgueil national. D'autant que cette conquête s'appuie sur les restes du premier Empire colonial (Réunion, Guadeloupe, Martinique, comptoirs en Inde...)

L'école devient notamment un lieu privilégié de diffusion de l'idée coloniale Naissance de l'idée d'une mission civilisatrice de la métropole vis-à vis des indigènes notamment par Jules Ferry. Les lois Ferry 1881-1882 permettent la diffusion de cette idéologie. On crée dans le même temps des bataillons scolaires.

1892: Création du Parti Colonial (groupe d'influence qui vise à promouvoir le colonialisme). C'est Eugène Étienne par exemple qui fut à l'origine de la colonisation de Madagascar, de l'Entente cordiale et du protectorat sur le Maroc. 

Carte de l'Empire colonial français en 1914

Carte de l'Empire colonial français en 1914

3- Le partage de l'Afrique

PPO 1898 – Fachoda, le choc des impérialismes.

Exercice type Bac, analyse de documents

Document 1 et 2: Étudiez les raisons de l'opposition entre la France et l'Angleterre.

Document 3 et 4: Comment la presse représente l'incident de Fachoda ?

Montrez comment la rivalité Franco-Britannique dépasse le seul enjeu de Fachoda.

Etude du livre scolaire sur Fachoda

Métropole et colonies
 

C - Administrer le territoire.

1- L'exploitation économique

Sous des aspects "humanitaires", la colonisation est un objectif égoïste dont les théories vont servir ensuite de fondement à des notions dangereuses comme celle de "l'espace vital" nécessaire à une notion développée par Hitler dans "Mein Kampf" (mon combat) dans les années 1930.

Jules Ferry légitime ainsi l'exploitation économique par une mission civilisatrice de l'occident qui se "rembourse de ses efforts par l'exploitation économique du continent.. 

« Mais il y a une autre forme de colonisation, c'est celle qui s'adapte aux peuples qui ont, ou bien un excédent de capitaux, ou bien un excédent de produits.[...] Les colonies sont pour les pays riches un placement de capitaux des plus avantageux.[...] Dans la crise que traversent toutes les industries européennes, la fondation d'une colonie, c'est la création d'un débouché… ».

(Extrait du bulletin officiel du 28 juillet 1885).

« Les supérieurs ont le droit sur les inférieurs ». Jules Ferry, 28 juillet 1885

« Les supérieurs ont le droit sur les inférieurs ». Jules Ferry, 28 juillet 1885

2- La mise en place des infrastructures

Les investissements français vont surtout les ports et les chemins de fer. Point commun, toutes ces infrastructures vont vers les ports tournés vers la métropole.  Ces investissements permettent d'exploiter les matières premières dont la métropole à besoin. 
Productions: hévéa, vanille, girofle, riz, vigne, agrumes etc. 

Carte murale scolaire de l'Afrique Occidentale et équatoriale Française

Carte murale scolaire de l'Afrique Occidentale et équatoriale Française

L'administration coloniale construit aussi des écoles. Les missionnaires servent de relais à l'État. La loi de séparation de l'Église et de l'État ne s'applique pas aux colonies.

Les missionnaires propagent le christianisme. Leur action est aussi sociale : rachat d’esclaves, fondation d'orphelinats et d'hospices, combat pour la monogamie. Ils partagent avec l’administration coloniale l’enseignement et l’action médicale. Ils participent donc au mouvement d'acculturation.

Les missionnaires propagent le christianisme. Leur action est aussi sociale : rachat d’esclaves, fondation d'orphelinats et d'hospices, combat pour la monogamie. Ils partagent avec l’administration coloniale l’enseignement et l’action médicale. Ils participent donc au mouvement d'acculturation.

L'école sert donc à faire passer une vision du monde. Comparaison des deux planches de Tintin au Congo de 1931 et de 1946.

L'école sert donc à faire passer une vision du monde. Comparaison des deux planches de Tintin au Congo de 1931 et de 1946.

Etude de cas, le Bagne de Cayenne: Le cas d'Augustin Orhant (1807-1860)

Disponible uniquement sur la version Smart Notebook.

3- L'exploitation des autochtones.

Les populations autochtones sont présentées comme belliqueuses. Elles passent leur temps à s'entre déchirer en d'interminables guerres civiles.   Seuls les européens peuvent ramener la paix. L'occupation du territoire se double donc d'une réquisition de la force de travail des autochtones pour "canaliser" cette énergie.

Les populations autochtones sont présentées comme belliqueuses. Elles passent leur temps à s'entre déchirer en d'interminables guerres civiles.  Seuls les européens peuvent ramener la paix. L'occupation du territoire se double donc d'une réquisition de la force de travail des autochtones pour "canaliser" cette énergie.

Travail forcé: Réquisition de main d'oeuvre sur une période limitée. Souvent marquée par des conditions de travail très difficiles. Il engendre une surmortalité.

Cela entraîne des mouvements de population et des famines. 

Justifier le travail forcé

Étude des deux versions de "Tintin au Congo" (1931 et 1946)

Expliquez comment Tintin Justifie la mise au travail des Africains ? Qu'y a-t-il de choquant dans cette scène ?

Les colonisateurs justifièrent l'emploi du travail forcé par la nécessité de civiliser les Africains.

Les colonisateurs justifièrent l'emploi du travail forcé par la nécessité de civiliser les Africains.

En réalité ce travail forcé n'est ni plus ni moins que de l'esclavage sans rien de "civilisationnel"

En réalité ce travail forcé n'est ni plus ni moins que de l'esclavage sans rien de "civilisationnel"

Partie II: La mise en place d'une société injuste.

A - Une discrimination par le statut.

Toutes les possessions de l'Empire Français n'ont pas le même statut.

1-  Les colonies

Elles représente la grande majorité de l'Empire colonial Français. L'Algérie est la seule colonie de peuplement (l'objectif est de coloniser durablement en envoyant une de la population de métropole, en Algérie ils ont été appelés "pieds-noirs"). Le décret Crémieux (1870) permet même aux juifs d'Algérie d'être naturalisés.

Métropole et colonies

2- Les protectorats

Les protectorats ont une forme d'autonomie et son moins nombreux. Tunisie (1881), Maroc (1912), Laos-Annam-Cambodge (Cochinchine puis Indochine). Les français y sont extrêmement minoritaires. Plus que dans les colonies. 

Algérie: 14,,3 %, AEF et AOF 0,2%, Indochine 0,1%

Les fonctionnaires sont donc peu nombreux.  Le métissage est rare mais existe (des dizaines de milliers en Indochine). Les protectorats ne sont pas soumis au code de l'indigénat (voir PPO)

 

3- Etude de cas, Saïgon, ville coloniale. PPO

Saïgon est un grand port. Elle devient la capitale économique de l'Indochine et concentre les investissements publics. Considérée par les Français comme la « perle de l’Extrême‑Orient », elle est l’expression du triomphe colonial.
 

Métropole et colonies

Saïgon passe de 33 000  habitants en 1898 à 67 000 habitants en 1913.

L'Indochine n'a jamais été une colonie de peuplement et les données du 1er recensement méthodique de 1937 fournissent de précieuses informations.

Ces données et commentaires sont extraits de l'ouvrage

Combien sont ils ?

Les "européens" n'étaient que 24.000 environ en 1913, 25.000 en 1921 et 42.345 en 1937.

Données issues de "L'évolution économique de l'Indochine Française" par Charles Robequain, professeur à la Sorbonne (1939).

Données issues de "L'évolution économique de l'Indochine Française" par Charles Robequain, professeur à la Sorbonne (1939).

L'Indochine Coloniale Plan de la ville Guide Madrolle vers 1928

L'Indochine Coloniale Plan de la ville Guide Madrolle vers 1928

Plan de Saïgon en 1893 (le livre scolaire)

Plan de Saïgon en 1893 (le livre scolaire)

- Timothée Piard-Corne, Le patrimoine bâti de Hô Chi Minh-Ville Fonctions et usages des villas de l’époque coloniale, page 29

- Timothée Piard-Corne, Le patrimoine bâti de Hô Chi Minh-Ville Fonctions et usages des villas de l’époque coloniale, page 29

 

Référence artistique.

Œuvre-phare de la bibliographie de Marguerite Duras, l'Amant a été écrit en 1984. Il s'agit d'un livre largement autobiographique reprenant la trame de son enfance en Indochine. Il a été retravaillé 7 ans plus tard sous le nom de L'amant de la Chine du Nord, un autre livre lui ressemblant beaucoup. Il est à noter qu'un livre reprenant la même trame avait déjà été écrit (Un barrage contre le Pacifique)

Couverture du livre l'Amant

Adapté en film par Jean-Jacques Annault.

Etude de vidéo: Montrez quelle est la perception de la culture locale du point de vue du narrateur.

 

Présentation de l'Indochine Coloniale en 1940

Tâche complexe:  Vous êtes journaliste dans un quotidien de métropole. Réalisez un reportage sur la ville coloniale de Saïgon. Votre article doit illustrer la vie quotidienne dans la capitale.

 

Le système des concessions favorise les abus. 

Les concessions sont des droits d'exploitation concédés par l'Etat à des sociétés privées sur un territoire donné.

B - Perceptions et réalités

1- La perception du colonisé, l'exemple de "chocolat" 

Chocolat — nom de scène de Rafael — est un clown né entre 1865 et 1868 à Cuba, et mort le  à Bordeaux. Star exotique du spectacle français de la Belle Époque, cet artiste noir a sombré dans l'oubli avant que des œuvres artistiques et livres ne le remettent en lumière, surtout à partir des années 2010.

Chocolat est un film biographique français réalisé par Roschdy Zem, sorti en 2016. Il s'inspire du livre Chocolat, clown nègre : l'histoire oubliée du premier artiste noir de la scène française de Gérard Noiriel, publié par Bayard en 2012. Le film s'écarte sensiblement de l'histoire réelle du Clown Chocolat.

Henri de Toulouse-Lautrec évolue dans sa perception de Chocolat certainement après leur première rencontre. Toulouse-Lautrec souffrant d'un lourd handicap lié à une maladie génétique, la  pycnodysostose, il était lui aussi mis en marge de la société.

Henri de Toulouse-Lautrec évolue dans sa perception de Chocolat certainement après leur première rencontre. Toulouse-Lautrec souffrant d'un lourd handicap lié à une maladie génétique, la pycnodysostose, il était lui aussi mis en marge de la société.

Etude de document: 

Quelles sont les difficultés pour l'historien pour faire des recherches sur  l'histoire de Rafael. Comment a-t-il réussi finalement à écrire cette histoire ?

 
[…] Comment écrire l’histoire d’un inconnu ? Je n’ai retrouvé aucune trace de lui dans les archives publiques. […] Cette invisibilité de la personne était aggravée, paradoxalement, par la profusion des documents sur le personnage, avec lequel on l’a constamment confondu. Chocolat reflétait le regard que les Français portaient alors sur les Noirs. […]

Regardez cette caricature de Toulouse‑Lautrec parue dans le supplément de la Revue blanche en 1895 [document n°1]. C’est la première représentation du clown Chocolat publiée dans la presse. Elle montre Foottit, le clown blanc, qui botte le cul du clown nègre, affublé d’une tête de singe […] Cette caricature a joué un grand rôle dans la diffusion du stéréotype du pauvre nègre « battu mais content » […].

Toutes les connaissances que j’avais rassemblées sur l’enfance et l’adolescence de Rafael provenaient d’une seule source : Les Mémoires de Footit et Chocolat, un livre pour enfants publié par le journaliste Franc‑Nohain en 1907. L’intérêt de cet ouvrage tient au fait qu’il s’appuie sur les souvenirs que le clown noir a confiés au journaliste. Mais les préjugés raciaux de l’auteur, sa méconnaissance des lieux évoqués par Rafael, les erreurs liées au passage de l’oral à l’écrit m’avaient d’abord incité à ne pas prendre ce livre au sérieux. Faute de source, il fallut que je le relise ligne à ligne en confrontant ces affirmations avec les travaux récents sur l’histoire de l’esclavage à Cuba. […] À cette époque, le cirque occupait encore une place très importante dans la société du spectacle. Les journaux publiaient chaque semaine les programmes des représentations. Toute cette presse est aujourd’hui numérisée et disponible dans Gallica, la bibliothèque électronique de la BNF. Grâce à cette ressource merveilleuse, j’ai pu reconstituer semaine par semaine toute la carrière de Chocolat et démontrer que les rôles stéréotypés dans lesquels la postérité l’a enfermé n’ont représenté qu’une toute petite partie de son répertoire. […]

Comment expliquer le contraste entre l’image de Chocolat donnée dans [le document 2] et celle que le même artiste avait dessinée un an plus tôt dans la Revue blanche ? Mon hypothèse est que la rencontre entre les deux artistes a eu lieu après la publication de la première caricature. Au cours de leurs soirées nocturnes bien arrosées, Toulouse‑Lautrec a découvert l’homme derrière le personnage. Sans doute s’est‑il senti coupable, lui qui souffrait aussi terriblement du regard des autres, d’avoir contribué à la stigmatisation de Chocolat. […]
 
Gérard Noiriel, « Comment écrire l’histoire d’un homme sans nom ? », conférence aux Rendez‑vous de l’Histoire à Blois, 9 octobre 2016.

2- La réalité d'une loi injuste, Le code de l'indigénat (PPO)

Le code de l'indigénat est un ensemble de règlement qui permettent aux administrateurs des colonies d'appliquer des peines aux autochtones sans procès.

1875: Code de l'indigénat mis en place en Algérie
1881: Extension à l'Indochine (suppression en 1903).
1887: Généralisation à toutes les colonies françaises.
1946: Abolition.

Ces peines restreignent les libertés (suppression de la liberté de circulation par exemple), entraîne des confiscation des terres, limite le droit de vote (1/5, puis 1/3 seulement des conseils municipaux en Algérie par exemple).

 

Le commandant de cercle peut punir les indigènes sans procès contradictoire pour des infractions spéciales, variables dans le temps et l’espace, que la loi ordinaire ne punit pas sans appel possible

Le commandant de cercle peut punir les indigènes sans procès contradictoire pour des infractions spéciales, variables dans le temps et l’espace, que la loi ordinaire ne punit pas sans appel possible

Emploi du code de l'indigénat

- Réquisition de main-d’œuvre (pression, intimidation, voire répression sont exercées principalement par les gardes de cercles et les agents recruteurs, mais le recrutement peut aussi se faire par l'intermédiaire des chefs indigènes qui apportent leur autorité et leur influence morale).

- La prestation est un impôt consistant en jours de travail au profit de chantiers publics d'intérêt local : travaux des routes, pistes et terrains d'aviation.

- La deuxième portion du contingent militaire est une forme de travail forcé dérivée de la législation militaire sur le recrutement des tirailleurs, avec des recrutements par tirage au sort.

- La main-d’œuvre pénale consiste à utiliser les prisonniers pour divers travaux urbains ou suburbains.

- L'obligation de cultiver consiste à imposer aux agriculteurs certaines cultures industrielles.

Travail forcé : la construction du chemin de fer de Guinée par des «sujets» africains de l'AOF, c.1904. La plupart des grands projets d'Afrique française à cette époque (routes, mines ou plantations) sont réalisés par le travail forcé. Il est parfois payé mais une part importante du travail forcé est obtenue par les prisonniers purgeant des peines spéciales arbitraires. Le taux de recrutement forcé atteint parfois des sommets. En 1906, 14 181 ouvriers sont recrutés à Savalou et Savè (Dahomey) pour une population totale de 39 822 (dont 13 682 hommes), soit 35 % de la population ou 100 % des hommes.

Travail forcé : la construction du chemin de fer de Guinée par des «sujets» africains de l'AOF, c.1904. La plupart des grands projets d'Afrique française à cette époque (routes, mines ou plantations) sont réalisés par le travail forcé. Il est parfois payé mais une part importante du travail forcé est obtenue par les prisonniers purgeant des peines spéciales arbitraires. Le taux de recrutement forcé atteint parfois des sommets. En 1906, 14 181 ouvriers sont recrutés à Savalou et Savè (Dahomey) pour une population totale de 39 822 (dont 13 682 hommes), soit 35 % de la population ou 100 % des hommes.

Document: Le Code de l’indigénat en Algérie (1875)


Une liste de 27 infractions spécifiques aux indigènes est établie en 1874. Elles sont sanctionnées par des peines spéciales : amendes, corvées, réquisitions, emprisonnement, etc.


Art. 1. Sont considérés comme infractions spéciales à l’indigénat et, comme telles, passibles des peines édictées par les articles 465 et 466 du Code pénal, les faits et actes ci‑après déterminés, savoir : […]


5) Négligence à se présenter devant l’administrateur ou le maire de la commune, après convocation remise par un agent de l’autorité administrative.


6) Acte irrespectueux ou propos offensants vis‑à‑vis d’un représentant ou agent de l’autorité, même en dehors de ses fonctions […]


7) Propos tenus en public dans le but d’affaiblir le respect dû à l’autorité […]


10) Refus de fournir, contre remboursement, aux prix du tarif établi par arrêté du préfet, les vivres, les moyens de transport ou les agents auxiliaires (gardiens de nuit, jalonneurs, guides) aux fonctionnaires ou agents dûment autorisés. […]


13) Négligence habituelle dans le payement des impôts et dans l’exécution des prestations en nature, manque d’obtempérer aux convocations des receveurs lorsqu’ils se rendent sur les marchés pour percevoir les contributions. […]


15) Infractions aux instructions portant règlement sur l’immatriculation des armes. […]


17) Départ du territoire de la commune sans avoir, au préalable, acquitté les impôts et sans être munis d’un permis de voyage. […]


Arrêté général sur les infractions de l’indigénat, préfecture d’Alger, 9 février 1875.

3- L'exploitation de l'image et du corps

Les colonisateurs utilisent l'image pour montrer leur domination. Les colonisés intègrent aussi leur infériorité supposée.

Saartjie Baartman, parfois prénommée Sarah Baartman, de son vrai nom Sawtche, née vers 1788-1789 dans le Cap-Oriental (Afrique du Sud) et morte le  à Paris, est une femme khoïsan réduite en esclavage et exhibée en Europe pour son large postérieur, où elle était connue sous le surnom de « Vénus hottentote ».

Son histoire, souvent prise pour exemple, est révélatrice de la manière dont les Européens considéraient à l'époque ceux qu'ils désignaient comme appartenant à des "races inférieures"

 ». Elle symbolise également la nouvelle attitude revendicative des peuples autochtones quant à la restitution des biens culturels et symboliques ainsi que des restes humains qui figurent dans les musées du monde entier.

C - Contestations

1- Les résistances locales

Les premières résistances ont lieu dès la conquête française avec par exemple le Roi Béhanzin au Dahomey ou encore Samory Touré en Afrique Occidentale.

La bataille d'Isly est le dernier affrontement de l'Expédition de la France contre le Maroc qui se déroula le 14 août 1844 à la frontière algéro-marocaine. Elle vit la victoire du Maréchal Bugeaud sur Moulay Abd al-Rahman, sultan du Maroc, qui soutenait Abd El-Kader.

La bataille d'Isly est le dernier affrontement de l'Expédition de la France contre le Maroc qui se déroula le 14 août 1844 à la frontière algéro-marocaine. Elle vit la victoire du Maréchal Bugeaud sur Moulay Abd al-Rahman, sultan du Maroc, qui soutenait Abd El-Kader.

Puis les résistances se font surtout contre le travail forcé et l'application du code de l'indigénat. 

En Afrique équatoriale française, le travail forcé constitue l'une des causes de la guerre du Kongo-wara, de 1928 à 1932.

Les résistances se font aussi contre les expropriations foncières, la pression fiscale.
- Révolte d'El Mokrani en Algérie (1871) ou des kanaks de Nouvelle-Calédonie (1871).

Contrairement au mythe de la « conquête des cœurs », les révoltes contre le colonisateur sont nombreuses, particulièrement en Indochine où elles sont permanentes.

La reine Ranavalona III (1861-1917). Dernière souveraine de Madagascar, elle règne à partir de 1883. Son pays est alors en lutte contre les forces françaises. Madagascar devient une colonie française sous l’autorité du général Gallieni. La reine, déchue en 1895, est contrainte à l’exil à La Réunion, puis à Alger où elle meurt en 1917. Ses restes sont rapatriés à Madagascar en 1938.

La reine Ranavalona III (1861-1917). Dernière souveraine de Madagascar, elle règne à partir de 1883. Son pays est alors en lutte contre les forces françaises. Madagascar devient une colonie française sous l’autorité du général Gallieni. La reine, déchue en 1895, est contrainte à l’exil à La Réunion, puis à Alger où elle meurt en 1917. Ses restes sont rapatriés à Madagascar en 1938.

2- Les résistances politiques en métropole

Une opposition économique: Des économistes libéraux dénoncent les coûts financiers de la colonisation

Métropole et colonies

- La dénonciation de la violence et du racisme: Ces opposants sont surtout représentés dans une partie de la presse, des milieux artistiques, politiques et intellectuels .(Les « indigénophiles »).

Document : La genèse d’une pensée anticoloniale

En Algérie, il n’y a qu’une petite élite de Français qui classe dans l’humanité la race arabe. Pour les étrangers, les fonctionnaires, les israélites*, les colons, les trafiquants, l’arabe, moins considéré que ses moutons, est fait pour être écrasé. Le refouler dans le désert pour s’emparer de ce qu’on ne lui a pas encore pris, tel est le rêve […]. Les arabes, qui forment presque la totalité des habitants du pays, ne sont pas, ou ne sont que dérisoirement représentés, dans les assemblées qui ont pour but de s’occuper des intérêts de l’Algérie. Inutile de dire qu’ils ne peuvent défendre avec profit les intérêts de leurs mandants, aussi ne cessent‑ils de réclamer contre l’injustice des vainqueurs. Pourquoi les arabes, qui représentent par leur nombre le dixième des habitants de la France, n’auraient‑ils pas leur place au Parlement ? […] Leur exclusion politique, en les rabaissant socialement, les écrase économiquement.


Hubertine Auclert, Les Femmes arabes en Algérie, 1900.

*. Juifs.

Une opposition politique: L’Internationale socialiste condamne la colonisation et considère l’impérialisme, comme le « stade suprême du capitalisme » .

«Nous la réprouvons, parce qu’elle gaspille des richesses et des forces qui devraient être dès maintenant appliquées à l’amélioration du sort du peuple; nous la réprouvons, parce qu’elle est la conséquence la plus déplorable du régime capitaliste, qui resserre sur place la consommation en ne rémunérant pas tout le travail des travailleurs, et qui est obligé de se créer au loin, par la conquête et la violence, des débouchés nouveaux; nous la réprouvons, enfin, parce que, dans toutes les expéditions coloniales, l’injustice capitaliste se complique et s’aggrave d’une exceptionnelle corruption : tous les instincts de déprédation et de rapines, déchaînés au loin par la certitude de l’impunité, et amplifiés par les puissances nouvelles de la spéculation, s’y développent à l’aise; et la férocité sournoise de l’humanité primitive y est merveilleusement mise en oeuvre par les plus ingénieux mécanismes de l’engin capitaliste.»

Jean Jaurès, «Les compétitions coloniales», La Petite République, 17 mai 1896.

Reproches politiques aussi chez les nationalistes.

Peur de l'oubli de la reconquête de l'Alsace Lorraine.

 

Cette opposition s’atténue peu à peu, à mesure que l’empire devient une réserve d’hommes, de main d’œuvre et de soldats. 

La conscription est étendue aux indigènes en 1912.

La conscription est étendue aux indigènes en 1912.

3- L'éveil du nationalisme chez les colonisés.

Il y a une résistance culturelle et religieuse. Les injustices, le rejet des cultures locales sont exacerbées par la diffusion des idées coloniales et le sentiment de supériorité occidental.
Au Maghreb notamment, ce rejet est alimenté par la foi islamique.

Métropole et colonies

Slimane Azem: “Ffegh ay ajrad tamurt iw”  (1955)


"Criquet sort de ma terre"

J'ai un jardin clôturé
où abondent tous fruits
de la pêche à la grenade
je le travaillais sous la canicule ardente
j'y avais même planté le basilic
Il a fleuri et apparaissait au loin.
Voilà qu'arrive le criquet en hâte
Il a mangé à satiété
dévorant jusqu'aux racines

Criquet quitte mon pays;
Les richesses que tu y trouvas jadis sont épuisées,
le caïd t'a vendu ma terre dis-tu?
Exhibe les actes, s'ils sont authentiques.
Criquet tu as mangé le pays
Je me demande pour quelle raison
Tu l'as  brouté jusqu'à la porte 
Tu as dévoré l'héritage que je tiens de mon père
Que tu deviennes perdrix
L'estime est finie entre toi et moi

Tu tombes du ciel comme neige
entre crépuscule et nuit
Tu as mangé le grain et la paille
Choisissant avec soin la pitance
A moi tu as laissé le son
Tu me prenais pour une bête

Criquet comprends de toi-même
et sache bien ce que tu vaux
tu peux apprêter tes ailes
tu retourneras d'où tu es venu
sinon tu porteras seul le poids de tes péchés
et tu paieras ce que tu auras mangé

Tu m'as éreinté criquet
en moi tu laisses un mal incurable
tu te multiplies à foison
voulant laisser enraciner une descendance
mais c'est trop tard: le scribe est déjà passé
et ma chance éveillée est guérie

- La lutte pour l'égalité 

Une nouvelle génération d’élites indigènes, formées dans les écoles françaises, parfois même en métropole, revendiquent une égalité des droits.

ils entendent moderniser le pays et la société et forment des mouvements réformistes (Jeunes Algériens). 

Khaled El-Hassani Ben El-Hachemi Ibn Hadj Abdelkader, dit émir Khaled  (1875-1936)l'instigateur d'un mouvement politique appelé khalédisme

Khaled El-Hassani Ben El-Hachemi Ibn Hadj Abdelkader, dit émir Khaled (1875-1936)l'instigateur d'un mouvement politique appelé khalédisme

 

 

Conclusion

Malgré les prétextes humanistes l'objectif principal des colonisateurs est d'exploiter les ressources (matérielles et humaines)

Certains des ces résultats peuvent avoir un intérêt pour les colonisés (soins, routes, chemin de fer, écoles...) mais ils ne sont jamais associés aux projets de développement et leurs anciennes structures sociales disparaissent. Une politique de ségrégation injuste a été mise en place.

Les colonies n'ont pas, rapporté d'argent à la Métropole (déficit de 70 milliards de francs or estimé soit trois fois le plan Marshall pour la France selon Jacques Marseille)

Mais la colonisation a apporté à la France des ressources (en personnel, minerais, hydrocarbures) nécessaires au développement son économie.

Elle a apporté aussi une influence politique encore existante (exploitation de l'uranium au Niger par Areva, du pétrole et du gaz algérien par Total par exemple).

Métropole et colonies

Exercice type Bac, répondre à une question problématisée:

- Quelle est la politique coloniale de la IIIème République

- Comment fonctionne les sociétés coloniales dans l'Empire ftançais de 1870 à 1914 .

 

Sources:

- Manuel le livre scolaire.

- Belle Indochine 

Marguerite Duras

- Timothée Piard-Corne, Le patrimoine bâti de Hô Chi Minh-Ville Fonctions et usages des villas de l’époque coloniale

- Gérard Noiriel, « Comment écrire l’histoire d’un homme sans nom ? », conférence aux Rendez‑vous de l’Histoire à Blois, 9 octobre 2016.

Voir les commentaires

Rédigé par M. Orain

Repost0

Publié le 21 Août 2021

Thème 2 : Les transformations politiques et sociales de la France de 1848 à 1870 (5-7 heures)

Chapitre 1. Politique et société en France sous la Deuxième République et le Second Empire.

En travaux


Si vous souhaitez avoir les cours en version TBI

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le Logiciel

Smart Notebook pour tableau blanc interactif (TBI) ,

Programme http://muides2.free.fr/smart.jpg

clé d'activation

cours​​​​​​ http://muides2.free.fr/smart.jpg

http://muides2.free.fr/1T/1TH2.notebook

Pour ouvrir les fichiers sans télécharger le programme utilisezSmart express 

 

Politique et société en France sous la Deuxième République et le Second Empire
Partie I: La seconde République et ses avancées démocratiques.
A -  Liberté politique et suffrage universel masculin

1- Une victoire du peuple.

Le gouvernement provisoire. Le 24 février 1848, la foule parisienne obtient l’abdication du roi Louis‑Philippe. La République est proclamée et un gouvernement provisoire constitué. Le suffrage universel masculin est institué sous l’impulsion d’Alexandre Ledru‑Rollin et d’Alphonse de Lamartine. Les délits d’opinion et la censure des journaux, des arts et des spectacles sont supprimés.

2- Une effervescence démocratique.

Des arbres de la liberté, bénis par des prêtres, sont plantés partout en France pour célébrer la révolution. De nombreux débats politiques ont lieu au sein de clubs et de salons. Ils sont relayés par les journaux, qui se multiplient dès le début du printemps. Des revendications en faveur de l’émancipation féminine se font entendre, portées notamment par le journal La Voix des femmes fondé par Eugénie Niboyet.

3- Une première assemblée sans majorité claire.

L’Assemblée constituante. Élue le 23 avril 1848, elle est dominée par les républicains modérés, qui l’ont emporté sur les républicains radicaux et les socialistes. De nombreux députés conservateurs et monarchistes ont néanmoins été élus.

B - Une égalité encore à conquérir

1- L'abolition de l'esclavage

Préparé par Victor Schœlcher, le décret abolissant l’esclavage au nom des principes de liberté, d’égalité et de fraternité est signé par le gouvernement provisoire le 27 avril 1848. Les esclaves affranchis deviennent citoyens, obtiennent officiellement un nom et sont inscrits à l’état civil. Cependant, pour ménager les colons, un contrôle sévère continue d’être exercé sur les anciens esclaves.

2- Les revendications des femmes

Les féministes contestent l’exclusion des femmes de la vie politique et demandent à être des citoyennes à part entière. Elles s’expriment dans des pétitions, dans la presse et dans les clubs. Cependant, elles ne trouvent aucun relais parmi les dirigeants politiques, même progressistes. Le Code civil, qui fait d’elles des mineures, n’est jamais remis en question. Dès juillet 1848, l’accès aux clubs et aux réunions publiques leur est interdit.
C -Une République sociale ?

1- Des ouvriers au gouvernement.

Le mouvement ouvrier a joué un rôle décisif dans la révolution de février et est représenté au gouvernement provisoire, notamment par le socialiste républicain Louis Blanc et par le représentant du mouvement ouvrier Albert Martin. Louis Blanc obtient par un décret du 25 février que le gouvernement s’engage à « garantir l’existence de l’ouvrier par le travail ».

2- Les ateliers nationaux

Ils sont créés dès le 26 février pour donner du travail aux 184 000 chômeurs parisiens et à ceux de plusieurs autres grandes villes. Confiés au républicain modéré Pierre Marie de Saint‑Georges, ils sont mal organisés et s’avèrent rapidement un échec : le travail manque, de nombreux ouvriers sont désœuvrés.

Partie II: Agonie de la seconde République (juin 1848 - décembre 1851)
A - la déception des ouvriers

1- Des tensions accrues entre modérés et ouvriers.

Après les élections d’avril 1848, le mouvement ouvrier organise des manifestations massives pour mettre l’Assemblée sous pression. Les députés républicains modérés et conservateurs dénoncent les Ateliers nationaux comme inutilement coûteux et comme des foyers de subversion politique.

2- La répression des journées de juin

Le 21 juin, un décret pris par la Commission exécutive, sans consultation de l’Assemblée, prépare la dissolution des Ateliers nationaux. En réaction, 400 barricades sont dressées dans Paris le 23 juin. L’Assemblée charge le ministre de la Guerre, Eugène Cavaignac, de mener une violente répression, des centaines d’insurgés sont tués sur les barricades, des milliers exécutés sommairement à la suite des combats ou emprisonnés. Les principaux dirigeants ouvriers sont arrêtés ou contraints à l’exil. Les liens entre la République et les mouvements ouvriers et socialistes sont rompus

B - L'élection de Louis-Napoléon Bonaparte

1- Une nouvelle constitution

Les députés adoptent une Constitution démocratique fondée sur une stricte séparation des pouvoirs (doc. 3). L’Assemblée nationale et le président de la République sont élus au suffrage universel masculin direct. En cas de conflit, aucune de ces institutions ne peut s’imposer à l’autre. Aucun droit politique n’est accordé aux femmes.

2- Une élection sur le prestige.

Louis‑Napoléon Bonaparte, neveu de l’empereur Napoléon Ier, se présente face à Cavaignac, le candidat des républicains modérés. Bonaparte a peu d’expérience politique, mais il bénéficie du prestige de son nom et parvient à rallier une partie des conservateurs et des libéraux. L’élection du 10 décembre 1848 est un triomphe pour Bonaparte, qui obtient 74 % des voix.

C - Ordre, réaction et limitation de la démocratie.

1- Le retour des conservateurs

Les élections législatives des 13 et 14 mai 1849 sont remportées par les conservateurs. Les républicains radicaux et socialistes font une percée importante (35 % des voix) tandis que les modérés, en net recul, se rallient peu à peu au parti de l’Ordre. Celui‑ci limite les libertés et réprime les opposants politiques : la socialiste Jeanne Deroin est par exemple emprisonnée en mai 1850.

2- La restriction du suffrage universel.

Inquiet de la montée en puissance des radicaux et des socialistes, le parti de l’Ordre restreint les conditions d’inscription sur les listes électorales : il faut désormais résider à un endroit fixe depuis trois ans, payer des impôts et ne jamais avoir été condamné par la justice. La plupart des ouvriers et les paysans pauvres sont ainsi écartés des scrutins.

Partie III
A -  Le Césarisme, quand un dictateur s'appuie sur le peuple

1-  Le coup d'état

Le 2 décembre 1851, la Constitution l’empêchant d’être réélu président, Louis‑Napoléon Bonaparte dissout l’Assemblée nationale. Des soulèvements ont lieu contre le coup d’État, mais ils sont réprimés par l’armée. L’année suivante, Louis‑Napoléon Bonaparte fait approuver par plébiscite le rétablissement de l’Empire : il est proclamé empereur le 2 décembre 1852 sous le nom de Napoléon III.

2- La personnalisation du pouvoir

La nouvelle Constitution, approuvée par plébiscite en décembre 1852, concentre tous les pouvoirs entre les mains du chef de l’État : il a seul l’initiative des lois et il nomme les ministres. Les députés, qui siègent au sein du Corps législatif, sont tenus de prêter un serment personnel à l’empereur. Le Sénat, composé de membres de droit ou nommés par l’empereur, peut annuler les votes du Corps législatif.

3- Un régime plébiscitaire

Le suffrage universel direct masculin est rétabli pour l’élection des députés et les plébiscites. Ceux-ci témoignent de la popularité du chef de l’État, qu’il entretient par des voyages officiels dans le pays. Le Second Empire est un césarisme démocratique : « l’appel au peuple » auquel a recours Napoléon III vise à légitimer la politique menée, mais le système de la candidature officielle, l’absence de liberté de la presse et la répression des opposants au régime interdisent tout pluralisme.

B - Un État fort au service du régime

1- Recrutement de fonctionnaires

Leur nombre passe de 477 000 en 1851 à près de 700 000 en 1870. Tous les fonctionnaires sont tenus de relayer la propagande bonapartiste, en particulier au moment des élections, de maintenir l’ordre et de surveiller leurs collègues et les administrés. Un serment personnel à l’empereur est imposé.

2- Des préfets aux ordres

Les « empereurs au petit pied » Cette expression désigne les préfets qui, en plus de leurs missions traditionnelles de maintien de l’ordre et d’exécution des lois, reçoivent des pouvoirs considérables dans leur département.

3- Les limites du régime

Pour la plupart, les préfets et les fonctionnaires ne sont pas remplacés après le coup d’État de 1851. Ce ne sont pas des bonapartistes convaincus mais d’anciens républicains ou monarchistes qui acceptent le nouveau régime, sans toutefois y adhérer pleinement.

C - Des ambitions économiques et politiques importantes

1- Le développement économique

Napoléon III favorise le développement d’infrastructures, en particulier l’extension du réseau ferré. Il entend stimuler l’industrie par une politique de libre‑échange, en particulier avec le Royaume‑Uni (traité de 1860).

2- Mettre en scène la grandeur de la France et de l'Empire

Napoléon III entend redonner à la France une place prépondérante dans le concert des nations européennes et mène une politique extérieure active (guerre de Crimée en 1854, unification italienne en 1860, expédition au Mexique de 1862 à 1867).

Conclusion:

Napoléon III met en place un régime qui  contrôle de la vie politique
- Par la répression. 
L’arsenal répressif mis en place dès 1850 par le parti de l’Ordre est renforcé et les effectifs de la police augmentent fortement. Pendant toute la durée du régime, des milliers de personnes, dont un grand nombre d’opposants politiques, sont arrêtées ou envoyées au bagne à Cayenne et en Algérie. Après l’attentat manqué d’Orsini contre l’empereur en 1858, la répression se durcit encore.

- Par le contrôle de la presse. Une censure rigoureuse est mise en place afin de veiller au respect de la morale et de l’ordre social. Le système de l’avertissement, qui permet la suspension voire l’interdiction des journaux indociles, empêche toute critique du pouvoir. Cependant, une littérature contestataire est diffusée en secret : c’est par exemple le cas du pamphlet de Victor Hugo, Napoléon le Petit (doc. 2).

De nombreuses personnes n'ont donc le choix qu'entre l’exil ou la prison. À l’image de Victor Hugo, Edgar Quinet et Jeanne Deroin... 

À l’étranger, ils contribuent à alimenter l’opposition au régime. 

L'opposition ouverte au régime est donc de plus en plus fréquente

À partir du début des années 1860, la politique impériale suscite des critiques de plus en plus nombreuses parmi les soutiens de Napoléon III. L’Église attaque la politique italienne de l’empereur, défavorable au pape ; les conservateurs contestent la politique de libre‑échange, les mesures sociales prises en faveur des ouvriers ou encore le coût de la politique extérieure.

L’opposition parlementaire. Lors de l’élection législative de 1863, 17 candidats républicains et 15 candidats libéraux sont élus : ils demandent une libéralisation du régime. L’opposition progresse mais reste cependant très divisée.

Un régime libéral

Face à la montée des contestations, Napoléon III concède plusieurs réformes. En 1867, il accorde au Corps législatif le droit d’interpellation. Le système de l’avertissement est supprimé, même si la presse reste en réalité très surveillée. Les réunions publiques sont autorisées en 1868, à condition qu’elles ne portent pas sur des sujets politiques ou religieux.

Les élections législatives de 1869 sont un échec pour le pouvoir, qui perd un million de voix. En réaction, Napoléon III accepte une évolution parlementaire du régime : les ministres seront désormais responsables devant les députés. Le plébiscite du 8 mai 1870, portant sur cette libéralisation du régime, est un succès pour le pouvoir impérial. 

Mais, quelques semaines après, la défaite française de Sedan entraîne la déchéance de l’empereur, prisonnier des Prussiens, et la proclamation de la IIIe République le 4 septembre 1870.

Etude de cas  Le Creusot de la famille Schneider

Les salaires et les conditions de vie s’améliorent grâce aux luttes ouvrières, à la législation et à l’action de grands patrons paternalistes, comme les Schneider au Creusot.

 

Fiche d'étude sur le Creusot de la famille Schneider 

Vous êtes Eugène II Schneider (1868-1942). Vous dirigez les établissements Schneider et Cie Vous succédez donc à votre père (Eugène I) et votre Grand-père (Charles). Vous êtes maire du Creusot depuis 1896. Nous sommes en 1899. Vous rencontrez Jules Adler (1865-1899) qui peint la grève des ouvriers de votre usine du Creusot. Vous essayez de défendre votre bilan à la tête de l’entreprise Schneider et Cie et à votre mairie du Creusot. Pour cela vous devrez exposer les arguments de vos opposants à votre politique paternaliste.

Jules Adler La grève au Creusot (1899)

Jules Adler La grève au Creusot (1899)

2- Des conditions de travail précaires

La crise économique de la fin du siècle entraîne cependant une forte hausse du chômage et de la précarité.

Les journées de travail sont longues : dix heures par jour en 1912, six jours par semaine (le jour de repos est, pour la grande majorité des salariés, le dimanche). 

Les conditions d’hygiène et de sécurité ne font pas partie des préoccupations dans les usines (voir document ci-dessous: « odeurs nauséabondes », chaleur (« des filets de vapeur »), bruit permanent (« ses cylindres tournent à l’infini) voire même accidents de travail (« un bras brisé par une courroie »)).

 

 Dans cette papeterie rurale, comme dans bien d’autres industries, l’ouvrier travaille pour le compte du directeur de l’usine. Il perçoit un salaire de 2 Francs pour 10 heures de travail. Lorsqu’il change de poste, son salaire est augmenté de 25 centimes par jour de travail. C’est donc son temps de travail qui définit sa paie.

Dans cette papeterie rurale, comme dans bien d’autres industries, l’ouvrier travaille pour le compte du directeur de l’usine. Il perçoit un salaire de 2 Francs pour 10 heures de travail. Lorsqu’il change de poste, son salaire est augmenté de 25 centimes par jour de travail. C’est donc son temps de travail qui définit sa paie.

Voir les commentaires

Rédigé par M. Orain

Repost0