Publié le 18 Octobre 2010

L'intégralité du registre est consultable en ligne.
Claims Conference: L'intégralité du registre est consultable en ligne.

Un registre de 20 000 œuvres d'art volées aux juifs par les nazis, dont la moitié n'ont toujours pas été restituées, a été mis en ligne sur Internet avec photos des objets et identité des propriétaires, a annoncé lundi à New York l'organisation Conference on Jewish Material Claims Against Germany. Le site est accessible à tous et consultable gratuitement, précisent dans un communiqué les responsables de la Claims Conference, qui a mené à bien ce projet avec la collaboration du musée américain de l'Holocauste.

Le travail, qui a commencé en 2005, a consisté à numériser puis à décrypter les fiches de l'ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg), l'agence allemande chargée des spoliations entre 1940 et 1944. Ces fiches se trouvent aujourd'hui dans trois centres, les archives du ministère français des affaires étrangères, les archives nationales américaines et les archives fédérales allemandes. Les œuvres de ce catalogue ont appartenu à des familles juives essentiellement françaises et à quelques familles belges, et avaient été rassemblées et inventoriées par les nazis au musée du Jeu de paume à Paris.

 

http://www.errproject.org/jeudepaume/images/home/photo.jpg

Vol d'oeuvres d'art pendant la guerre.

 

 "RESPONSABILITÉ"

"Il est maintenant de la responsabilité des musées, des marchands d'art et des maisons d'enchères de vérifier ce qui est en leur possession pour déterminer s'ils détiennent des œuvres d'art volées aux victimes de l'Holocauste", déclare le président de la Claims Conference, Julius Berman, dans le communiqué.

La consultation de l'inventaire en ligne permet de visionner des centaines d'œuvres – qui vont des toiles de maître au mobilier, vases ou sculptures – et de vérifier qui en est le légitime propriétaire, ce que parfois les héritiers ignorent, souligne le professeur Wesley Fisher, directeur de recherche à la Claims Conference. "En termes de revendication des œuvres, c'est un grand pas en avant : pour la première fois on regroupe tout ce qui a été confisqué, on établit la liste détaillée de qui a été spolié. Reste la question suivante : où sont les œuvres ?" Au total, 260 collections et 269 propriétaires sont identifiés dans la base de données.

 

 

 


Works of art considered objectionable (“Degenerate”) by the Nazis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 "UN REFLET INCOMPLET DE LA RÉALITÉ"

"Ces inventaires sont un reflet incomplet de la réalité, estime pourtant l'historien Marc Mazurovsky, un des directeurs du projet. Où sont passés des centaines d'autres objets, où se trouvent ceux qui sont répertoriés, et qu'a fait le gouvernement [français] après 1945 ? Toute une dynamique nous manque." "Seuls 30 à 40 % des objets sont photographiés, mais des familles vont découvrir des photos des objets qui leur appartiennent, c'est aussi une vue insolite de l'intérieur des domiciles" de leurs parents, grands-parents ou arrière-grands-parents, ajoute le chercheur.

Fin juin 2009, 46 pays se sont engagés à poursuivre le processus de réparation des spoliations subies par les juifs sous le régime nazi, dans une déclaration internationale publiée à Prague, dite "déclaration de Terezin" du nom d'un ancien camp de concentration situé au nord de Prague.

Pour aller plus loin :

 


Voir les commentaires

Rédigé par M. Orain

Publié dans #Actualités

Repost0

Publié le 18 Octobre 2010

 

Un jeu de l'éditeur Lolapps, disponible sur la plate-forme Facebook.
Lolapps Un jeu de l'éditeur Lolapps, disponible sur la plate-forme Facebook.

Plusieurs applications disponibles sur Facebook ont transmis à des entreprises des informations sur l'identité de millions d'utilisateurs, en violation des règles de confidentialité du réseau social en ligne, affirme le  Wall Street Journal, dimanche 17 octobre.

D'après le site Web du quotidien économique, des développeurs des applications, dont certains parmi les plus populaires sur Facebook ont transmis à des annonceurs et des entreprises d'études des informations telles que les noms des amis de dizaines d'utilisateurs. Selon le journal, les données étaient transmises, "y compris pour ceux qui avaient réglé leurs options de confidentialité pour que leur profil soit totalement privé", explique le quotidien. "Cette pratique viole les règles de Facebook et renouvelle les questions sur sa capacité à protéger les données de ses utilisateurs", ajoute-t-il.

L'enquête du Wall Street Journal a ainsi permis de mettre en lumière que les dix applications les plus populaires de Facebook transmettaient les données des utilisateurs à des entreprises extérieures, notamment le jeu Farmville de Zynga (59 millions d'utilisateurs), Texas HoldEm Poker et FrontierVille. La plupart des applications mises en cause ne sont pas créées par Facebook mais par des programmeurs extérieurs.

 

"MESURES DRACONIENNES"

Un porte-parole du groupe affirme que Facebook prend des mesures pour "limiter de façon draconienne" l'exposition des informations personnelles de ses utilisateurs. "L'identité d'un utilisateur peut être diffusée par inadvertance par son moteur de recherche ou par une application", a-t-il dit, mais la connaissance d'une identité "ne permet pas d'accéder aux informations personnelles de quiconque sur Facebook", a-t-il assuré, ajoutant que Facebook lancerait une nouvelle technologie pour neutraliser le problème identifié par le quotidien. Durant le week-end, l'accès aux jeux sociaux réalisés par Lolapps, qui revendique 150 millions d'utilisateurs, a été interrompu, avant d'être de nouveau disponible lundi.

Coutumier des polémiques sur la protection des données privées, Facebook a lancé, au début du mois d'octobre, un service, baptisé "Groups", qui doit permettre au 500 millions d'inscrits d'affiner le cercle de connaissances ayant accès à leurs messages ou photos, et ainsi de garantir un meilleur contrôle des données personnelles.

Le Monde.fr, avec AFP et Reuters

Voir les commentaires

Rédigé par M. Orain

Publié dans #Actualités

Repost0