23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 09:48

 

Thème 3 : Les échelles de gouvernement dans le monde

(11-12 heures)

Chapitre 8 : Une gouvernance économique mondiale depuis le sommet du G6 de 1975

(3-4 heures)

Pour avoir le cours complet en version Pdf

 

Si vous souhaitez avoir les en version TBI

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le Logiciel

Smart Notebook pour tableau blanc interactif (TBI) ,http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png 

Clé d'activation

 

Pour télécharger  le cours complet en version Smart Notebook pour tableau blanc interactif

 http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png

Clé d'activation

Pour voir le Mooc sur le sujet 

 

 

Résumé du cours

 

Introduction : Contexte, rappel des notions de base

1944 : Accords de Bretton Woods, le dollar est la seule monnaie convertible en or. Ce système s’achève en 1971. Le dollar devient alors une monnaie flottante. Création du FMI et de la banque mondiale.

1947 : Création du GATT pour favoriser le libre-échange.

1963 : Création du G77 à l’ONU

1973 : Une crise économique liée à un choc pétrolier touche les pays du Nord.

 

I : Une gouvernance mondiale dans un Nord en Crise

A- La croissance des NPI puis des BRICS

Les nouveaux pays industrialisés :

  • Japon (dans les années 1960) puis la naissance des dragons (Hong-Kong, Singapour, Taïwan, Corée du Sud) dans les années 1980 puis des Tigres (Indonésie, Viet-Nam, Philippines…) dans les années 1990.
  • Les BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud ne sont pas simplement des pays ateliers. Ils deviennent vite des puissances émergeantes incontournables pour leurs matières premières et la taille de leur marché intérieur.

B- Un affaiblissement des Etats qui se regroupent.

Ronald Reagan (1980-1988) et Margaret Tatcher (1979-1990) mettent en œuvre une politique néolibérale. Cette politique limite l’intervention de l’état en matière économique et sociale. Cela entraîne une baisse des impôts et une dérégulation des échanges.

 

Les Etats tendent alors à se regrouper.

  • Expansion de la CEE (qui devient UE en 1992)
  • Création de l’ALENA
  • MERCOSUR
  • ASEAN

Les accords bilatéraux se multiplient au dépend des grands accords internationaux. L'accord de Kyoto sur la réduction des émissions de CO2 est une exception (il a été signé par 123 états et n'a pas été signé par les Etats-Unis et renié par le Canada qui a préféré continuer l'exploitation polluante des sables bitumineux).

 

Par l'intermédiaire de l'OMC les Etats peuvent désormais porter plainte sans passer par les justice des Etats. C'est un des points de friction pour un éventuel accord TAFTA entre les Etats-Unis et l'UE.

C- L'affirmation des acteurs non étatiques

Certaines firmes transnationales (FTN) sont désormais plus puissantes que des états. D'un autre côté certains pays n’arrivent plus à rembourser leurs dettes (ex : Mexique en 1982, Argentine en 2014).

Les FTN d'fendent leurs intérêts et leur stratégie mondiale notamment leur du forum économique mondial qui a lieu à Davos (Suisse). Ils dont un lobbying important (notamment auprès du parlement européen)

A l'opposé les altermondialistes* se sont organisés et ont leur propre forum mondial, le "forum social mondial" né à Porto Allegre (Brésil) en 2001 et qui depuis 2006 change fréquemment de lieu (Nairobi, Dakar, Tunis en 2015)

Ce forum répond à de nouveaux enjeux apparus récemment comme la gestion des ressources naturelles (eau, énergie), la lutte contre le réchauffement climatique, la nouvelle Division Internationale du Travail (DIT)

 

II- Les organismes de gouvernance mondiaux

Les pays en difficultés peuvent demander une aide financière au FMI

A - Le Fond Monétaire International (FMI)

Le FMI incarne la dérégulation financière mondiale. Le FMI prête de l’argent en échanges de « plans d’ajustements structurels » drastiques (issus du consensus de Washington).

  • Déreglementations
  • Privatisations
  • Libéralisation du commerce extérieur
  • Baisse du nombre de fonctionnaires.

 

Ces directives sont perçues comme une atteinte à la souveraineté de l’Etat.

 

B- Le G6-7-8-20

 

1975 : Création du G6 (France, RFA, Italie, Japon, Etats-Unis, Royaume-Uni)

1976 : Le Canada rejoint le groupe qui forme désormais le G7.

1990’s : La Russie rejoint le groupe qui forme désormais le G8

2014 : Exclusion de la Russie, retour du G7.

 

C’est une forme de « gouvernement économique mondial » perçu comme un « club de riches » par le G77 et les groupes altermondialistes. Pour autant les consensus sont rares entre des puissances essentiellement concurrentes.

 

La création du G20 en 2008 est censée permettre une plus grande ouverture aux pays du Sud dans la gouvernance mondiale.

 

C- L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC)

 

La fin de la guerre froide marque la victoire du modèle capitaliste sur le modèle communiste soviétique. L’extension du modèle libéral tend à une intensification du libre-échange mondial.

L’Organisation Mondiale du commerce est créée en 1995 (remplace le GATT). Cette organisation a pour objectif de fixer des règles commerciales internationales et de faire baisser les tarfis douaniers. Cette organisation comporte 153 pays en 2013. Elle se retrouve aujourd'hui bloquée par la difficulté de trouver un consensus entre des pays qui ont des intérêts divergents.

- Pays du Nord: Déjà industrialisés ces pays recherchent une maîtrise des coûts environnementaux du développement (réduction du CO²) et une progression sociale (hausse coût du travail dans les pays du sud) pour éviter une concurrence jugée parfois déloyale.

- BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud associés depuis 2011): Ces pays émergents n'ont pas intérêt à voir leur croissance réduite par des contraintes trop fortes (émissions de CO², droit du travail plus protecteur etc.)

- Pays du Sud: Les pays du Sud sont parfois en marge de la mondialisation (notamment les PMA*). Ils subissent aussi souvent le plus les contraintes liés au réchauffement climatiques (îles du pacifique et Bangladesh sont susceptibles d'être en grande difficulté en cas de montée du nivau des océans. Ce sont aussi souvent les pays les plus instables (terrorisme, dictature, conflit armés). Ils souhaitent une aide plus forte des pays du Nord pour assurer leur développement. Ils sont aussi favorable à une baisse des tarifs douaniers pour l'exportation de leur matières premières et produits agricoles (coton, banane...)

Souvent ces pays se regroupent en pôle d'intérêt sur des sujets précis:

Ex: -Pays Afrique/Caraïbes et Pacifique

Ou ces groupes reprennent des entités internationales déjà présentes:

- UE, Mercosur

 

Conclusion

 

L'organisme qui paraît le plus légitime pour une gouvernance mondiale est l'ONU. Mais les grandes conférences mondiales organisées sont souvent symboliques et sans réformes de fond.

1992 : Sommet de la terre à Rio
2009:  Echec du sommet de Copenhague.

Les FTN qui représentent une force considérable ont un réel intérêt au statu-quo, voire à la déterioration de la situation (par exemple, le traitement de l'eau est le plus souvent FTN justement. Sans traitement nécessaire, pas de développement possible pour elles)

 

Mooc

 

Repost 0
30 août 2014 6 30 /08 /août /2014 10:45

Thème 3 : Les échelles de gouvernement dans le monde

(11-12 heures)

Chapitre 6 : Gouverner la France depuis 1946

(3-4  heures)

Si vous souhaitez avoir les en version TBI

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le Logiciel

Smart Notebook pour tableau blanc interactif (TBI) ,http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png 

Clé d'activation

 

Pour ouvrir les fichiers sans télécharger le programme utilisez: Smart express 

 

Cours complet à télécharger  en version Smart Notebook

http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png  

Programme:

Ce chapitre s’inscrit dans le thème des échelles de gouvernance (France, Europe, Monde). Il induit donc de séparer les compétences réelles ou supposées de chaque échelon de pouvoir. En clair qui fait quoi ?

 

Introduction: Pour le cas Français cela s’inscrit dans une longue tradition d’Etat-Nation centralisateur, directif (Colbert, Révolution Française…). Ainsi on parle d’Etat Jacobin.

 

Problématique : Ce modèle d’Etat-Nation est-il compatible avec l’évolution du modèle de gouvernance contemporain:

- Décentralisation

- Progression de l’Union Européenne

- Mondialisation ?

 

 

I : L’Etat au cœur de l’après-guerre 1945-1958

A- La reconstruction

 

Le programme du CNR (Conseil National de la Résistance) insistait sur le rôle d’un Etat fort, interventionniste, inspiré du Keynésianisme* (relance de l'économie par l'Etat).  Ce consensus dépasse les clivages politiques et permet des avancées sociales importantes

 

comme le droit de vote des femmes (1944, effectif en 1945), a sécurité sociale (en 1945)

 

 

des nationalisations  l'industrie (comme Renault) et dans le secteur bancaire (Société générale, Crédit Lyonnais par exemple).

 

il s'agissait aussi, sous l'influence du parti communiste français, le plus grand parti en 1945, de faire « retour à la nation des grands moyens de production ». L' exposé des motifs de la loi indiquait qu'en raison de l'importance de leur réseau, les 4 grandes banques s'apparentaient à un service public et avaient un caractère national .Cette mesure ne fit quasiment pas débat dans l'opinion et obtint 94% des voix à l'Assemblée nationale.

 

Les besoins sont immenses, certaines villes sont détruites à plus de 90% (Saint-Nazaire, Lorient, Brest…)

Saint-Nazaire et sa base sous-marine en 1945

 

Voir étude N°1 page 176-177

L'avenue de la République de St Nazaire en 1948 et 1957.

 

B- Les limites de  la IVème République

L’Etat se donne les moyens de retrouver une élite de fonctionnaire avec la création de l’ENA en 1945. Une institution décriée aujourd’hui (voir photo promo Voltaire page 179).

 

Le promotion Voltaire de 1980 est souvent citée en exemple d'un système de caste, fermé à la société civile et au monde de l'entreprise

Hebergeur d'image

Renaud Donnedieu de Vabres, ancien ministre de la Culture et de la Communication

François Hollandeprésident de la République française, depuis le 15 mai 2012

Jean-Pierre Jouyet, ancien directeur du Trésor, ancien secrétaire d'État aux Affaires européennes,  puis secrétaire général de l’Élysée (avril 2014-).

Ségolène Royal, présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes, candidate du Parti socialiste pour l'élection présidentielle de 2007, ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie depuis le 2 avril 2014

Michel Sapin, député de l'Indre, ancien président PS du conseil régional du Centre, ancien ministre du Travail, de l'Emploi et du Dialogue social, ministre des Finances et des Comptes Publics depuis le 2 avril 2014

Dominique de Villepin, diplomate, secrétaire général de la présidence de la République française de 1995 à 2002, ancien ministre des Affaires étrangères, ancien ministre de l'Intérieur, Premier ministre français de 2005 à 2007

 

 

L’Etat trouve néanmoins rapidement ses limites.

- 1947: Exclusion des communistes suite à l'acceptation du Plan Marshall.

- Blocages des salaires et mouvements de grèves importants.

- Echec de la Communauté Européenne de Défense (CED) en 1954.

Englué dans la guerre d’Indochine (1945-1954)  puis dans celle d’Algérie (1954-62) c’est un régime instable qui n’a pas les moyens d’imposer des réformes importantes. La faiblesse des institutions est illustrée en 1953 par l'élection, à l'issue de 13 tours de scrutin, du président de la République René Coty..

 

II : L’Etat providence 1958-1982

 

A – Une « certaine idée de la France »

Rappel du premier chapitre: Le 13 mai 1958, un Comité de salut public est constitué à Alger par les partisans du maintien de l'Algérie dans la France.


Pour éviter la guerre civile, le président Coty fait appel à de Gaulle qui prépare une nouvelle constitution.

De Gaulle

Le portrait officiel du président de la République (1958-1969)

 

Voir étude N°2 page 178-179

Le retour de De Gaulle met en place un président fort. Avec le référendum de 1962 le président est élu au suffrage universel.

Rappel premier chapitre: Règlement des questions coloniales

Indépendance de l'Algérie, acquise en 1962, au terme des accords d'Evian. Décolonisation de l'Afrique noire française qui est effective dès 1960.

 

 

o   Création du nouveau franc (1958-2002)

 

 

 

 

 

o   Planification de l’économie.

 

 

 

 

 

o   Création de la DATAR (1963) pour aménager le territoire.

 

 

De grands projets pour réhabiliter la grandeur de la France.

 

Rejet la double hégémonie exercée par les États-Unis et l'URSS. La France se retire du commandement militaire intégré de l'OTAN. La France se dote d'une force de dissuasion nucléaire. De Gaulle privilégie le rapprochement franco-allemand, mais combat toute idée de supranationalité et s'oppose à l'adhésion du Royaume-Uni à la CEE.

 

  • Le concorde développé avec les britanniques (1969-2003)
  • Le France (1962-1977):
  • L'aérotrain (1945-1974)
  • Le redoutable (1967-2002)
  • La série des fusée saphir, diamant, topaze  (1961-1975) précurseurs d'Ariane

 

Ces réalisations de prestige se heurtent à la réalité économique (vente du « France » devenu « Norway », échec commercial du concorde,  échec technique de l'aérotrain).

 

B- De nouveaux besoins de l’opinion publique

La génération des baby-boomers arrive à l’âge adulte et s’oppose à la vision Gaullienne de la société :

 

Vidéo de la chronologie de mai 1968

 

Daniel Cohn Bendit défie un CRS

La crise de mai 1968
Grève étudiante puis  grève générale de solidarité déclenchée par les syndicats.
Celle-ci débouche sur les accords de Grenelle qui sont rejetés par la base.
 François Mitterrand, soutenu par la gauche non communiste qui croit que le pouvoir est vaquant, se déclare candidat à la présidence de la République.

 

-  Liberté d’expression

 

- pluralisme dans les médias (voir doc 4 page 173).

http://referentiel.nouvelobs.com/file/460667.jpg

Critique de l'ORTF

 

http://referentiel.nouvelobs.com/file/460630.jpg

 

La France du Général de Gaulle version OSS 117

 

 

  • Place des femmes dans la société (accès au travail, contraception, avortement, divorce)

  • Démocratisation de l’école (les écoles ne sont pas mixtes et le collège est réservé à une "élite")

 

De Gaulle disparaît puis réapparaît, s'adresse au pays à la radio, dissout l'assemblée, provoque des élections législatives gagnées par les gaullistes. 

Le voyage à Baden-Baden (RFA)

En 1969, au lendemain de l'échec du référendum sur la réforme régionale, il démissionne et se retire à Colombey où il meurt l'année suivante.

Le voyage en Irlande

"La continuité dans le changement"  Georges Pompidou (1969-1974)

Fort développement industriel de la France, Pompidou est le dernier président des "30 glorieuses".

- Roissy

- Développement des villes nouvelles (Melun-Senart, Marne-la-vallée, Cergy Pontoise, Saint-Quentin en Yvelines)

- Destruction des halles de Paris

- Centre d'art contemporain "Georges Pompidou" au coeur de Paris.

 

Hebergeur d'image

Le septennat est brutalement interrompu par la mort de Pompidou en avril 1974. Sa maladie (maladie de Waldenström) ayant été cachée aux français malgré un changement physique évident lié aux traitements.

 

 

L’accession au pouvoir de Valery Giscard d’Estaing en 1974  et de Mitterrand en 1981  va – en partie – permettre d’accéder aux droits réclamés en 1968.

http://files.fluctuat.net/images/cms_flu/7/3/0/0/40037/49268.jpg

Valéry Giscard d'Estaing (1974-1981), premier président non gaulliste de la Vème République

Valéry Giscard d'Estaing nomme Jacques Chirac Premier ministre, mais les relations entre les deux hommes se tendent et le second démissionne en 1976. Il est remplacé par Raymond Barre.

Le début de sa présidence est marqué par une grande volonté de jeunesse et de modernisation. Il souhaite une rupture avec le Gaullisme (De Gaulle, Pompidou).

 

 

L'apparence, les médias

- il donne des interviews en anglais, pose en complet veston pour la photo officielle, simplifie le protocole de l'Élysée et, cherchant à se rapprocher des Français, multiplie les occasions de se montrer à leurs côtés, notamment dans des dîners dans des familles.

 

 

Giscard joue au foot

(on ne rigole pas ^^)

 

 
 
Giscard en Anglais
(on ne rigole pas non plus)
 

 

Giscard à l'accordéon

(On ne rigole toujours pas)

 

 

 

- 1975: Fin de l'ORTF, naissance de TF1, Antenne 2 et FR3.

 

Hebergeur d'image

 

Néanmoins, toutes ces chaînes restent publiques. Il n'y a toujours pas de radios "libres" (privées).

 

 

-          1975 : Droit à l’avortement

 

 

-          1977 : Collège unique.

 

  • (réfome Haby adoptée le "collège unique")

 

Le conservatisme perdure dans certains domaines

- Bien que personnellement favorable au remplacement de la peine de mort par la prison à vie « sans possibilité de remise de peine »  , Valéry Giscard d'Estaing refusa la grâce à trois condamnés à mort (Christian Ranucci en 1976, puis Jérôme Carrein et Hamida Djandoubi en 1977), estimant que tant que la peine de mort existait, elle devait être appliquée. Ce seront les dernières exécutions en France.

 

Il faudra attendree 1981 (et l'arrivée au pouvoir de François Mitterrand) pour voir la naissance des « radios libres » (privées)

Et 1984 pour la première chaîne de télévision privée (et payante), Canal +

 

 

 

L'économie se heurte à la crise sans remettre en cause -pour l'instant - le rôle de l'Etat.

 

- Lancement de l'étude sur le TGV.

- Deux chocs pétroliers brisent la dynamique des Trente glorieuses.

- Restauration en 1976 du changement d'heure pendant les mois d'été, mesure permettant une économie d'électricité pour l'éclairage du soir.

- Développement de l'énergie nucléaire civile.

- Apparition du chômage de masse.

 

C- Une remise en cause du rôle économique de l’Etat

 

Dès 1953 Pierre Mendès France admet les limites de l’action de l’Etat

(doc 2 page 73, « gouverner c’est choisir »).

 

L’Etat ne peut pas tout.

La libéralisation sociale est vécue comme un soulagement. Le courant néo-libéral commence alors à reprocher à l’Etat de trop intervenir aussi dans le domaine économique.

 

Hebergeur d'image

 


Histoire de Comprendre - 77 - Thatcher Et... par tonio000001

 

 

L’élection de François Mitterrand paraît alors en contradiction avec la période (élection de Reagan en 1980). 

Les nationalisations d’entreprises de divers secteurs paraissent alors « archaïques » aux yeux des libéraux.

III : Le rôle de l’Etat en mutation 1982 à nos jours.

 

L’échec de l’Etat à résoudre la crise économique née en 1973 (et toujours d’actualité) va discréditer l’action de l’Etat aux yeux de l’opinion publique. Il va alors déléguer ses pouvoirs.   

A – Un Etat qui délègue ses prérogatives

 

-          A l’Union Européenne : commerce, frontières, monnaie (traité de Maastricht en 1992, de Lisbonne en 2007).

 

  Le traité de Maastricht sur la monnaie unique, qui divise profondément les Français, n'est ratifié par référendum que d'extrême justesse. La constitution européenne sera rejetée en 2005.

 

-          Aux régions : Lois de décentralisations de 1982-83, 2003, 2015 ? Lycées, transports.

 

-          Aux départements : Collèges, fonctionnaires territoriaux

un nouveau projet de loi de décentralisation devrait voir le jour en 2017 (ou pas...)

 

 

-          Aux actionnaires : Privatisation de nombreuses entreprises par vagues (1986, 1993) ou progressives (désengagement progressif de Renault)

 

Hebergeur d'image

L'Etat garde un rôle primordial dans:

- Les mesures sociétales.

Abolition de la peine de  mort en 1981, mariage pour tous en 2013.

- La préservation ou l'avancée d'acquis sociaux.

Retraite à 60 ans en 1981 (puis 62 ans en 2014), règlementation du temps de travail ( loi des 39h en 1981 puis 35h en 2000, 5ème semaine de congés payés en 1981)

- Le développement et la maîtrise des réseaux et del 'innovation technologique.

Hebergeur d'image

Mais il échoue dans la politique de relance économique keynesienne et se voit contraint à la rigueur dès 1983.

- Le chômage progresse

- La dette est de plus en plus élevée.

 

L'Etat délègue donc une partie de son rôle social aux associations:

- Fondation des restos du coeur par Coluche en 1985.

 

B- Une affirmation libérale de l’économie, une perte de la capacité à agir de l'Etat.

 

La cohabitation Mitterrand-Chirac (1986-1988 )

Après la victoire de la droite aux élections législatives de 1986, Jacques Chirac est appelé au poste de Premier ministre.
 
C'est une période de tension au sein de l'exécutif, conduisant à une relecture de la constitution et à un rééquilibrage des pouvoirs en faveur du Premier ministre.

 

Paradoxalement moins l’Etat est engagé économiquement plus les citoyens sont en attente d’un « sauvetage » de sa part.

 

1999 : Jospin "l’Etat ne peut pas tout".

 

 

Avec la crise économique le consensus social s'effrite, les réformes deviennent difficiles.

Hebergeur d'image

 

Les relations se crispent, le rejet de l'Etat et de son incapacité à agir concrètement s'accentue:

Hebergeur d'image

Les contestations sociales sociales peuvent être fortes voire violentes (1986,1995). Le pays est même confronté à des émeutes urbaines en 2005.

manifestation contre le projet de loi Devaquet qui voulait  introduire la sélection à l'Université en 1986.

 

 émeutes de 2005, des milliers de voitures brûlées, des entreprises détruites, deux mois d'état d'urgence.

 

La logique des grandes entreprises est transnationale (FTN), les techniques d’optimisation fiscales sont la règle dans une économie mondialisée.

 

Les gesticulations ministérielles (de droite ou de gauche) sont souvent vaines. La communication l’emporte sur l’efficacité. (ex doc 2 page 175).

Création d’un ministère du redressement productif dirigé par Arnaud Montebourg.

http://www.boursier.com/illustrations/photos/l_arnaud-montebourg.jpg

 

 

L'Etat tend à prendre des mesures symboliques notamment au niveau mémoriel (voir chapitre 1)

Hebergeur d'image

 

Le temps politique est trop long pour le temps médiatique.

La réduction du mandat présidentiel à cinq ans (quinquennat à partir de 2002) et  l'impossibilité de cumuler plus de deux mandats consécutifs  (2008) en sont les symboles.

 

Le "bashing politique" devient la règle, l'Etat de grâce n'existe plus

 

Sarkozy (2007-2012) Bashing

Hollande (2012- ...)  Bashing

 

Les premiers ministres "durent" plus longtemps, mais pas forcément leurs gouvernements.

 

Hebergeur d'image

 

Sous le deuxième mandat de Jacques Chirac (2002-2007)

Hebergeur d'image

Sous le mandat de François Hollande (2012- ...) le rythme semble s'accélérer denouveau ce qui n'est pas forcément bon signe pour l'exécutif.

Hebergeur d'image

 

C- Un Etat Schizophrène (1988-2014).

 

Pour compenser son inefficacité dans le domaine économique l'Etat accentue son rôle dans le domaine social, accentuant ainsi ses dépenses.

- 1988: Michel Rocard instaure le revenu minimum d'insertion ( RMI ) remplacé par le RSA en 2009.

- 1999 : Création de la  Couverture Maladie Universelle (CMU)

- 2002: Création de l'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA)

Jacques Chirac (1995-2002-2007) a été élu sur le thème de la "réduction de la fracture sociale"

 

L'Etat ne renonce pas à son rôle de bâtisseur centralisateur tout en décentralisant ses activités.


 Les grands travaux de Mitterrand (1988-1995) à Paris

Hebergeur d'image

Hebergeur d'image

La France, une grande puissance militaire ? Les interventions militaires françaises à l'étranger sont de plus en plus fréquentes (jusqu’à 3 théâtres d’opérations en même temps :Centrafrique, Côte d’Ivoire, Mali). Elles répondent à une attente de l’opinion mais  sont difficilement supportable financièrement.

La France soutient les États-Unis lors de l'intervention en Afghanistan (2001), mais Jacques Chirac refuse d'intervenir en Irak (2003).

 

Quelques changement ont néanmoins été notables dans ce domaine:

- 1988: Accord de sortie de conflit ratifié par référendum en Nouvelle-Calédonie.

- 1996: Professionnalisation des armées

- 2009: Retour dans le commandement intégré de l'OTAN. Création d'une première base militaire française à l'étranger depuis 50 ans (EAU) dans un territoire qui n'est pas une ancienne colonie.

 

Conclusion

 

Faute de choix politique et idéologique clair (keynesien ou libéral ?), l’Etat se contraint à l’inefficacité. L’opinion publique paraît elle même partagée quant aux attentes vis-à-vis de l’Etat (moins d’impôts mais plus de recours à la justice, aux soins…).

Voir étude 3 page 180-181.

L'Etat peut néanmoins encore se montrer efficace s'il s'en donne les moyens. La lutte contrela mortalité sur la route en est un exemple.

 

La France tend aussi à s'ouvrir plus sur les autres cultures et se veut plus respectueuse de l'environnement. Symbole ou réalité concrète ?

Hebergeur d'image

 

Mooc

 

 

Liens:

- Assistance scolaire

- Lycée adulte (pdf)

- Académie de Strasbourg (ppt)

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter