16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 15:35

Thème 4 : Les échelles de gouvernement dans le monde

(20-21 heures)

Chapitre 9 : Une gouvernance économique mondiale depuis 1944

(6-7 heures)

Pour avoir le cours en intégralité en version Pdf

 

 Si vous souhaitez avoir les en version TBI

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le Logiciel

Smart Notebook pour tableau blanc interactif (TBI) ,http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png 

Clé d'activation

 

Pour télécharger  le cours complet en version Smart Notebook pour tableau blanc interactif

 http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png

Clé d'activation

Pour voir le Mooc sur le sujet 

 

Introduction : Contexte, rappel des notions de base

 

1944 : Accords de Bretton Woods, le dollar est la seule monnaie convertible en or. Ce système s’achève en 1971. Le dollar devient alors une monnaie flottante. Création du FMI et de la banque mondiale.

1947 : Création du GATT pour favoriser le libre-échange.

1963 : Création du G77 à l’ONU

1973 : Une crise économique liée à un choc pétrolier touche les pays du Nord.

 

I : Une gouvernance mondiale dans un Nord en Crise

A- La croissance des NPI puis des BRICS

Les nouveaux pays industrialisés :

  • Japon (dans les années 1960) puis la naissance des dragons (Hong-Kong, Singapour, Taïwan, Corée du Sud) dans les années 1980 puis des Tigres (Indonésie, Viet-Nam, Philippines…) dans les années 1990.
  • Les BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud ne sont pas simplement des pays ateliers. Ils deviennent vite des puissances émergeantes incontournables pour leurs matières premières et la taille de leur marché intérieur.

B- Un affaiblissement des Etats qui se regroupent.

Ronald Reagan (1980-1988) et Margaret Tatcher (1979-1990) mettent en œuvre une politique néolibérale. Cette politique limite l’intervention de l’état en matière économique et sociale. Cela entraîne une baisse des impôts et une dérégulation des échanges.

 

Les Etats tendent alors à se regrouper.

  • Expansion de la CEE (qui devient UE en 1992)
  • Création de l’ALENA
  • MERCOSUR
  • ASEAN

Les accords bilatéraux se multiplient au dépend des grands accords internationaux. L'accord de Kyoto sur la réduction des émissions de CO2 est une exception (il a été signé par 123 états et n'a pas été signé par les Etats-Unis et renié par le Canada qui a préféré continuer l'exploitation polluante des sables bitumineux).

 

Par l'intermédiaire de l'OMC les Etats peuvent désormais porter plainte sans passer par les justice des Etats. C'est un des points de friction pour un éventuel accord TAFTA entre les Etats-Unis et l'UE.

C- L'affirmation des acteurs non étatiques

Certaines firmes transnationales (FTN) sont désormais plus puissantes que des états. D'un autre côté certains pays n’arrivent plus à rembourser leurs dettes (ex : Mexique en 1982, Argentine en 2014).

Les FTN d'fendent leurs intérêts et leur stratégie mondiale notamment leur du forum économique mondial qui a lieu à Davos (Suisse). Ils dont un lobbying important (notamment auprès du parlement européen)

A l'opposé les altermondialistes* se sont organisés et ont leur propre forum mondial, le "forum social mondial" né à Porto Allegre (Brésil) en 2001 et qui depuis 2006 change fréquemment de lieu (Nairobi, Dakar, Tunis en 2015)

Ce forum répond à de nouveaux enjeux apparus récemment comme la gestion des ressources naturelles (eau, énergie), la lutte contre le réchauffement climatique, la nouvelle Division Internationale du Travail (DIT)

 

II- Les organismes de gouvernance mondiaux

Les pays en difficultés peuvent demander une aide financière au FMI

A - Le Fond Monétaire International (FMI)

Le FMI incarne la dérégulation financière mondiale. Le FMI prête de l’argent en échanges de « plans d’ajustements structurels » drastiques (issus du consensus de Washington).

  • Déreglementations
  • Privatisations
  • Libéralisation du commerce extérieur
  • Baisse du nombre de fonctionnaires.

 

Ces directives sont perçues comme une atteinte à la souveraineté de l’Etat.

 

B- Le G6-7-8-20

 

1975 : Création du G6 (France, RFA, Italie, Japon, Etats-Unis, Royaume-Uni)

1976 : Le Canada rejoint le groupe qui forme désormais le G7.

1990’s : La Russie rejoint le groupe qui forme désormais le G8

2014 : Exclusion de la Russie, retour du G7.

 

C’est une forme de « gouvernement économique mondial » perçu comme un « club de riches » par le G77 et les groupes altermondialistes. Pour autant les consensus sont rares entre des puissances essentiellement concurrentes.

 

La création du G20 en 2008 est censée permettre une plus grande ouverture aux pays du Sud dans la gouvernance mondiale.

 

C- L’Organisation Mondiale du Commerce (OMC)

 

La fin de la guerre froide marque la victoire du modèle capitaliste sur le modèle communiste soviétique. L’extension du modèle libéral tend à une intensification du libre-échange mondial.

L’Organisation Mondiale du commerce est créée en 1995 (remplace le GATT). Cette organisation a pour objectif de fixer des règles commerciales internationales et de faire baisser les tarfis douaniers. Cette organisation comporte 153 pays en 2013. Elle se retrouve aujourd'hui bloquée par la difficulté de trouver un consensus entre des pays qui ont des intérêts divergents.

Pays du Nord: Déjà industrialisés ces pays recherchent une maîtrise des coûts environnementaux du développement (réduction du CO²) et une progression sociale (hausse coût du travail dans les pays du sud) pour éviter une concurrence jugée parfois déloyale.

BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud associés depuis 2011): Ces pays émergents n'ont pas intérêt à voir leur croissance réduite par des contraintes trop fortes (émissions de CO², droit du travail plus protecteur etc.)

Pays du Sud: Les pays du Sud sont parfois en marge de la mondialisation (notamment les PMA*). Ils subissent aussi souvent le plus les contraintes liés au réchauffement climatiques (îles du pacifique et Bangladesh sont susceptibles d'être en grande difficulté en cas de montée du nivau des océans. Ce sont aussi souvent les pays les plus instables (terrorisme, dictature, conflit armés). Ils souhaitent une aide plus forte des pays du Nord pour assurer leur développement. Ils sont aussi favorable à une baisse des tarifs douaniers pour l'exportation de leur matières premières et produits agricoles (coton, banane...)

Souvent ces pays se regroupent en pôle d'intérêt sur des sujets précis:

Ex: -Pays Afrique/Caraïbes et Pacifique

Ou ces groupes reprennent des entités internationales déjà présentes:

- UE, Mercosur

 

 

Conclusion

 

L'organisme qui paraît le plus légitime pour une gouvernance mondiale est l'ONU. Mais les grandes conférences mondiales organisées sont souvent symboliques et sans réformes de fond.


1992 : Sommet de la terre à Rio
2009:  Echec du sommet de Copenhague.


Les FTN qui représentent une force considérable ont un réel intérêt au statu-quo, voire à la déterioration de la situation (par exemple, le traitement de l'eau est le plus souvent FTN justement. Sans traitement nécessaire, pas de développement possible pour elles)

 

Mooc

Repost 0
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 09:52

 

http://www.enseignementprimaire.ca/wp-content/uploads/2009/10/devoir.jpg

 

Sujet : " La remise en cause des démocraties par les régimes totalitaires dans les années 1930"

 

 

 

 

Introduction:

Définition des termes du sujet.

"démocratie": la démocratie est un régime politique dans lequel le pouvoir est détenu par le peuple (principe de souveraineté) sans distinctiond e naissance ou de richesses.

"totalitaire": Un régime politique où tous les pouvoirs appartiennent à un seul homme, où un seul parti est autorisé. L'expression de l'opposition est interdite.

 

Contexte: La Russie voit l'arrivée des communistes, l'Italie puis l'Allemagne deviennent des états fascistes. L'Espagne suivra. La démocratie est la grande perdante des années 1930.

 

Problématique: Quelles sont les raisons qui expliquent le succès des régimes dictatoriaux dans les années 1930 ? une telle situation peut-elle se répéter ?

 

I - Comportements  

A - La démocratie un régime perçu comme faible ou illusoire

 

1- Le régime de Weimar, un régime importé par les vainqueurs, détesté par les Allemands, il rappelle la défaite de la première guerre. Une démocratie sans l'appui de la population paraît forcément fragile.

 

2- L'hyperinflation Allemande symbole de l'inefficacité de la démocratie face à la crise économique. La lenteur de la prise des décisions donne une impression d'inefficacité. Les mesures d'austérité sont mal perçues par la population.

 

3- La guerre civile Espagnole apparaît comme une preuve de la supériorité des dictatures sur les démocraties. Les républicains sont écrasés dans l'indifférence des démocraties face à Franco soutenu par Hitler et Mussolini.

Un autre exemple peut être choisi avec l'abandon des Tchécoslovaques (pourtant seule démocratie d'Europe centrale) par le traité de Munich en 1938.


B - Un nationalisme exacerbé par le contexte des années 1930

 

1- La démocratie apparaît comme traître au peuple russe par son soutien au régime du tsar lors de la guerre civile (blancs contre rouges).

 

2- Le traité de Versailles paraît comme une humiliation imposée par les démocraties aux Allemands. Hitler met en avant une politique d'autarcie économique pour couper les rapports avec les démocraties.

 

3- Hitler redonne la fierté au peuple Allemand (Remilitarisation de la Rhénanie, JO de 1936). Cela légitime ses atteintes aux droits fondamentaux. On change le drapeau (All et URSS), on crée un nouvel état (URSS). Les grandes manifestations se multiplient (parades, Nuremberg)

 

II - Projets

 

A- des idéologies par nature totalitaires

 

1- La sécurité plus que la liberté (création des SA, SS et NKVD, KGB). Une accession au pouvoir par un coup d'Etat (Lénine) ou par les urnes (Hitler). Les résistances sont écrasées (ex: mouvement de la rose blanche en Allemagne)

 

2- Le culte du chef, l'homme seul prend les décisions (Hitler, Lénine, Staline) une dérive quasi-sectaire  du commandement de l'Etat (ex: mausolée de Lénine). Utilisation massive de la propagande par tous les moyens (affiches, radio, cinéma...). Les oeuvres d'art sont triées (dégénérées d'un côté, officielles de l'autre)

 

3- L'exclusion des personnes non conformes au système (non-aryens, koulaks...). Enfermés dans des camps de concentration (Allemagne) ou des goulags (URSS). La femme voit son rôle réduit en Allemagne (Kinder, Kirsche, Küche) et tendre vers l'égalité en URSS.

 

B - Une nouvelle conception de l'homme et des rapports sociaux

 

1- L'inégalité des "races" humaines (dérive scientiste). La race "supérieure" se doit de dominer (en rendant esclave) voire d'exterminer (pour les juifs, les tziganes, les homosexuels...) les plus faibles qui apparaissent comme des "poids" pour le pays.

 

2- La lutte des classes, la dictature du prolétariat nécessaire à l'avènement du communisme. Suppression de la propriété privée (collectivisation des terres) et de la religion en URSS

 

3- L'objectif ultime (nazisme, communisme) est le plus important.  Même si les moyens pour y arriver s'opposent aux droits les plus élémentaires des êtres humains (droit à la vie, circulation, expression...). Ainsi les jeunesses sont embrigadées (jeunesses hitlériennes, Komsomol)

 


III - Recherche de l'épreuve de force

 

A - une politique agressive

 

1- La notion "d'espace vital" Allemande au détriment de ses voisins. L'internationale communiste qui prône une révolution communiste dans le monde entier pour l'URSS. 

 

2- La remilitarisation Allemande et l'occupation de la Rhénanie. Illégale mais assumée par Hitler. Et sans réaction de la part de la France alors que l'Allemagne était encore militairement faible. Cela va assurer une grande popularité à Hitler en montrant que le modèle des dictatures est "plus fort" que le modèle des démocraties.

 

3- L'extermination des koulaks, la collectivisation des terres, la famine en Ukraine.

 

B - Le pari de la faiblesse de la réaction des démocraties.

 

1- La conquête de l'espace vital (Rhénanie, Anschluss, Traité de Munich...)

 

2- Une alliance contre-nature pour envahir la Pologne. L'idéologie passe après le pragmatisme. Les démocraties occidentales font preuve de naïveté.

 

3- La Blitzkrieg, une guerre adaptée aux dictatures. Les démocraties sont lentes à réagir mais s'appuient sur des décisions collectives, assumées par la majorité de la population. Leur faiblesse est donc une force à long terme. Plus la guerre est longue, plus elles ont des chances de l'emporter.


  Conclusion

 

Réponse à la problématique: Les raisons qui expliquent le succès des régimes dictatoriaux  sont principalement le recherche d'une plus grande sécurité face à la violence politique, économique, sociale de l'époque. Pour atteindre cette sécurité illusoire les citoyens sont prêt à perdre leurs droits, leur liberté.

La situation de crise actuelle peut laisser craindre un retour à un besoin d'ordre, de sécurité. Mais l'histoire ne se répète pas.


Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter