29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 16:51

1ère S

Thème 1 - LA GUERRE FROIDE, conflit idéologique, conflit de puissance.

Une étude: Berlin

Si vous souhaitez avoir les cours en version TBI

Cliquez sur le lien ci-dessous pour télécharger le Logiciel

Smart Notebook pour tableau blanc interactif (TBI) ,http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png 

Clé d'activation

Pour télécharger le cours complet:  http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png

 

- Zoom: Une chanson de la guerre froide "Sting: Russians"

- Zoom: Le Mur de Berlin. Berlin 1961-1989.

- Zoom: La guerre de Corée

- Zoom: Un fait de la guerre froide, le vol de la Korean Airlines abattu

 

 

I- Le monde au temps de la guerre froide (1945-années 70)

 

Pourquoi parle-t-on d’un monde bi-polarisé ?

A  La fin de la grande Alliance (1945-47)

 

Rappel : du 4 au 11 février 1945, conférence de Yalta (Churchill, Roosevelt, Staline), volonté d’établir un nouvel ordre mondial :

- Occupation de l’Allemagne par les Etats-Unis, l’URSS, la France, le Royaume-Uni

- Démilitarisation et dénazification de l’Allemagne, procès des criminels nazis

- Organisation d’élections libres dans les pays libérés.

- Création d’une organisation internationale pour la paix et la sécurité (ONU crée en juin 1945).

La conférence de Potsdam (juillet-août 1945) règle la question des frontières en Europe : glissement vers l’ouest des frontières polonaises et russes.

 

  « Un rideau de fer sur l’Europe »

Quelle situation s’est installée en Europe depuis la guerre ? Qui en est responsable selon lui ?

 

La poussée soviétique en Europe de l’est inquiète les Anglais et les Américains (création des démocraties populaires et mises en place de gouvernements communistes), apparition de l’expression du « Rideau de Fer ».

L’URSS inquiète du monopole américain de la bombe atomique et de l’attitude clémente des Etats-Unis et du Royaume-Uni à l’égard de l’Allemagne, volonté d’une fin rapide du démantèlement industriel et de la dénazification.

Après avoir combattu ensemble contre l’Allemagne et une entente brève à Yalta, et pour la création de l’ONU en1945, les Etats-Unis et l’URSS se méfient l’un de l’autre : Staline est préoccupé du monopole atomique des Etats-Unis, qui lui reprochent l’installation de gouvernements communistes en Europe de l’Est. Dès 1946, Churchill dénonce le « Rideau de Fer » qui partage l’Europe en deux.

 

B- 1947 : « l’année terrible » : la rupture, deux conceptions du monde opposées

  la doctrine Truman

 

« Je crois que les États-Unis doivent soutenir les peuples libres qui résistent à des tentatives d'asservissement (...). Je crois que nous devons aider les peuples libres à forger leur destin (...). Je crois que notre aide doit consister essentiellement en un soutien économique et financier. (...) de maintenir la liberté des États du monde et à les protéger de l'avancée communiste»


    Harry Truman au Congrès des États-Unis le 12 mars 1947

 

Quels sont les facteurs de l’expansion du communisme selon le président américain ? Comment propose-t-il de lutter contre ce phénomène ? Quel rôle doivent jouer les Etats-Unis ?

 

Doctrine Truman (mars 1947) : Les Etats-Unis aideront tout pays favorable à la liberté : politique d’endiguement du communisme dans le monde et proposition du plan Marshall en juin 1947 (général Marshall, ministre des Affaires Etrangères) à l’Europe : aide américaine pour le redressement de l’Europe, accepté par tous les pays de l’Ouest.

 

  doctrine Jdanov

 

"Plus nous nous éloignons de la fin de la guerre et plus nettement apparaissent les deux principales directions de la politique internationale de l'après-guerre, correspondant à la disposition en deux camps principaux des forces politiques qui opèrent sur l'arène mondiale : le camp impérialiste et antidémocratique, le camp anti-impérialiste et démocratique."

"Les États‑Unis sont la principale force dirigeante du camp impérialiste. L'Angleterre et la France sont unies aux Etats‑Unis et marchent comme des satellites en ce qui concerne les questions principales, dans l'ornière de la politique impérialiste des Etats‑Unis. Le camp impérialiste est soutenu aussi par des États pos­sesseurs de colonies, tels que la Belgique et la Hollande, et par des pays au régime réactionnaire antidémocratique, tels que la Turquie et la Grèce, ainsi que par des pays dépendant politiquement et économiquement des États-­Unis, tels que le Proche‑Orient, l'Amérique du Sud, la Chine.

"Les forces anti‑impérialistes et antifascistes forment l'au­tre camp. L'U.R.S.S. et les pays de la démocratie nouvelle en sont le fondement. Les pays qui ont rompu avec l'impérialisme et qui se sont engagés résolument dans la voie du progrès démocratique, tels que la Roumanie, la Hongrie, la Finlande, en font partie. Au camp anti‑impé­rialiste adhèrent l'Indonésie, le Viêt-Nam, l'Inde. L'Egypte et la Syrie y apportent leurs sympathies. Le camp anti‑impérialiste s'appuie dans tous les pays sur le mouvement ouvrier et démocratique, sur les partis communis­tes frères, sur les combattants des mouvements de libéra­tion nationale dans les pays coloniaux et dépendants, sur toutes les forces progressistes et démocratiques qui exis­tent dans chaque pays... Une tâche particulière incombe aux partis communistes frères de France, d'Italie, d'An­gleterre et des autres pays. Ils doivent prendre en main le drapeau de la défense nationale et de la souveraineté de leurs propres pays."

"Le but que se donnent les Etats-Unis est l'établissement de la domination mondiale de l'impérialisme américain. C'est aux partis communistes qu'incombe le rôle historique de se mettre à la tête de la résistance au plan américain d'asservissement de l'Europe. S'ils restent fermes sur leurs positions, s’ils ne se laissent pas influencer par l’intimidation et le chantage, s’ils se comportent résolument en sentinelles de la paix durable et de la démocratie populaire, de la souveraineté nationale, de la liberté et de l’indépendance de leur pays, s’ils savent, dans leur lutte contre les tentatives d’asservissement économique et politique de leur pays, se mettre à la tête de toutes les forces disposées à défendre la cause de l’honneur et de l’indépendance nationale, aucun des plans d’asservissement de l’Europe ne pourra être réalisé. "

 

 

Qu’est-il demandé aux partis communistes d’Europe ? Montrez que cette doctrine définit la bipolarité du monde.

 Doctrine Jdanov (sept. 1947) : dénonciation de « l’impérialisme » américain, l’URSS et ses pays satellites refusent l’aide du Plan Marshall et constituent le Kominform pour resserrer entre eux les partis communistes d’Europe.

Carte du monde pendant la guerre froide

 

Deux conceptions du monde opposées rendent le monde bipolaire.

La doctrine Truman veut endiguer le communisme dans le monde ; en juin, le Plan Marshall soutient financièrement les pays d’Europe de l’ouest pour leur reconstruction.

Avec la doctrine Jdanov (septembre 1947), l’URSS dénonce l’impérialisme américain et rejette le plan Marshall.

 

C L’Allemagne au cœur de la guerre froide

Guerre Froide : période de tensions internationales vives entre les deux blocs, n’allant jamais à la guerre déclarée.

En Asie, la Chine devient communiste avec Mao Zedong en 1949, en Corée (1950-53), les troupes américaines interviennent aux côtés de la Corée du Sud contre les Corée du Nord soutenue par la Chine et l’URSS.

 

  le blocus de Berlin Ouest

 

 

 

 

1- En quoi ce blocus est-il le symbole de l’affrontement est-ouest ?

2- Pourquoi les occidentaux s’investissent-ils si massivement dans le ravitaillement ?

 

 

 

En Europe, l’Allemagne est au cœur de la guerre froide. Face à l’unification des trois zones occidentales d’occupation au printemps 1948, l’URSS organise le blocus de Berlin-Ouest en juin. Les Etats-Unis ripostent par un pont aérien. Staline cède en mai 1949 et l’Allemagne est coupée en deux états : RFA (République Fédérale Allemande à l’ouest) et RDA (République Démocratique Allemande à l’Est).

 

 

 

 

Pour arrêter la fuite des Allemands de l’est, l’URSS édifie le Mur de Berlin en août 1961.

 

 

Photographie du Mur côté Ouest et du no man's land en1986.

Les occidentaux protestent contre de « mur de la honte » (Kennedy, 1963, « Ich bin ein Berliner »), symbole de la bipolarité du monde.

 

 
 
 

 

Emmurés, la reconstitution 3D du mur de Berlin

 

En Amérique, la crise des missiles de Cuba de octobre 1962 manque d’entraîner le monde dans une troisième guerre mondiale.

 

 

II- La dislocation du monde communiste

A Les crises

la coexistence pacifique (1959)

1- Présenter le document

2- Relever tous les termes évoquant la détente.

 

Formulée dès 1952 par Staline, reprise par Malenkov en 1953 puis reprise dans le discours de Nikita Khrouchtchev en 1956.

Elle a pour but de limiter l'affrontement avec les États-Unis pour préserver la possibilité d'une victoire finale soviétique. Elle est  favorisée par l' équilibre de la terreur .

Par la suite dans les années 1960, après la construction du mur de Berlin et surtout après la Crise des missiles de Cuba, les deux grandes puissances (États-Unis et Union soviétique) prennent conscience de la nécessité d'une politique de détente et décident d’entamer un dialogue, car un conflit engendrerait la disparition de l’espèce humaine vu les arsenaux nucléaires qu’ils possèdent.

 

  • 1949:bombe A soviétique

  • 1952:bombe H américaine

  • 1953:bombe H soviétique

  • 1957:les soviétiques lancent Spoutnik ce qui provoque un choc très important aux États-Unis puisque désormais leur territoire n'est plus un "sanctuaire".

Les deux blocs cherchent donc à limiter la course aux armements et amorcent une coopération commerciale. La limitation des armes atomiques et des missiles intercontinentaux est davantage recherchée par l'URSS afin de mieux tirer parti des forces régulières qu'elle maintient en grand nombre près des pays européens occidentaux.

. Le « téléphone rouge » est créé en 1963 et permet une liaison permanente entre Washington et Moscou pour éviter une escalade fatale.

 

 

La course aux armements nucléaires

 

 

 

A partir des années 70, les deux Grands signent des accords de limitation du risque nucléaire et de coopération économique. La détente culmine en 1975 avec les Accords d’Helsinki. Les conflits ne sont pas absents (guerre du Vietnam) mais ne menacent pas la paix du monde.

Le dialogue s’interrompt pourtant à la fin des années 70.

 

L’URSS a toujours réprimé les révoltes ou contestations dans son bloc (Hongrie en 1956 ou Tchécoslovaquie en 1968). Elle gagne même de nouveaux alliés (Vietnam, Laos, Cambodge, Angola, Mozambique) et envahit l’Afghanistan en 1979. Elle installe des missiles SS20 en Europe. Les Etats-Unis ripostent avec le projet IDS. ("Guerre des étoiles")

 

Russians

Interprété par Sting


In Europe and America
There's a growing feeling of hysteria
Conditioned to respond to all the threats
In the rhetorical speeches of the Soviets

Mister Krushchev said, "We will bury you"
I don't subscribe to his point of view
It'd be such an ignorant thing to do
If the Russians love their children too

How can I save my little boy
From Oppenheimer's deadly toy?
There is no monopoly of common sense
On either side of the political fence

We share the same biology
Regardless of ideology
Believe me when I say to you
I hope the Russians love their children too

There is no historical precedent
To put the words in the mouth of the president?
There's no such thing as a winnable war,
It's a lie we don't believe anymore

Mister Reagan says, "He will protect you"
I don't subscribe to his point of view
Believe me when I say to you
I hope the Russians love their children too

We share the same biology
Regardless of ideology
What might save us, me and you,
Is if the Russians love their children too

 

 

 
B la détente (1963-1974) 
 
Les deux Grands sont impliqués dans des conflits importants. Tous deux mènent une lutte d’influence dans les pays du tiers monde : c'est ce que l'on nomme les conflits périphériques.

De 1964 à 1975, la guerre du Viêt Nam oppose indirectement les grandes puissances, à travers le Nord Viêt Nam stalinien et le Sud Viêt Nam capitaliste. Les États-Unis s’engagent militairement au Viêt Nam à partir de 1962[36].

Les États-Unis soutiennent de nombreux dictateurs et provoquent plusieurs coups d’État (Cambodge en 1970, Chili en 1973…), dans le seul but de contenir l’empire soviétique. En Amérique latine, le régime castriste soutient des guérillas révolutionnaires contre ces dictateurs, qui se soldent par des échecs.

 

Conscient des risques, mais également face aux crises et tensions latentes au sein de l’URSS, Gorbatchev tend la main à Reagan pour réchauffer les relations entre les deux Grands.

 

C Les réformes en URSS : un vent d'espoir

 

Dès 1985, le nouveau dirigeant soviétique, Gorbatchev, tente de sauver l’URSS par d’importantes réformes :

- la PERESTROÏKA vise à moderniser l’économie par l’introduction d’une petite entreprise privée, la décollectivisation agricole, le commerce avec l’Occident.

- le GLASNOST vise à démocratiser le régime : retour des dissidents (Andrei Sakharov), élections libres en 1989.

Ces réformes timides suscitent des espoirs chez les soviétiques mais la situation économique de l’URSS est catastrophique.

Gorbatchev assiste à l’effondrement des régimes communistes d’Europe de l’est.

 

D-  L’éclatement de l’URSS

 

 la réunification allemande (octobre 1989- novembre 1990)

1- présenter le document

2- quel message veut faire passer l'auteur ?

 

 

Le 7 décembre 1988, à la tribune de l’ONUGorbatchev annonce la réduction des forces armées soviétiques en RDAHongrie et Tchécoslovaquie, ce qui signifie la fin de la « doctrine de souveraineté limitée » : l’Union soviétique se désengage de l’Europe de l’Est. Ce discours inaugure la « Révolution de velours », c’est-à-dire la transition douce des pays de l’Europe de l’Est entre un régime de type soviétique et un régime démocratique multipartiste par de nouvelles lois constitutionnelles de 1988 à 1990, avec des manifestations populaires, mais sans guère de combats ni de sang versé. En RDA, les habitants commencent à migrer vers la RFA par la Hongrie libre (été 1989). Puis, sous la pression de la population, le Mur de Berlin chute le 9 novembre 1989 et l’Allemagne sera réunifiée l’année suivante (3 octobre 1990). En Roumanie, le régime autocratique de Ceauşescu est le dernier à tomber, le 26 décembre 1989 et le dictateur est exécuté ainsi que sa femme. En 1990, Gorbatchev obtient le prix Nobel de la paix.

 

Journal de France 2 
Reportage

 

 

 

la démission de Gorbatchev

Démission de Mikhaïl Gorbatchev
Démission de Mikhaïl Gorbatchev
Le 25 décembre 1991, Mikhaïl Gorbatchev signe son acte de démission de la présidence de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), juste avant de l'annoncer à la télévision.
Gannady Galparin/Reuters/Landov

1- faire le récit des événements

2- quel est l’enjeu cet événement ?

 

Face au mécontentement général, l’URSS éclate en 1991 : les républiques qui la forment proclament leur indépendance (15 états souverains).

 

Gorbatchev doit démissionner le 25 décembre 1991 et le parti communiste est suspendu. Eltsine devient président de la Russie, qui forme avec d’autres républiques la CEI.

Peu à peu, du fait du désengagement de l’Union soviétique et de la fin de la menace communiste, un vent de liberté souffle sur le monde et plusieurs conflits périphériques se règlent. Beaucoup de dictatures d’Amérique latine, soutenues par les États-Unis comme rempart contre la tentation communiste, tombent : Argentine (1983), Brésil (1985), Paraguay (1989), Chili (1990). En Afrique du SudNelson Mandela est libéré (12 février 1990), ce qui va mettre fin à l’apartheid (1991). En Afghanistan, l’Armée rouge quitte le pays (1988-1989) mais la guerre civile se poursuit.

Le monde communiste se réduit à quelques pays : Chine, Cuba, Vietnam. La Russie hérite de l’URSS son siège permanent à l’ONU et ses armements nucléaires, mais la faiblesse de son économie l’empêche de jouer un rôle majeur.

Les Etats-Unis restent donc la seule superpuissance de cette fin de siècle, .mais le monde est devenu en réalité multipolaire (émergence de la Chine, l'Inde, le Brésil, unification et développement de l'Union Européenne).

 

Vocabulaire

Doctrine : théorie servant de base à une idéologie et/ou à un système politique.

Endiguement : empêcher la propagation, faire barrage.

Empêcher tout échange entre une région et l’extérieur.

IDS : élaboration d’un bouclier spatial constitué d’un réseau de canons laser en orbite contre les missiles soviétiques.

Liens
iconepdf.gif Cours : De nouvelles conflictualités depuis la fin de la Guerre froide
iconepdf.gif Dossier : Le siège de Sarajevo (1992-1995)
iconepdf.gif Dossier : Les attentats du 11 septembre 2001
iconewma.bmp Vidéo : Le flash spécial de France 3 (11 septembre 2001)
Filmographie
- Point limite (Frears, 2001)
- Le jour d'après (Meyer, 1983)
- Docteur Folamour (Kubrick, 1963)
L'aveu (Costa-Gavras, 1969)
- Good night and good luck (Clooney, 2005)

En Amérique, la crise des missiles de Cuba de octobre 1962 manque d’entraîner le monde dans une troisième guerre mondiale.

 

 

II- La dislocation du monde communiste

A Les crises

la coexistence pacifique (1959)

1- Présenter le document

2- Relever tous les termes évoquant la détente.

 

Formulée dès 1952 par Staline, reprise par Malenkov en 1953 puis reprise dans le discours de Nikita Khrouchtchev en 1956.

Elle a pour but de limiter l'affrontement avec les États-Unis pour préserver la possibilité d'une victoire finale soviétique. Elle est  favorisée par l' équilibre de la terreur .

Par la suite dans les années 1960, après la construction du mur de Berlin et surtout après la Crise des missiles de Cuba, les deux grandes puissances (États-Unis et Union soviétique) prennent conscience de la nécessité d'une politique de détente et décident d’entamer un dialogue, car un conflit engendrerait la disparition de l’espèce humaine vu les arsenaux nucléaires qu’ils possèdent.

 

  • 1949:bombe A soviétique

  • 1952:bombe H américaine

  • 1953:bombe H soviétique

  • 1957:les soviétiques lancent Spoutnik ce qui provoque un choc très important aux États-Unis puisque désormais leur territoire n'est plus un "sanctuaire".

Les deux blocs cherchent donc à limiter la course aux armements

 

 

et amorcent une coopération commerciale. La limitation des armes atomiques et des missiles intercontinentaux est davantage recherchée par l'URSS afin de mieux tirer parti des forces régulières qu'elle maintient en grand nombre près des pays européens occidentaux.

. Le « téléphone rouge » est créé en 1963 et permet une liaison permanente entre Washington et Moscou pour éviter une escalade fatale.

 

 

La course aux armements nucléaires

les missiles en Europe

Cliquez pour agrandir

 

 

A partir des années 70, les deux Grands signent des accords de limitation du risque nucléaire et de coopération économique. La détente culmine en 1975 avec les Accords d’Helsinki. Les conflits ne sont pas absents (guerre du Vietnam) mais ne menacent pas la paix du monde.

Le dialogue s’interrompt pourtant à la fin des années 70.

 

L’URSS a toujours réprimé les révoltes ou contestations dans son bloc (Hongrie en 1956 ou Tchécoslovaquie en 1968). Elle gagne même de nouveaux alliés (Vietnam, Laos, Cambodge, Angola, Mozambique) et envahit l’Afghanistan en 1979. Elle installe des missiles SS20 en Europe. Les Etats-Unis ripostent avec le projet IDS. ("Guerre des étoiles")

 

Russians

Interprété par Sting


In Europe and America
There's a growing feeling of hysteria
Conditioned to respond to all the threats
In the rhetorical speeches of the Soviets

Mister Krushchev said, "We will bury you"
I don't subscribe to his point of view
It'd be such an ignorant thing to do
If the Russians love their children too

How can I save my little boy
From Oppenheimer's deadly toy?
There is no monopoly of common sense
On either side of the political fence

We share the same biology
Regardless of ideology
Believe me when I say to you
I hope the Russians love their children too

There is no historical precedent
To put the words in the mouth of the president?
There's no such thing as a winnable war,
It's a lie we don't believe anymore

Mister Reagan says, "He will protect you"
I don't subscribe to his point of view
Believe me when I say to you
I hope the Russians love their children too

We share the same biology
Regardless of ideology
What might save us, me and you,
Is if the Russians love their children too

 

 

B la détente (1963-1974) 
 
Les deux Grands sont impliqués dans des conflits importants. Tous deux mènent une lutte d’influence dans les pays du tiers monde : c'est ce que l'on nomme les conflits périphériques.

De 1964 à 1975, la guerre du Viêt Nam oppose indirectement les grandes puissances, à travers le Nord Viêt Nam stalinien et le Sud Viêt Nam capitaliste. Les États-Unis s’engagent militairement au Viêt Nam à partir de 1962[36].

Les États-Unis soutiennent de nombreux dictateurs et provoquent plusieurs coups d’État (Cambodge en 1970, Chili en 1973…), dans le seul but de contenir l’empire soviétique. En Amérique latine, le régime castriste soutient des guérillas révolutionnaires contre ces dictateurs, qui se soldent par des échecs.

 

Conscient des risques, mais également face aux crises et tensions latentes au sein de l’URSS, Gorbatchev tend la main à Reagan pour réchauffer les relations entre les deux Grands.

 

C Les réformes en URSS : un vent d'espoir

 

Dès 1985, le nouveau dirigeant soviétique, Gorbatchev, tente de sauver l’URSS par d’importantes réformes :

- la PERESTROÏKA vise à moderniser l’économie par l’introduction d’une petite entreprise privée, la décollectivisation agricole, le commerce avec l’Occident.

- le GLASNOST vise à démocratiser le régime : retour des dissidents (Andrei Sakharov), élections libres en 1989.

Ces réformes timides suscitent des espoirs chez les soviétiques mais la situation économique de l’URSS est catastrophique.

Gorbatchev assiste à l’effondrement des régimes communistes d’Europe de l’est.

 

Réaliser la frise chronologique de l’effondrement du bloc de l’est

 

D-  L’éclatement de l’URSS

 

 la réunification allemande (octobre 1989- novembre 1990)

1- présenter le document

2- quel message veut faire passer l'auteur ?

 

 

Le 7 décembre 1988, à la tribune de l’ONUGorbatchev annonce la réduction des forces armées soviétiques en RDAHongrie et Tchécoslovaquie, ce qui signifie la fin de la « doctrine de souveraineté limitée » : l’Union soviétique se désengage de l’Europe de l’Est. Ce discours inaugure la « Révolution de velours », c’est-à-dire la transition douce des pays de l’Europe de l’Est entre un régime de type soviétique et un régime démocratique multipartiste par de nouvelles lois constitutionnelles de 1988 à 1990, avec des manifestations populaires, mais sans guère de combats ni de sang versé. En RDA, les habitants commencent à migrer vers la RFA par la Hongrie libre (été 1989). Puis, sous la pression de la population, le Mur de Berlin chute le 9 novembre 1989 et l’Allemagne sera réunifiée l’année suivante (3 octobre 1990). En Roumanie, le régime autocratique de Ceauşescu est le dernier à tomber, le 26 décembre 1989 et le dictateur est exécuté ainsi que sa femme. En 1990, Gorbatchev obtient le prix Nobel de la paix.

 

Journal de France 2 
Reportage

 

 

 

la démission de Gorbatchev

Démission de Mikhaïl Gorbatchev
Démission de Mikhaïl Gorbatchev
Le 25 décembre 1991, Mikhaïl Gorbatchev signe son acte de démission de la présidence de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS), juste avant de l'annoncer à la télévision.
Gannady Galparin/Reuters/Landov

1- faire le récit des événements

2- quel est l’enjeu cet événement ?

 

Face au mécontentement général, l’URSS éclate en 1991 : les républiques qui la forment proclament leur indépendance (15 états souverains).

 

Gorbatchev doit démissionner le 25 décembre 1991 et le parti communiste est suspendu. Eltsine devient président de la Russie, qui forme avec d’autres républiques la CEI.

Peu à peu, du fait du désengagement de l’Union soviétique et de la fin de la menace communiste, un vent de liberté souffle sur le monde et plusieurs conflits périphériques se règlent. Beaucoup de dictatures d’Amérique latine, soutenues par les États-Unis comme rempart contre la tentation communiste, tombent : Argentine (1983), Brésil (1985), Paraguay (1989), Chili (1990). En Afrique du SudNelson Mandela est libéré (12 février 1990), ce qui va mettre fin à l’apartheid (1991). En Afghanistan, l’Armée rouge quitte le pays (1988-1989) mais la guerre civile se poursuit.

Le monde communiste se réduit à quelques pays : Chine, Cuba, Vietnam. La Russie hérite de l’URSS son siège permanent à l’ONU et ses armements nucléaires, mais la faiblesse de son économie l’empêche de jouer un rôle majeur.

Les Etats-Unis restent donc la seule superpuissance de cette fin de siècle, .mais le monde est devenu en réalité multipolaire (émergence de la Chine, l'Inde, le Brésil, unification et développement de l'Union Européenne).

 

Vocabulaire

Doctrine : théorie servant de base à une idéologie et/ou à un système politique.

Endiguement : empêcher la propagation, faire barrage.

Empêcher tout échange entre une région et l’extérieur.

IDS : élaboration d’un bouclier spatial constitué d’un réseau de canons laser en orbite contre les missiles soviétiques.

Liens
iconepdf.gif Cours : De nouvelles conflictualités depuis la fin de la Guerre froide
iconepdf.gif Dossier : Le siège de Sarajevo (1992-1995)
iconepdf.gif Dossier : Les attentats du 11 septembre 2001
iconewma.bmp Vidéo : Le flash spécial de France 3 (11 septembre 2001)
Filmographie
- Point limite (Frears, 2001)
- Le jour d'après (Meyer, 1983)
- Docteur Folamour (Kubrick, 1963)
L'aveu (Costa-Gavras, 1969)
- Good night and good luck (Clooney, 2005)
Repost 0
29 août 2014 5 29 /08 /août /2014 15:44

1ère S

II - LA GUERRES  ET LES REGIMES TOTALITAIRES AU XXème

( 17-18h)

 

Thème 1 - LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : L'expérience combattante d'une guerre totale

( 17-18h)

 

LA PREMIÈRE GUERRE MONDIALE : L'expérience combattante d'une guerre totale

 

Cliquez ici pour télécharger le cours en version Smart Notebook pour TBI

 

Pour télécharger le logiciel Smart Notebook pour tableau blanc interactif (TBI),http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png

 

Clé d'activation

 

Pour télécharger le cours en version TBI

http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png

 

CONNAISSANCES
La Première Guerre mondiale bouleverse les États et les sociétés :
- Elle est caractérisée par une violence de masse,
- Avec la révolution russe, elle engendre une vague de révolutions en Europe,
- Elle se conclut par des traités qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe source de tensions.

 

DÉMARCHES
Après la présentation succincte des trois grandes phases de la guerre on étudie deux exemples de la violence de masse :
- La guerre des tranchées (Verdun),
- le génocide des Arméniens.
L’étude s’appuie sur la présentation de personnages et d’événements significatifs.
L’étude de la nouvelle carte de l’Europe met en évidence quelques points de tensions particulièrement importants.

 

CAPACITÉS
Connaître et utiliser les repères suivants
- La Première Guerre mondiale : 1914 -1918, la bataille de Verdun : 1916 ; l’armistice : 11 novembre 1918
- La révolution russe : 1917
- La carte de l’Europe au lendemain des traités
Décrire et expliquer la guerre des tranchées et le génocide des Arméniens comme des manifestations de la violence de masse

 


Introduction
Problématique: La première guerre mondiale, c’est :
1- une guerre totale (totalité de la société, de l’économie, des pays concernés) et la brutalisation des rapports humains.
2- la fin de la suprématie européenne : Patriotisme remis en cause (mutineries de 1917), des régimes qui s’effondrent (Russie, Autriche-Hongrie), déclin de l’influence internationale de l'Europe.
3- Les germes des temps nouveaux : Armement, montée de l’influence américaine, triomphe du communisme en Russie, bouleversements territoriaux, évolution des mœurs, naissance de nouvelles idéologies politiques (balancements entre démocratie et dictature).

En quoi cette guerre fut-elle fondatrice d’une violence totale qui marque la première moitié du XXème siècle ?


Vocabulaire Nationalisme, impérialisme, colonie, nationalités, Triple Alliance, Triple Entente, Sarajevo, ultimatum, guerre de mouvement, guerre de tranchées (ou de position), front, arrière, mutineries, traité, armistice, réparations, Diktat, Anschluss.

 

Introduction: Les origines de la guerre (voir dernier cours de 4ème)


Une Europe dominante
 

économiquement: par son industrie et son dynamisme financier, sans oublier le commerce. L’Europe contrôle le monde. Les réserves d’or sont énormes.

politiquement: la colonisation permet un contrôle stratégique du monde. Le « modèle européen » a influencé de nombreuses constitutions à travers le monde.
Géographiquement, culturellement et scientifiquement: l’Anglais, le Français et l’Espagnol se sont répandus dans le monde. La religion chrétienne est transmise au monde (par les missionnaires). Les techniques sont en essor, tous les prix Nobel avant 1914 sont européens.
 

Les puissances européennes sont des rivales sur le plan économiques, politiques et stratégiques

- De nombreuses minorités réclament leur indépendance, le sentiment national est exacerbé. la Serbie, par exemple souhaite unifier tous les slaves du sud au dépend de l’Autriche. On parlera alors de "poudrière balkanique".

- L’Europe est coupée en deux par deux systèmes d’alliances (France, Royaume-Uni et Russie) contre (Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie). Ils s’agit d’accords militaires défensifs. L’Allemagne se sent encerclée : véritable course aux armements et exaltation du patriotisme (pangermanisme).
Patriotisme : Sentiment d’amour pour sa patrie (nation, état, pays) que l’on est prêt à défendre.
Pangermanisme : Volonté de regrouper au sein d’un même état tous les peuples d’origine allemande.
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8e/Map_Europe_regimes_1914.png/800px-Map_Europe_regimes_1914.png


L’étincelle de Sarajevo

Avant 1914, l’Europe est partagée entre des empires autoritaires (Allemagne, Autriche-Hongrie, Russie), des monarchies parlementaires (Royaume-Uni), et quelques républiques comme la France. Les minorités nationales sont importantes.
Le 28 juin 1914, à Sarajevo, François-Ferdinand est assassiné. La Serbie est accusée par l’Empire Austro-Hongrois d’être à l'origine de l'attentat. Cela permet à l’empire austro-hongrois d’affaiblir la Serbie et de lui déclarer la guerre le 28 juillet. Le jeu des alliances entraîne en 5 jours l’Europe dans la guerre. Dans chaque pays, la guerre est acceptée et les partis se rassemblent en une Union Sacrée (Les pacifistes  comme  Jean Jaurès (assassiné en 1914) sont perçus comme des traitres ou des lâches.
 
"Union Sacrée" : Au sein de chaque pays, les oppositions politiques s’effacent, laissant la place à un accord général pour faire face à l’ennemi.
 
"Impérialisme" : Action qui consiste à mettre un territoire sous sa dépendance.
La France rêve d'une revanche sur l'Allemagne (guerre de 1870)
 

 

 

- Quel est l'état d'esprit de la population au début du conflit ?
- Trouve la scène "anormale" dans l'extrait vidéo. 

 

Conclusion L’Europe est rongée par sa désunion et son désir de puissance

 

PARTIE I: Les principales phases


Petit résumé de la Première guerre mondiale 

 

 

A  La guerre de mouvement

31.jpg

 - Août à décembre 1914: Guerre de mouvement, offensive allemande et contre-offensive française. Guerre de mouvement : la tactique militaire est basée sur la rapidité des mouvements pour pouvoir surprendre l’ennemi. Durant la première phase, guerre de mouvement, les offensives allemandes (plan Schlieffen) permettent d’envahir la France. La contre offensive alliée du maréchal Joffre et la victoire de la bataille de la Marne stoppent la marche ennemie.

Guerre-de-mouvement.jpg

 

B  La guerre de position


32.jpg- Entre 1915 et 1917, le front se stabilise et se renforce. La guerre s’élargie (Italie et Roumanie contre Empire Ottoman et Bulgarie) Les troupes s’immobilisent sur un front de la mer du Nord à la Suisse. 

 

- Guerre de position : les armées se font face et aucune n’arrive à percer le front, les hommes sont cachés dans les tranchées et attaquent par vagues successives très meurtrières. (ex: Verdun en 1917).

 

Guerre-de-position.jpg

 
Verdun-en-1917-copie-1.jpg

 

C  L'extension de la guerre et la révolution russe


Entrée en guerre des Etats-Unis en 1917 Une guerre déjà totale et brutale:
 - Financier: la ruine de l’Europe. On recourt aux emprunts pour financer la guerre. On met en place une économie de guerre. - Humain: Nombre effroyable de morts (Verdun 300 000 morts, 400 000 blessés. En tout 8 millions de morts et le premier génocide (arménien)). Les mentalités évoluent. 

- Technologique: les chars, les gaz moutarde
- Géographique: Pour la première fois, quasiment toute la planète est en guerre (si l’on compte les colonies)

 

La révolution russe

Révolution russe en mars et octobre 1917. Lénine met en place le premier régime communiste du monde. Conséquence, la Russie se retire de la Guerre.

XIXème: Marx et Engels raconte la misère de la condition ouvrière et expose leur projet de société. Ce projet est fondé sur la prise de pouvoir par le peuple et l’instauration d’une égalité entre tous. 

 

Après la révolution de 1917, la Russie  devient communiste et est dirigée par Lénine. Elle deviendra alors URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques) à partir de 1922.

 

On met donc en place un état fédéral. Ce « socialisme » à pour objectif ultime le « communisme » qui est une égalité parfaite entre les citoyens. Pour y parvenir deux éléments sont mis en place :

-         Une dictature du prolétariat (classe ouvrière)

-         Une suppression de la propriété privée (collectivisation)

 

 

27 février 1917 : Occupation du Palais d’hiver à Petrograd. Un gouvernement provisoire est élu. Le tsar Nicolas II abdique.

En avril, Lénine revient d’exil. Il est le chef du parti bolchevik (issu du parti socialiste ouvrier de Russie.)

24-25 octobre 1917 : Prise de pouvoir de Lénine.

3 mars 1918 : Traité de Brest-Litovsk (800 000km² de pertes territoriales, 32% de son agriculture, 75% du charbon) (voir carte ci dessous) En vert, les territoires perdus).

1917-1921: Guerre civile « blancs » contre « rouges ». L’Allemagne et la Hongrie subissent des insurrections communistes.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a8/Carte_des_cons%C3%A9quences_du_Trait%C3%A9_de_Brest-Litovsk.svg/386px-Carte_des_cons%C3%A9quences_du_Trait%C3%A9_de_Brest-Litovsk.svg.png

 

 

PARTIE II: La vie pendant la guerre


A La vie au front

Entre 1915 et 1917, les soldats s’enterrent dans les tranchées (700 km).

 

- Histoire des arts: La première guerre mondiale vue par Otto Dix

- Au front: Etude de la vie dans les tranchées

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/36/French_87th_Regiment_Cote_34_Verdun_1916.jpg

- Les tranchées, la boue, le gaz, les assauts, la mort.
- Certains obus n’éclatent pas car ils s’enfoncent dans la boue, noyades.
- Gelures mortelles
- Faim et soif car le ravitaillement n’est pas toujours effectué, et l’alimentation est souvent froide.
- Les toilettes sont de simples trous collectifs, sans intimité, que les pluies remplissent et transforment en cloaques et engendrent des écoulements insalubres.
- Les Poilus voient sous leurs yeux ou à quelques mètres devant les tranchées les dépouilles aux ventres gonflés par les gaz et la chaleur, rongées par les vers, putréfiées…
 
La-boue.jpg
La boue dans les tranchées
 
Les cimetières improvisés sont souvent entièrement retournés par les bombardements et les corps à nouveau mutilés et mis à l’air. Les lettres sont censurées, retenues, les Poilus ont leurs propres journaux (le Crapouillot), mais les informations sont filtrées pour maintenir la fibre nationaliste.
 
Alerte-au-gaz.jpg
Une alerte au gaz
 
- A cela s’ajoute l’horreur des bombardements et des assauts, souvent inutiles et très meurtriers. Des armes nouvelles (crapouillot ou mortier, gaz moutarde dès 1915, lance-flammes, mitrailleuses) ouvrent l’ère d’une sauvagerie de masse.
35.jpg
36.jpg
 
Cette guerre de position est une guerre d’usure, marquée d’assauts meurtriers et souvent inutiles (la Somme, Verdun, le Chemin des Dames).
37.jpg
 
 
 
La première guerre vue par JP Jeunet dans un "long dimanche de fiançailles" en 2004.
L’année 1917 marque le tournant de la guerre :
- Mutineries  sur tous les fronts (
voir la chanson de Craonne en histoire des arts)
- Entrée en guerre des Etats-Unis (atout démographique, économique et militaire)
- Révolutions russes et arrêt des combats sur le front russe en décembre 1917


B La vie à l'arrière

Le nouveau rôle des femmes (« les munitionnettes »).
Les conditions de vie sont très difficiles. Les gouvernements des pays belligérants mettent en place une économie de guerre pour fournir le front : réquisitions des matières premières, de la main d’œuvre féminine (« munitionnettes ») et coloniale, des entreprises (Renault), rationnement sur de nombreux produits, recours massifs aux emprunts à l’intérieur et à l’extérieur (en particulier aux Etats-Unis).

Les gouvernements mobilisent les esprits par la propagande (« bourrage de crâne » selon les soldats français) qui entretiennent le patriotisme, mais surtout par la censure (le Canard Enchaîné pour contrer) et la surveillance des correspondances. Mais très vite, dès 1916, l’arrière connaît la réalité du front. Les méthodes employées par les démocraties (France notamment) se rapprochent de celles des régimes autoritaires.

 La guerre est devenue totale : les forces à l’arrière sont réquisitionnées. Les femmes sont employées en masse dans les usines, pour fabriquer des armes et des munitions ou pour faire fonctionner le reste de l’économie.
Cette guerre est devenue une guerre industrielle : celui qui gagnera la guerre sera le camps qui aura réussi à entretenir et à dépasser l’autre en production. En ce qui concerne l’industrie, celle-ci en tire des profits énormes, les hommes sont envoyés au front et on manque de main d’œuvre. Les industries sont réorganisées et réorientées vers des productions d’armement ou de biens pour l’armée.
 
34.jpg
 

 

 
 
 PARTIE III: Des temps nouveaux

A Des boulversements territoriaux
Une partie des nationalités ont trouvé une terre qui leur permet de constituer un pays (mais restent les Kurdes, les Croates, les Moldaves, les Kosovars, les Slovaques...)
 


Europe_traites_1919_1923.jpg

Une Europe appauvrie:  Il y a bien un vainqueur, mais il est de l’autre côté de l’Atlantique. Les Etats-Unis sont les créanciers de l’Europe. Les états européens doivent reconstruire leur appareil de production (ruines et désolation dans les zones de combats du nord et de l’est de la France, et dans la partie occidentale de l’empire russe) et rembourser des milliards. Montée de l’influence américaine,
33.jpg
Un désastre humain:
38.jpg
Cette guerre a fait environ 10 millions de morts et le triple de blessés et de mutilés (« les gueules cassées »), et a engendré les premières déportations et le premier génocide (arménien) du XX°s.

Une génération (les 20-40 ans) a été sacrifiée, les veuves et orphelins se comptent par millions. Verdun (1916) = 300 000 morts (offensive allemande retenue par les Français)


En proportion du nombre de mobilisés, les puissances secondaires sont plus touchées que les grandes puissances état

Pourcentage de mobilisés Serbie 37 % Turquie 27 % Roumanie 25 % Bulgarie 22 % France 16.8 % Allemagne 15.4 %
Evolution des mœurs: Place des femmes dans la société (droit de vote, travail...)
 
Activité: 

B La naissance du fascisme
Naissance du fascisme: Mussolini prend le pouvoir en Italie en 1922. Il sera imité par Hitler en 1933 et Franco en 1936.
40.jpg
C La création de l'URSS.
Naissance de l'URSS en 1922: La naissance de la Russie Soviétique va entraîner une vague de révolutions en Europe après la guerre.
 

expansion-russie-et-urss.png

 

http://www.cyberhistoiregeo.fr/IMG/jpg/revolutions_europe.jpg

 

1921 : Grandes famines

Famine-URSS-1922.jpgLa famine atteint des proportions terribles. Les paysans ont mangé tout ce qui pouvait servir de nourriture, chats, chiens. À l'heure actuelle, ils sont en train de déterrer les morts pour les manger. Dans les districts de Pougatchev et de Bouzoulouk, de nombreux cas de cannibalisme ont été notés. Selon les témoignages des membres du comité exécutif de la volost [canton], le cannibalisme dans le bourg de Lioudbimovka prend des proportions dramatiques. On isole les cannibales. Le comité provincial d'aide aux affamés a acheminé dans la ville de Pougatchev un train médico-alimentaire pour 5'000 personnes. Le convoi amène du ravitaillement pour six mois. Les échanges de marchandises avec l'Ukraine sont impossibles car dans les provinces de Zaporojié, Donetzk, Ekaterinoslavl, Odessa et Nikolaiev, la famine a été déclarée. La collecte de dons alimentaires y est interdite. Les autorités provinciales ont nommé un responsable chargé de faire un inventaire rigoureux des produits envoyés en aide aux affamés. Les épidémies se développent. »

Source : Archives centrales de la Sécurité d'État. Traduit et présenté par Nicolas WERTH dans le n°78 du Bulletin de l'Institut d'histoire du temps présent, n°78, second semestre 2001, p. 108.

 

21 janvier 1924 : mort de Lénine qui ne souhaite pas voir Staline lui succéder…

 

CONCLUSION  
 
Traité de Versailles le 28 juin 1919. Un traité très dur, considéré comme un « diktat » qui attise la volonté de revanche. Les frontières changent mais font toujours autant de mécontents. Le Société Des Nations est créée (SDN), c’est l’ancêtre de l’ONU Les traités ont donné naissance à une paix mort-née et ont créé les conditions de la Seconde Guerre Mondiale. Les années 1914-18, en  ont orienté dans un sens tragique toute la première moitié  du XX° siècle. La Grande Guerre, par sa violence et sa sauvagerie, illustrée par les combats dans les tranchées, mais aussi par des génocides (Arméniens en 1915-16), annonce le XX° siècle et ses massacres.

 
Fiche de synthèse
Pour cette leçon, je dois connaître et utiliser les repères suivants
- La Première Guerre mondiale : 1914 -1918, la bataille de Verdun : 1916 ; l’armistice : 11 novembre 1918
- La révolution russe : 1917
- La carte de l’Europe au lendemain des traités
Décrire et expliquer la guerre des tranchées et le génocide des Arméniens comme des manifestations de la violence de masse

 
Documents
Monument au mort pacifiste de Gentioux (Creuse)
Monument-aux-morts-pacifistes-de-Gentioux--Creuse-.jpg
Monument revanchard de Peronne
Monument-aux-morts-revanchard-de-Peronne.jpg
Place du Martroi à Beaugency après guerre
poilu.jpgImage prise sur l'excellent  site: http://beaugen.net
 
ANTHOINE Léon Marie, ATGER Charles  BAFFET Louis  BAYOU Valmy  BEAUJOUAN Jules Léon  BEAUPUITS Adolphin BELLENOUE René  BERGES Giraud BERTHE Georges BILON Georges BLASTIER Louis BLASTIER Maurice  BLONDEAU Maurice BONGIBAULT Louis Etienne Eugène BOTHEREAU Alfred    BOUBOU Maurice    BOURLIER Alexandre    BOURLIER Georges    BOURREAU Marius Eugène    BRISTCH Marie Hippolyte    CADOLLE Georges HenriCAHU Raymond Charles Théodore CENT Emile André    CHAMPION Jean CHANTOME Paul EdouardCHARPENTIER Edmond    CHATONNET Georges    CHAUMUZEAU Georges CHAUVIN Léon Paul   CHERRIERE Léon René   CHERRIERE Robert Henri   CHEVALLIER Paul   CHEVALLIER Robert Edouard Jean   CHEVRIER Edmond   CIZEAU Alban Bernard Marie CLAIRAMBAULT Lucien   COLIN Emile   CORBIN Ernest Louis   COSTE Gilbert   COUTE Albert   CROISSANDEAU Julien Alexandre DANTAN Albert   DEBRAN Arthur   DECATOIRE Charles   DELAHAIS Maurice   DELOUCHE Ernest EmileDESCAUSES René   DEUMIE Baptiste   DIBOZ Ernest   DODEMAN Abel   DOLBEAU Jean   DOZIAS René   DREUX Etienne   DREUX Maurice   DROUET Alexandre   DROUIN Auguste   DRUGEAULT Paul   DUCHÊNE JeanDUPUY Maurice   DURANT André   DUTAUZIET Gaston   FAUGOUIN Georges   FAUVIN Georges Maurice René   FORTIER MarceauFORTIER Vincent   FOUQUIAU Antony   GAILLARD André   GAUCHER Marie André   GAULLIER Modeste   GAUTHIER Lucien   GENANS Alexandre   GENTY Abel Henri GERMAIN Auguste   GITTON Cyprien Emile   GOUCHAULT Lucien   GRATESOL Henri   GRILLON Albert GUILLAUT Marius   HERON Louis HOSSELIN Octave   HUET Joseph   HUGE Maurice   IMBAULT Georges   IMBAULT Maxime   INGRAIN Victor   JULLIEN Marius   LABAUME Léon   LANDOIS Camille   LANDOIS Henri   LANGLOIS Marcel   LARCHEVEQUE FrançoisLASNIER Eugène   LAUCHIRE Pierre   LE HUU Hamh   LEFELLE Lucien   LEFORT Paul   LEGOUT Albert   LELIEVRE Robert   LEMOINE Charles Clovis   LEMOINE Emile   LEMOINE Jean   LEPAGE Jacques LEPAGE Maurice   LEPISSIER Léandre   LEPISSIER Martial   LEVOEUX Camille   LEZIAN Etienne   LHOMME Valizé   LIGNIERE Julien   LINEAU Désiré   LORIN Louis   LOUVY Maurice   LOYER Henri   MAITRE Lionel Paulin MARIOT Charles   MASSON Auguste   MATTEI DominiqueMAUPOU Gaston   MENON Henri   MOILOU Léon   MOULIN Henri   MULARD Maurice   MUREL André   N'GUYEN Guiong   NADOT Marcel   NAUDIN Jean   NAUDIN Jules   NAUDIN René   NAUDIN Roland   NIVET Jules   OBRON Edouard   OBRON Gaston Maurice   PASQUIER Eugène PAUCET Nestor Alexandre   PAYSANT Albert Désiré   PELLETIER René   PINEAU Georges René   PIREYRE Antoine   PISSIER Emile   PISSIER Raymond   PISSIER René   POILERAT André   POUPET AlphonsePREVOST Marie Eugène   RABIER Eusèbe   RABIER Lucien   RABIER PierreREBILON Pierre   RICHARD Victor   RICHE René   RIMBAULT Camille   RIVIER François   RIVIERE Pierre   SAILLEAU Gaston SALLOMON GeorgesSAMSON Léon   SARDON Charles   SAUVADE René   SCHMITT LucienSERAFFIN Paul   SOUCHU Julien   TETART GeorgesTHAUVIN Eugène   THAUVIN Maurice THAUVIN Paul Théophile   THERY Jules   TREHARD IsidoreUSSE Joseph   VEAU Armand   VENON JacquesVIMONT Robert   VOISIN Paul   VOISIN René   WETZEL Gaston.

 

Ressources sur internet :

Pour tout savoir sur la guerre de mouvement en 1914,
une animation bien faite. Si vous n'arrivez à lire cette animation, vous pouvez télécharger gratuitement un lecteur flash ici.

Dans Jalons pour l'histoire du temps présent (site de l'INA), il y a de très intéressantes archives vidéos à consulter (N'oubliez pas de lire le contexte historique.) Après être allé sur le
site de l'INA, cliquez sur Jalons, puis sur Première Guerre Mondiale.

Vous pouvez revoir la vidéo sur la
chanson de Craonne (écrite par des soldats mutinés en 1917).

Si vous voulez tout savoir sur la bataille de Verdun (et aussi sur les conditions de vie des soldats pendant la Grande Guerre), voici un
docu-fiction sur cette bataille meurtrière.

Un
jeu interactif très intéressant pour tout savoir sur la vie dans les tranchées comme si vous y étiez (l'odeur en moins...)!

  Un
diaporama pour revoir le cours d'une autre façon. Attention, pour lire ce diaporama, il faut que le logiciel Powerpoint soit installé sur votre ordinateur ou vous pouvez sélectionner une visioneuse ici
Sites

 

Trouver les morts de la grande guerre de votre famille

Un sujet d'histoire des arts possible

La chanson de Craonne


 
Sujets de Brevets

- Sujet et correction : La première guerre mondiale, ses conséquences politiques humaines, territoriales et matérielles en Europe (brevet 2001)

- Sujet et correction : La première guerre mondiale, une guerre totale (brevet 2005)

 - Sujet et correction Brevet 2010

- Sujet: La vie des soldats pendant la guerre 

- Histoire des arts: La première guerre mondiale vue par Otto Dix

 

 

Films à voir

- Les croix de Bois (Bernard, 1931)
-
À l'Ouest rien de nouveau (film) (Lewis Milestone, 1930), remake en 1979
-
Les Sentiers de la gloire (Stanley Kubrick, 1957)
-
Un long dimanche de fiançailles (Jean-Pierre Jeunet, 2004) Bande annonce
- Joyeux Noël (Christian Carion, 2005)  Bande Annonce

 

Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter