30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 15:49


Question 1: Les grandes agglomérations dans le monde ont fortement progressé en nombre. On est ainsi passé de 5 agglomérations de plus de 10 millions d'habitants en 1975 à 19 en 2000

Question 2: Cette augmentation est surtout visible dans les pays dits "du Sud" (en développement ou pays pauvres).  Les agglomérations  du sud représentaient 3 des 5 villes de plus de 10 millions d'habitants en 1975. Aujourd'hui elles représentent 15 des19 agglomérations de plus de 10 millions d'habitants.
Les conséquences sont très importantes: Embouteillages, pollution, conditions de vie difficiles, problème d'assainissement, de financement.

Question 3:
Cette extension spatiale est basée sur de l'habitat pavillonnaire. Ce type d'habitat est très gourmand en espace et très consommateur d'eau (pelouse ou piscine par exemple).

Paragraphe argumenté:
"La croissance urbaine dans le monde et ses effets différents au Nord et au Sud"



Introduction:
Depuis le XIXème siècle un basculement se fait entre monde rural et monde urbain. Il a d'abord touché les pays du Nord avant de toucher les pays du Sud.


I: Origine et explication du phénomène

A: L'industrialisation et la mécanisation

Il y a une baisse de la demande de main d'oeuvre en campagne lié à une plus grande mécanisation. Dans le même temps le besoin en main d'oeuvre à tendance à croître en ville grâce à l'industrialisation de secteur à fortes main d'oeuvre (sidérurgie, métallurgie, textile...). Le tout sur fond de forte hausse de la population. Cela donne un EXODE RURAL massif.

B: Une évolution rapide.
L'industrialisation a eu lieu au XIXème siècle en Europe et en Amérique du Nord. Mais l'exode rural s'est nettement accéléré après la seconde guerre mondiale. Les pays du Nord sont donc aujourd'hui principalement urbain. Les pays du sud ont connu une évolution plus récente (depuis les années 1970-1980) mais aussi beaucoup plus rapide. Cette évolution est liée à une mondialisation rapide qui entraine un partage des tahces Nord/Sud (les pays du Sud servant d'atelier à ceux du Nord).

II Des conséquences différentes.
A: Une lente digestion au Nord
Malgré le phénomène plus lent, il a été difficile d'absorber l'exode rural au Nord. Les romans de Sherlock Holmes témoignent de l'ambiance délétère de Londres à la fin du XIXème (notamment dans le quartiers des docks). Les années 1970 ont marqué un retour de ces problèmes avec l'arrivée sur le marché du travail des baby-boomers et la décolonisation. L'urbanisme "ghetto" des cités de banlieues est alors né et est aujourd'hui décrié. Même s'il a permis un vrai progrès social à l'époque.

B: Une explosion au Sud.
le spays du Sud connaissent un mouvement plus brutal (les causes sont exogènes, c'est à dire extérieures ce qui explique cette violence). De plus ils ont moins de capacité de financement (corruption, régimes fragiles et pauvres, instabilité, endettement important.)
Ex: Lagos (grand comme Paris mais sans métro), Le Caire qui "mange" ses terres cultivables.

III De nouvelles contraintes
A: La gestion des ressources.
Las Vegas et Dubaï se construisent sans aucune gestion des ressources. un habitat pavillonnaire dans un milieu aride est une hérésie. La population devient si importante que l'on ne peut plus échapper à ces contraintes. (pollution, réchauffement climatique, eau...)

B: L'étalement urbain
Los Angeles s'étale sur 180km de long ! Le paysage est littéralement dévoré. Hors les villes s'étendent en général sur des terres cultivables. Elles se construisent souvent aussi sur des zones dangereuses (littoral ou zone inondable). Cela accentue les dangers, comme le dernier tsunami dans l'océan Indien nous l'a montré.


Conclusion
C'est pas gagné de vivre bien en ville sur terre demain ^^


Autre correction possible:
La croissance urbaine est un phénomène qui s’étend sur deux siècles : au XIXe siècle, elle concerne principalement les pays industrialisés (et correspond aujourd’hui aux villes dites du Nord), avant que ce phénomène ne s’étende à l’ensemble des pays du Sud dans la deuxième moitié du XX° siècle (décolonisation, transition démographique et développement économique ont participé à une polarisation autour d’un ou deux grands centres urbains).

L’explosion de la population urbaine marque le passage d’un type de société rural jusqu’alors dominant à un type de société urbaine, avec des organisations et des coutumes très différentes (société de consommation, importance du rôle des transports, tertiarisation des activités humaines, etc.). Ce rappel chronologique souligne enfin que pour plus de la moitié du globe, ce processus s’inscrit dans le temps court ce qui explique les dérèglements qui l’accompagnent.

Or ces dérèglements (que la description d’un bidonville pouvait illustrer) sont d’autant plus complexes à juguler que le processus d’urbanisation se polarise le plus souvent sur un très faible nombre de très grands centres urbains (conséquence d’une urbanisation à la fois très récente et très rapide).

Commencée plus tôt, l’urbanisation est mieux contrôlée au Nord. Il ne faut cependant pas oublier de souligner l’existence de points de tension (ghettos, banlieues explosives) qui contredisent nos modèles urbains (rappeler ici la dégradation rapide des barres d’immeubles qui devaient jeter les bases d’une cité idéale imaginée par les architectes et urbanistes des années 60). Nos sociétés semblent avoir du mal à résorber ces enclaves qui génèrent pauvreté et exclusion, si ce n’est en les occultant.

Repost 0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 15:44



Question 1
: les personnes aidées par l'UNICEF et l'ONG Solidarités sont confrontées à des problèmes liées aux catastrophes naturelles (inondations, séïsmes...). ils sont aussi confrontés à des situations précaires durables (soins, hygiène, éducation.)

Question 2: Chacun peut participer aux action humanitaires en faisant des dons en espèces ou en nature. Il est aussi possible d'être bénévole.

Question 3:
Une forme d'action d'urgence: reconstruction en dur des tentes provisoires, structures légères de chirurgie.
Une forme d'action à long terme: éducation, conseils nutritionnels.

Paragraphe argumenté:
"Comment s'exerce la solidarité et la coopération internationale pour aider les populations en difficulté ?"



Introduction:
Deux types de solidarité internationales. Les organisations gouvernementales (OG) et les organisations non-gouvernementales (ONG). Elles sont confrontés aux mêmes problèmes sur place mais ont des modes de fonctionnement différents.


I: Les aides de l'état pour les populations en difficultés

A: L'ONU

L'UNICEF fait partie de l'ONU. 202 états regroupés. Un lieu de dialogue idéal créé en 1945 pour éviter les conflits. Pb, 15 membres seulement au conseil de sécurité et 5 droits de veto (Fra, RU, Russie, Chine, USA). Les états restent donc souverains pour déclencher ou non une action (ex: Pb en Birmanie cette année)

B: Une dépendance avec le pouvoir politique
Les états financent les OG. Ils ont donc un droit de regard sur leurs actions. Ce qui peut gêner l'aide internationale.
Ex: Les USA bloquent le financement d'aide aux programmes de maîtrise de la fécondité pour des raisons religieuses (anti-avortement).

C: Des délais parfois longs
Il faut mettre tout le monde d'accord. Cela prend du temps. Difficile a admettre en cas d'urgence. Avantage, cette action peut se faire sur le long terme plus facilement.
Ex: Tsunami en Indonésie.


II L'initiative privée des ONG.
A: Des structures souples
Elles prennent des décisions plus vite, elles peuvent donc agir plus vite si on les autorise à entrer sur le territoire.
Ex: naissance de la Croix rouge par Henri Dunan sur le champ de bataille de la guerre de 1870


B: Elles doivent être visibles.
Leur financement dépend des dons et des bénévoles. Elles doivent donc organiser des campagnes de publicité qui coûtent de l'argent ou organiser des spectacles. Autant de temps et de moyens qui ne sont pas engagés sur le terrain. Elle peuvent dépendre de l'engagement d'une personne (Coluche, Abbé Pierre, Soeur Emmanuelle). Elles sont donc plus fragiles.

C: Des risques de dérive
La mauvaise gestion de l'ARC par M. Crozemarie ou encore le "sauvetage" douteux d'enfants par "l'Arche de Zoé" sont autant de preuve que les ONG sont diverses et variées. Il n'est donc pas impossible de tomber sur une structure malhonnête. On se doit de jouer sur l'émotion pour être efficace et collecter des dons. A ce titre les actions sur le long terme sont parfois négligées.

Conclusion
2 approches différentes pour une même population qui souffre. L'essentiel et la base de totue action reste l'engagement personnel de chaque citoyen.


Autre correction possible
Les documents étudiés proposaient un éventail assez complet des actions conduites au nom de la solidarité et de la coopération internationale. Il vous incombait d’en tirer les éléments les pus significatifs et d’en proposer une lecture ordonnée qui pouvait s’organiser comme suit :

1- Une action ponctuelle d’urgence : parer au plus pressé
Contexte : catastrophes naturelles comme un séisme de forte amplitude ou une terrible inondation (les exemples hélas ne manquaient pas, à commencer par celui proposé par le doc 2, mais vous pouviez citer celui du Tsunami sur les côtes des pays de l’Asie du Sud Est en décembre 2004), mais aussi situation de guerre, civile ou pas, à l’origine d’une catastrophe humanitaire (famine, épidémie, etc.)
Réponses : envoi de médicaments et de matériels, d’équipe de secours et de logistique, etc.

2- Une action s’inscrivant dans la durée : dépasser la phase de banalisation
Contexte : la logique de médiatisation qui commande l’actualité rend difficile la gestion des catastrophes ou drames humains sur la durée (sans qu’aucune hiérarchie ne soit établie, à la famine du Darfour succèdent les victimes du tremblement de terre du Latium, etc.)
Réponses : la solidarité nationale passe par un travail d’éducation citoyenne. Sensibiliser les opinions à tout moment au principe que la disparition médiatique d’un drame humain ne signifie pas sa résolution ! Les campagnes de sensibilisation (par voie d’affichage, de signatures de pétition, de spots publicitaires, télé ou radio, y participent grandement). Mais ces actions sont destinées avant tout à aider au financement d’une action de solidarité qui s’exprime avant tout sur le terrain (reprendre ici les actions de long terme citées sur le document 2).
Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter