24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 15:21
Les espaces maritimes: approche géostratégique

 

Sujet de composition :

"Les espaces maritimes, approche géostratégique"

 

 

Les espaces maritimes comprennent l'ensemble des mers et océans de la planète. Ils couvrent 71 % de la surface du globe, et totalisent plus de 80 % des échanges mondiaux de marchandises. Ces deux éléments montrent leur importance majeure  pour toute puissance économique dans le cadre actuel d'une économie mondialisée.

C'est pourquoi aborder la question des espaces maritimes à partir d'un regard géostratégique revient à se demander en quoi leur accès, leur sécurisation, leur contrôle revêt un caractère essentiel et donc vital pour les puissances économiques du monde aujourd'hui.

Cela pose plusieurs questions. En premier lieu, il importe de se demander pourquoi les espaces maritimes se trouvent portés aujourd'hui au coeur de la mondialisation, ce qui permettra ensuite de mieux comprendre les enjeux majeurs qu';ils revêtent pour les puissances économiques majeures.

 

I -  Des espaces au coeur de la mondialisation

a) Des flux croissants liés à une diminution des coûts  

Le développement de la conteneurisation pour les transports de marchandises va réduire le coût de transport et favoriser une Division Internationale du Travail (DIT). La conception et la vente se faisant dans la triade et la fabrication dans des pays à bas coût de main d'oeuvre (comme la Chine). Les Frimes Transnationales (FTN) étant les grands acteurs de cette DIT. Les flux sont aussi immatériels. On peut ainsi penser aux câbles sous-marins pour le transfert des données (internet, achats et ventes d'actions etc.)

Ceci entraîne une littoralisation des activités humaines. Les façades maritimes de la triade et des pays de main d'oeuvre (Côte Est des Etats-Unis, Northern Range en Europe et littoral Chinois) se développent rapidement avec les plus grands ports mondiaux (Rotterdam, Singapour...) Ces pôles sont hiérarchisés (hubs) et spécialisés (conteneurs, roulier, méthanier, pétrolier...)

De grandes routes maritimes circumterrestres ("autoroutes de la mer")  relient les 4 façades maritimes de la triade et de l'Asie littorale. A ceci s'ajoute d'autres voies plus secondaires nord-sud reliant la triade au reste du monde en développement. Certaines de ces routes sont menacé par la piraterie (côtes somaliennes par exemple)

A ceci s'ajoute des flux illicites (drogues, armes, migrants clandestins) qui sont par nature difficiles à évaluer mais aussi très profitable aux trafiquants.

b) Les ressources et leurs limites

La mer recèle de nombreuses ressources halieutiques mais est aussi menacée par la surpêche (hausse de la population, surexploitation des ressources) qui pousse à aller chercher des ressources de plus en plus loin (Terres Australes et Antarctiques Françaises notamment).

Les ressources énergétiques et minières sont considérables (terres rares, hydrocarbures...). Elles peuvent être source de conflit pour leur appropriation. La mer pourrait aussi être une source d'énergie propre (hydrolienne, utilisation de la houle).

Ces milieux sont fragilisés par problèmes de pollution et d'épuisement des ressources halieutiques. La littoralisation de l'économie entraîne aussi une urbanisation de plus en plus intense. Entraînant des risques accrus pour les populations (tsunamis, hausse du niveau des mers liée au réchauffement climatique.

II -  Une importance géostratégique de plus en plus vitale pour la triade

a) La sécurisation des flux :

En prenant en compte le constat fait dans la première partie, les points de passages obligés pour les bateaux vont avoir un attrait stratégique accru. Ce sont de véritables portes maritimes qu'on peut contrôler, fermer, pirater (Malacca, Ormuz, Suez et Panama). Ces points stratégiques permettent  l'accès aux hydrocarbures  du Golfe (60% des réserves mondiale), aux marchés de l'UE,  de l'Amérique du  nord et asiatiques en forte croissance. 

Ces espaces sont donc convoités. Les pirates recherchent un profit rapide. Les terroristes cherche à déstabiliser l'équilibre mondial. De nombreuses régions sont donc impactées (Caraïbes, Golfe de Guinée, Côtes somaliennes, ...) Or ces espaces sont difficiles à surveiller (les surfaces sont immenses, les actions rapides), malgré renforcement sur place des marines US, UE, japonaises et, plus récemment, chinoise.

b) L'accès aux ressources :

Les Etats ne se content pas de surveiller les accès. Ils cherchent aussi à s'assurer de la souveraineté territoriales sur de larges zones marines. La convention de Montego Bay (1982) de 1982 a permis d'étendre les souveraineté des Etats sur des zones qui auparavant faisaient parties des eaux territoriales. Cette  convention de l'ONU signée par la plupart des pays du monde est toujours refusée par les Etats-Unis qui entendent ainsi protéger leurs droits de seule hyperpuissance mondiale.

Ces rivalités entre Etats sont encore accentuées pour l'accès aux zones de pêche (Russie/Japon au large des îles Kouriles), d'hydrocarbures offshore (îles Paracels et Spratley entre la Chine et ses voisins)

Les demandes d'extension des Zones Economiques Exclusives (ZEE)  se multiplient. Les tensions s'accentuent (rivalités en arctique, en Mer de Chine) Avec le réchauffement climatique s'ouvrent de possibles nouvelles routes maritimes (passage du Nord Ouest au Canada).

L'ouverture de larges parcs marins (Hawaï notamment) et la signature du traité sur l'Antarctique en 2016 pour 50 nouvelles années permettent d'espérer une patrimonialisation de certaines parties du globe.

Conclusion

Les espaces maritimes, leur accès, leur sécurisation, un enjeu essentiel pour toute puissance qui entend assurer son propre développement économique et donc sa sécurité. Un enjeu car existe nombreuses rivalités non résolues entre Etats,

Un enjeu majeur de communication et d'échanges, mais aussi, pour tous les Etats du monde, de survie de la biodiversité et du maintien de la vie sur Terre.

En somme, des espaces reflets de la mondialisation : ils la rendent possible en même temps qu'ils constituent un objet de convoitise pour les FTN et pour les Etats ; ils traduisent une contradiction entre le principe de libre circulation et la volonté de contrôle.

Leur surexploitation intensive entraînerait une destruction de ce qui est indispensable à notre survie.

Correction librement inspirée de celle de M.Gentils.

Repost 0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 09:51

Document

"Discours de M. François Mitterrand, ministre de l'Intérieur." A l’assemblée nationale le 12 novembre 1954. (NDLA : quelques jours après la nuit de la Toussaint rouge)


"Mesdames, messieurs, […]  Dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre, des attaques à main armée, des attentats à la bombe, des sabotages de lignes et de voies de communication, des incendies enfin ont eu lieu sur l'ensemble du territoire algérien, de Constantine à Alger et d'Alger à Oran. […]   Là, cinq personnes furent tuées : un officier, deux soldats qui remplissaient leur devoir, un caïd et un instituteur […]   De jeunes instituteurs sont venus accomplir - et c'était le premier jour - la tâche qu'ils avaient choisie. Et voilà qu'ils sont frappés. Sauront-ils pourquoi ? Sans doute non, les choses sont vite faites. Assassinés, ils ont quand même le temps d'apercevoir le frère musulman qui tente de les défendre et qui meurt le premier. 

[…]  Voilà donc qu'un peu partout, d'un seul coup, se répand le bruit que l'Algérie est à feu et à sang. De même que le Maroc et la Tunisie ont connu ce phénomène du terrorisme individuel dans les villes et dans les campagnes, faut-il que l'Algérie ferme la boucle de cette ceinture du monde en révolte depuis quinze ans contre les nations qui prétendaient les tenir en tutelle ? 

Eh bien ! non, cela ne sera pas, parce qu'il se trouve que l'Algérie, c'est la France, parce qu'il se trouve que les départements de l'Algérie sont des départements de la République française. Des Flandres jusqu'au Congo, s'il y a quelque différence dans l'application de nos lois, partout la loi s'impose et cette loi est la loi française […]. 

Telle est notre règle, non seulement parce que la Constitution nous l'impose, mais parce que cela est conforme à nos volontés. […]  Comment pourrait-on expliquer, autrement qu'avec beaucoup de vilenie, le règlement des affaires françaises que nous avons été contraints de conclure en Asie si l'on n'admettait pas que nous avons agi alors conformément aux principes que nous avons les uns et les autres définis, écrits et proclamés, afin de préserver le domaine français […] 

C'est là notre vérité, l'axe de notre politique. C'est pourquoi il n'est certes pas contradictoire qu'on traite, lorsque cela paraît nécessaire, à Genève, et qu'on se batte parce que cela est également nécessaire dans l'Aurès ou en tout lieu où on tentera d'abattre, de détruire, de s'attaquer à l'unité de la patrie. Les mesures que nous avons prises ont été immédiates. […]  seize compagnies républicaines de sécurité ont été transportées en Algérie, ce qui a porté à vingt le nombre total de ces compagnies sur le territoire algérien. […]  Est-ce pour maintenir l'ordre? Non pas seulement. Mais pour affirmer la force française et marquer notre volonté. Il ne s'agissait pas seulement de réprimer, de passer à la contre-offensive de caractère militaire afin de reconquérir un territoire qui n'était point perdu ! Il s'agissait d'affirmer, à l'intention des populations qui pouvaient s'inquiéter, qu'à tout moment, à chaque instant, elles seraient défendues." 

Discours tirés de : "Les grands débats parlementaires de 1875 à nos jours", rassemblés et commentés par Michel Mopin - Notes et études documentaires - La Documentation française - Paris, 1988

Sujet: "À travers l’analyse de ce document, vous présenterez de façon critique les principales caractéristiques de la vision de la Toussaint Rouge par le gouvernement Français".

 

 

Présentation du personnage

Ministre de l'intérieur à l'époque. Personnage complexe devenu président de 1981 à 1995.

A été collaborateur puis résistant pendant la seconde guerre mondiale. A fait exécuter la peine de mort pendant la guerre d'Algérie et l'a supprimé en tant que président en 1981.

 

idées essentielles

- La toussaint rouge n'est pas perçue comme le début d'une guerre mais comme de "simples" attentats terroristes ("attentats", "sabotages", attaque à main armée").

- La date de la Toussaint est symoblique. C'est une fête religieuse chrétienne en hommage aux morts. C'est une grande opération planifiée par le FLN qui surprend le gouvernement pasr son intensité (synchronisation dans plusieurs endroit différents).

- Mitterrand souhaite dissocier ce conflit de celui de l'Indochine (1945-1954) qui vient de s'achever. Pourtant ce sont bien deux guerres coloniales.

- Il tient à associer Algériens et Français comme membres d'une même communauté nationale. Il veut mettre en aavnt l'indignation partagée par tous pour unir le pays contre le FLN.

- Veut montrer la détermination du gouvernement à réprimer les auteurs des attentats sans percevoir (ou vouloir le percevoir) le risque d'escalade du conflit.

- L'Algérie n'est pas vue comme une colonie mais comme le prolongement de la France. L'inégalité civique entre Algériens et Français est occultée.

Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter