29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 10:53

 

Sujet: "Les trois mondes selon Deng Xiaoping (1974)"

 

"En replaçant dans son contexte, analyser la vision du monde proposée par l'auteur et dégagez la mission que s'y donne la Chine."

 

Cliquez pour agrandir

 

Introduction:

- Rappel du contexte: Deng Xiaoping ne dirige pas encore la Chine en 1974. Il revient en grâce mais reste exclu par Mao de la gestion des affaires intérieures. Il s'occupe donc principalement des affaires étrangères. 

-  La théorie des trois mondes a été élaborée par la République populaire de Chine au milieu des années 1970 suite à la rupture sino-soviétique. La Chine doit alors présenter son propre modèle de société. Historiquement la Chine est autocentrée ("Empire du milieu"), elle s'accorde donc difficilement avec une position "suiveuse" de l'URSS

- Cette théorie a été présentée par Deng Xiaoping devant l'ONU en 1974 et depuis a été fréquemment reprise dans le discours politique chinois. La Rep.Pop. de Chine vient alors de remplacer Taïwan en tant que membre permanent au conseil de sécurité de l'ONU.

Comme son nom l'indique, ce discours fait référence à trois « mondes » qui régissent la politique mondiale :

I - Une typologie du monde

A- Deux superpuissances sont à la recherche de l’hégémonie régionale 

L'URSS et les États-Unis. Elles représentent une grave menace pour les autres. L’URSS est jugée la plus agressive et la plus dangereuse.

- Bases militaires

- Armes nucléaires.

- Exploitation

- Adversaires "déloyaux", attaquant ses alliés (Tchécoslovaquie), manipulateurs (Pakistan).

Deng Xiaoping "oublie" l'annexion du Tibet par la Chine et ses différents territoriaux avec ses voisins (allant jusqu'au conflit avec l'Inde pour récupérer des territoires). 

 

B- Les pays développés, comme le Canada, les pays d’Europe et le Japon :

ils sont liés aux super-puissances (par un rapport de dépendance), mais essayent peu ou prou de lutter contre elles. Elles sont présentées comme des colonies Etats-Uniennes.

 

C- Les pays en voie de développement et la Chine :

Deng Xiaoping présente sont pays comme celui qui défend les droits des peuples tout en assumant son statut de pays socialiste. La démarche peu paraîrte cynique quand on sait que la Chine interdit la liberté d'expression, enferme ou exécute en masse les opposants. Ils sont présentés comme exploités par les supperpuissances. C'est étonnant quand on sait que Deng Xiaoping ouvrira plus tard (1984 création des ZES) la porte aux investisseurs étrangers, transformant son pays en pays-atelier avec des salaires dérisoires.

 

II- Une influence importante mais limitée dans le temps

 

A - Ce modèle séduit certains dirigeants du tiers-monde... 

Les pays en développement seraient confrontés au même problème que la chine (hégémonie des deux grands). Ils ont tenté - sans succès - une "troisième voie" à la conférence de Bandung en 1955. Le conflit entre l'Inde et la Chine ayant enterré définitivement le processus de non alignement vis-à-vis des blocs.

 

B-  ... mais aussi une partie des intellectuels et de la jeunesse en occident.

Au tournant des années 60-70, certains militants communistes français se disent maoïstes (les mao- Tous au Larzac). On commence à tirer les conclusions de l'expérience Stalinienne. Le Maoïsme paraît (à tort) moins contradictoire avec un certain idéal de liberté. L'occident est jeune (baby-boom en 1945) et tend à chercher un développement plus éloigné de la consommation et plus pacifiste (mouvement hippie par ex.) relayé par ce discours ("importantes armes nucléaires" ligne 4-5). Ils oublient ou ignorent alors les conséquences du "grand bon en avant" et le fait que la Chine soit en conflit avec ses voisins (Inde par ex) et possède l'arme nucléaire aussi. 

 

C- Un modèle politique qui s'éteind au profit du modèle économique.

Remise en cause taboue du règne de Mao mais critique du "grand bond en avant "et de la "révolution cutlurelle" qui ne sont plus des modèles de société.

La Chine ne présente plus de grands projets politiques mais se tourne vers un nationalisme expansioniste qui représente un danger pour ses voisins.

 

Conclusion

Contrairement au discours de Deng Xiaoping, la Chine cherche à devenir une superpuissance aujourd'hui.

 

Liens 

 La Chine et le monde depuis 1949 http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png 

- Sujet et corrigé de composition: "La Chine depuis 1978, une superpuissance ?"

 

Repost 0
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 10:37

Sujet: "La Chine depuis 1978, une superpuissance ?"

 

Introduction:

Atelier du monde, usine du monde, banquier du monde, bientôt maître du monde… Où s’arrêtera la Chine ? Ce qu’on sait déjà, c’est qu’après être devenue la première puissance économique de la planète en 2014, rien ne semble vouloir l'arrêter. Mais la puissance économique suffit-elle a obtenir le statut de superpuissance ?

 

I – La Chine, de l'ouverture à la puissance

L'enjeu pour les successeurs de Mao est, à la fin des années 1970, de construire une nouvelle puissance économique chinoise.

A – Une ouverture économique progressive et contrôlée : le chemin de la puissance économique

L'ouverture économique de la Chine se fait en trois grandes étapes :

– 1978-1989 : décollectivisation des terres, mise en place d'un "capitalisme rural", ouverture aux capitaux étrangers par l'intermédiaire des zones économiques spéciales en 1980.

– 1992-2001 : Den Xiaoping tourne entièrement son pays vers le "socialisme de marché" en partant à la conquête de nouveaux marchés. La Chine devient l'usine du monde (production de biens de consommation).

– Depuis 2001 : cette année correspond à l'entrée de la Chine à l'OMC. Les secteurs secondaires et tertiaires, devenus équivalents, dominent maintenant l'économie du pays, de moins en moins agricole.

La Chine est donc depuis 2014 la première puissance économique mondiale (même si si PIB/hab reste faible). Elle possède des réserves monétaires importantes lui permettant d'investir dans le monde entier (Afrique, États-Unis, Europe).

B – L'affirmation politique de la Chine

La Chine est montée en puissance progressivement politiquement. Elle remplace Taïwan en 1971 en tant que membre permanent au conseil de sécurité de l'ONU et devient donc -  de fait - une puissance politique majeure. Elle se positionne de plus en plus comme une puissance régionale : Elle souhaite dominer la mer de Chine, quitte à accumuler les litiges frontaliers (Japon, Corée du Sud, Vietnam...) et souhaite dominer l'ensemble économique du Sud-Est asiatique  (coopération de Shanghai, Asean). La réintégration de Hongkong (1997) et de Macao (1999) fait craindre à ses voisins ses visées expansionistes (Même si du point de vue chinois il ne s'agit que de réunification. Le nationalisme est un ciment de l'unité nationale). Ainsi Taïwan peut craindre d'être la victime de la poursuite de la réunification Chinoise (séparation depuis 1949). Le développement de son programme militaire (achat du premier porte-avion notamment) et spatial inquiète. Les manifestations à Hong-Kong en 2014 rappelle aussi les limites du "un pays, deux systèmes".

C – Le "soft power" chinois

La puissance culturelle de la Chine s'affirme récemment avec l'organisation d'événements internationaux (JO de Pékin en 2008, Exposition universelle de Shanghai en 2010), le développement du tourisme, mais surtout grâce à la diaspora chinoise dans le monde (réseau des instituts Confucius, par exemple).

 

II - Une puissance néanmoins incomplète

A – Le refus de l'ouverture politique

Le régime politique chinois continue d'être un régime totalitaire : parti unique, répression des opposants (Tian'anmen en 1989, Liu Xiobo, prix Nobel de la paix), contrôle de l'information (grand firewall, QQ). Son modèle politique est critiqué par la plupart de ses partenaires commerciaux et ne lui permet pas de "rayonner" dans le monde. Néanmoins sa position actuelle vis-à-vis de la Syrie témoigne de sa puissance politique : la Chine bloque, avec l'URSS, toute décision auConseil de sécurité de l'Onu.

B – Les limites de la puissance économique

Les écarts de richesse et de développement restent très fort à l'intérieur du pays entre régions littorales et arrière-pays, entre villes et campagnes. L'exode rural est massif et parfois mal digéré (urbanisme de grandes tours sans âme) malgré une limitation exceptionnelle des naissances (politique de l'enfant unique).

Les conditions de travail en Chine sont parfois alarmantes (suicides aux usines Foxconn par ex). La qualité et de la dangerosité des produits chinois est parfois remise en cause. La corruption est un problème national (ex: Poudre de lait à la mélamine) La politique monétaire de la Chine est aussi l'objet de vives critiques (non-convertibilité du yuan pour doper les exportations), et le ralentissement de sa croissance (essoufflement ?) inquiète. La Chine peut-elle passer de pays atelier à pays consommateur pour la majorité des habitants ?

C – Une croissance économique prédatrice pour l'environnement

On peut même se demander si cette évolution est souahitable. L'augmentation des niveaux de vie et l'émergence d'une classe moyenne engendrent de nouveaux besoins : matières premières agricoles et énergétiques (notamment du charbon). Cette croissance n'est pas sans conséquences sur l'environnement (pollution atmosphérique, déchets, etc.) Plus qu'un nouveau modèle la Chine cherche à copier le mode de vie occidental.


Conclusion

La Chine a connu au XXe siècle une reconstruction de sa puissance perdue, mais cette évolution a été difficile et progressive. Elle est néanmoins devenue, au début du XXIe siècle, l'une des grandes puissances de la planète, forte de près de 1,5 milliard d'habitants, de sa croissance élevée et de son insertion dans la mondialisation. Cependant sa puissance ne peut encore être qualifiée de "globale" : centrée sur elle-même, la Chine se soucie moins de son rayonnement planétaire que de ses intérêts immédiats. Elle doit maintenant tenter de relever de nombreux défis sociaux, politiques et environnementaux si elle veut maintenir son rang mondial et dépasser son statut "d'atelier du monde".

 

 

Liens 

 La Chine et le monde depuis 1949 http://my-ict.wikispaces.com/file/view/smart_notebook_icon.png/272636478/43x43/smart_notebook_icon.png 

Inspiré en partie par la composition de F. Holstein

Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter