22 novembre 2010 1 22 /11 /novembre /2010 16:29

Efraim Zuroff, directeur des recherches au centre Simon-Wiesenthal présentait le 19 novembre à Los Angeles le rapport annuel sur les criminels nazis les plus recherchés.

Efraim Zuroff, directeur des recherches au centre Simon-Wiesenthal présentait le 19 novembre à Los Angeles le rapport annuel sur les criminels nazis les plus recherchés. AFP/MARK RALSTON


Samuel Kunz, numéro trois sur la liste des criminels nazis les plus recherchés du Centre Simon-Wiesenthal, accusé de participation au meurtre de 430 000 juifs, est mort jeudi à 89 ans, a indiqué lundi l'Office central pour l'élucidation des crimes nazis, à Dortmund.

Samuel Kunz devait être jugé pour ces meurtres de prisonniers juifs perpétrés lorsqu'il était gardien du camp de Belzec, en Pologne occupée par les nazis, entre janvier 1942 et juillet 1943. Il est aussi accusé du meurtre d'une dizaine de juifs au cours de deux incidents séparés, également au camp de Belzec. Le dossier était instruit à Bonn, car il résidait dans la banlieue de l'ancienne capitale allemande.

Samuel Kunz avait reconnu ouvertement devant des enquêteurs chargés de l'enquête sur John Demjanjuk, jugé à Munich pour crimes de guerre depuis l'automne 2009, avoir travaillé dans le camp d'extermination de Belzec. "Il était évident pour nous que les juifs y étaient exterminés et ensuite également brûlés", avait-il déclaré.

Demjanjuk est jugé depuis le 30 novembre 2009 pour participation à 27 900 meurtres dans le camp d'extermination nazi de Sobibor, en Pologne, où il aurait été garde, de fin mars à fin septembre 1943.

Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 13:36

 

 

 


Indéfectiblement liée à l'ascension des nazis et au IIIe Reich, Nuremberg veut rappeler par une exposition permanente qu'elle est également la ville de leur jugement, il y a 65 ans. Nuremberg a été le théâtre de nombreux rassemblements gigantesques organisés par le parti national-socialiste, et c'est là qu'ont été édictées les lois anti-juives. Hitler l'appelait la "capitale spirituelle" de son Empire. Mais c'est également là que, le 20 novembre 1945, 21 responsables du régime nazi ont commencé à comparaître au premier des Procès de Nuremberg, qui ont posé des fondements de la justice internationale.

Quelque 236 témoins vinrent déposer devant les quatre juges — un par pays allié (Etats-Unis, URSS, Royaume-Uni, France) —, grâce à une traduction simultanée inédite, et 5 330 documents ainsi que 200 000 déclarations sous serment furent présentés à la cour, de même qu'un film sur les camps de concentration qui devait violemment choquer l'assistance. Après 218 jours d'audience, 11 d'entre eux furent condamnés à mort et sept à des peines de prison allant jusqu'à la perpétuité. Trois furent acquittés.

 

 

 

 

 

C'est pour commémorer ce procès historique et exemplaire qu'a été aménagée, dans les combles surplombant la salle d'audience 600 qui a abrité l'événement, une exposition permanente inaugurée dimanche par les ministres des affaires étrangères allemand et russe Guido Westerwelle et Sergueï Lavrov, et des représentants des trois autres Alliés.
"Mieux vaut tard que jamais", a commenté Hans-Christian Täubrich, co-organisateur de l'exposition et responsable du centre de documentation qui a ouvert en 2001.

 

Vue du tribunal de Nuremberg où se tient l'exposition consacrée au procès où 21 responsables du régime nazi ont commencé à comparaître au premier des Procès de Nuremberg, le 20 novembre 1945.

Vue du tribunal de Nuremberg où se tient l'exposition consacrée au procès où 21 responsables du régime nazi ont commencé à comparaître au premier des Procès de Nuremberg, le 20 novembre 1945.AFP/CHRISTOF STACHE

 

 


Parmi les pièces importantes exposées figure le box des accusés, et notamment la place d'Hermann Göring, l'un des plus éminents responsables jugés. Il échappa à la pendaison en avalant du cyanure quelques heures avant son exécution. Des coupures de presse de l'époque, dont une double page du magazine américain Life, présentant la photo du cadavre des 11 condamnés à mort, sont aussi exposées. Depuis les combles, on peut également voir le peu qu'il reste de la prison dans laquelle les accusés attendaient leur jugement. Le petit gymnase où se déroulèrent les exécutions a, en revanche, été rasé.

Le nombre de visiteurs de la salle 600 du tribunal de Nuremberg a été multiplié par 10 depuis le début des visites guidées en 2000, pour atteindre 35 000 par an. En outre, le centre de documentation a attiré plus de 1,5 million de curieux. L'exposition aborde également l'influence des procès de Nuremberg sur des juridictions crées après des conflits, comme le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie, ou sur la récente Cour pénale internationale (CPI), qui siègent tous deux à La Haye.

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter