23 janvier 2011 7 23 /01 /janvier /2011 14:53

http://a21.idata.over-blog.com/500x420/1/40/95/47/Imagesblogs/absenteisme3.jpg

 

 

Le décret qui permet d'appliquer la loi visant à lutter contre l'absentéisme scolaire en suspendant ou supprimant les allocations familiales est paru dimanche au Journal officiel. La proposition de loi du député UMP Eric Ciotti avait été adoptée le 29 juin par l'Assemblée nationale, puis votée dans les mêmes termes le 15 septembre par le Sénat. "En cas d'absentéisme scolaire (au moins quatre demies journées sur un mois, ndlr), le directeur de l'organisme débiteur de prestations familiales est tenu de suspendre, sur demande de l'inspecteur d'académie, le versement de la part des allocations familiales dues au titre de l'enfant absentéiste", est-il précisé en introduction.

Le décret, qui va entrer en vigueur lundi, précise "les modalités de calcul de la part des allocations familiales suspendues ou supprimées en cas d'absentéisme scolaire". Ainsi, selon le texte, le montant des allocations perçues par une famille est multiplié par "le nombre d'enfants en cause", puis "divisé par le nombre total d'enfants à charge" dans cette famille.

Par exemple, une famille de deux enfants dont l'un des deux serait "absentéiste" verrait le montant de ses allocations divisé par deux. Cette loi, dénoncée par la gauche, les principaux syndicats d'enseignants et la première fédération de parents d'élèves, la FCPE, répondait à un voeu exprimé à de nombreuses reprises par le président Nicolas Sarkozy pour lutter contre l'absentéisme scolaire.

Sa principale nouveauté est que la décision de suspendre les allocations revient aux inspecteurs d'académie, après signalement du chef d'établissement et avertissement à la famille, alors que, depuis une loi de 2006, cette responsabilité était du seul ressort des présidents de conseils généraux, lesquels ne s'en étaient pratiquement pas saisis dans les faits.

Dans un communiqué commun, le ministre de l'éducation nationale Luc Chatel et la ministre des Solidarités Roselyne Bachelot soulignent que la publication du décret "montre l'engagement continu du gouvernement pour favoriser la responsabilisation des parents d'élèves et leur implication dans la scolarité de leur enfant". Sans cette implication, "l'Ecole ne pourra à elle seule ramener les quelque 300 000 élèves absentéistes dans les établissements scolaires", ajoutent-ils. Selon eux, la suspension des allocations constitue "l'ultime recours" dans le dispositif de lutte contre l'absentéisme scolaire". Luc Chatel, le ministre de l'éducation nationale, a assuré qu'il s'agissait d'une simple amélioration d'une mesure qui existe depuis 1959 et que la politique contre l'absentéisme scolaire était "globale et équilibrée". "Les uns et les autres cherchent à caricaturer la politique du gouvernement", a-t-il dit dimanche sur Europe 1. "Oui, je suis favorable à la suspension des allocations familiales" en cas d'absentéisme scolaire, a ajouté Luc Chatel.

Nicolas Sarkozy avait annoncé en avril lors d'un discours sur la sécurité que les allocations familiales seraient "systématiquement" suspendues en cas d'"absentéisme scolaire injustifié".

Repost 0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 22:41
Guillaume Canet (à droite) fait face à Leïla Bekhti (de dos) dans une scène du film en tournage à Beaugency : « Une vie meilleure ».
Dans une production aidée par Centre Images, un couple rêve d'avoir son propre restaurant au bord de l'eau. Une chronique à forte connotation sociale sur les rêves qui deviennent de plus en plus inaccessibles.
Y a-t-il encore une place au rêve dans la société d'aujourd'hui ? Grande question. Le long métrage actuellement en tournage dans le collège de Beaugency (Loiret) et un restaurant désaffecté de Dhuizon (Loir-et-Cher), avec, à l'affiche, Guillaume Canet et Leïla Bekhti, sur un scénario de Cédric Kahn, tente d'apporter une réponse.

Lundi, lors d'une discussion à bâton rompu avec les deux comédiens et le réalisateur, à Dhuizon, Guillaume Canet, très décontracté, a raconté comment il est entré dans ce personnage qui, d'emblée, lui a plu. « J'avais entendu parler du film et je me suis dit pourquoi Cédric n'a-t-il pas pensé à moi ? »

L'acteur avait vraiment envie de découvrir ce scénario, celui d'« Une vie meilleure », une chronique à forte connotation sociale, la marque de fabrique de Cédric Kahn.

Très vite le contact est pris et les deux hommes se retrouvent sur la même longueur d'onde. Pour le rôle titre féminin, Cédric Kahn n'a pas eu longtemps à réfléchir et le choix de Leïla Bekhti s'est vite imposé à lui.

Restait à trouver les lieux qui allaient accueillir le tournage. Il faudra six mois de repérages à la production avant d'atterrir dans le Loiret et le Loir-et-Cher. Un choix qui séduit aussi Centre Images-Région Centre qui soutient le film (près de 170.000 euros).

Aujourd'hui, l'équipe de tournage achève son séjour dans notre région. La sortie du film est prévue fin 2012.
A lire en intégralité dans La Rep' du 19 janvier
Repost 0

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter