1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 08:11

http://s1.lemde.fr/image/2010/05/31/512x256/1365737_3_d0c5_substituer-des-larves-a-la-viande-ou-au-poisson.jpg

Substituer des larves à la viande ou au poisson est une des pistes envisagées par les Nations unies pour nourrir 9 milliards de personnes à l'horizon 2050.


 

Brochettes de sauterelles, criquets sauce piquante, purée de punaises d'eau géantes, larves frites, scorpions au chocolat... Le menu n'est a priori pas très ragoûtant, mais il faudra peut-être vite s'y habituer. Le développement de la consommation d'insectes comme substitut de la viande ou du poisson fait partie des pistes étudiées très sérieusement par plusieurs experts, dont ceux de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), pour assurer la sécurité alimentaire mondiale dans les décennies à venir. La FAO est en train d'élaborer des recommandations, et devrait, avant la fin 2010, encourager officiellement ses Etats membres à "maintenir et développer" leur consommation.

 

L'entomophagie présente, selon ses promoteurs, de multiples avantages. Les qualités nutritionnelles des insectes sont grandes. Ils contiennent des protéines, des lipides, des minéraux (zinc, fer), des vitamines, parfois plus que la viande ou le poisson. Et ils ont un bien meilleur rendement que le bétail traditionnel. "Il faut 10 kg de nourriture végétale pour produire 1 kg de boeuf, explique Arnold Van Huis, entomologiste à l'université de Wageningen (Pays-Bas). Alors qu'il en faut seulement un ou deux pour les insectes comestibles." Ils ont également besoin de beaucoup moins d'eau. Or 70 % des terres arables et 9 % de l'eau douce sont aujourd'hui consacrées à l'élevage, qui est en outre responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre, selon la FAO. Quant aux poissons sauvages, ils sont souvent surexploités. Et les poissons d'élevage sont nourris avec... du poisson sauvage. Comment nourrir, dans ces conditions, les 9 milliards d'habitants de la planète en 2050 ?


(...)

Les espèces les plus productives pourraient donc devenir une sorte de "mini-bétail".

Reste à lever l'obstacle du dégoût irrépressible qui s'empare du mangeur à la perspective de croquer une tarentule, même frite. "Il existe un rejet dans l'inconscient collectif, constate Romain Garrouste, entomologiste au Muséum national d'histoire naturelle. Insectes et araignées sont perçus comme sales, grouillants, vecteurs de maladies, destructeurs de récoltes."  (...)


Cette répulsion est d'ailleurs loin d'être universellement partagée. Quelque 1 400 espèces sont consommées en Afrique, en Asie, et en Amérique latine : larves de coléoptères, fourmis, chenilles, criquets, chrysalides des vers à soie, punaises, cigales, grillons, araignées, scorpions... (Avis aux amateurs, cependant, comme pour les champignons ou les végétaux, tous les insectes ne sont pas comestibles.) La Chine, le Japon, la Thaïlande, l'Afrique du Sud, le Mexique figurent parmi les plus importants consommateurs.(...)


Les spécialistes espèrent aussi progresser dans les pays occidentaux. Tout est selon eux une question de "psychologie". "Il suffit de goûter pour recommencer", disent les amateurs. Pourquoi délaisser les insectes quand on consomme du miel, des escargots, des grenouilles ou des huîtres ? Leur saveur est souvent comparée à celle des fruits de mer ou des noisettes. Dans l'Antiquité, les Romains appréciaient les chenilles. D'ailleurs, nous consommons déjà involontairement 500 g en moyenne de résidus d'insectes par an, dans le pain, les jus de fruit...(...) "Les insectes pourraient par exemple remplacer les huiles et farines de poissons sauvages dans l'alimentation des poissons d'élevage", affirme M. Vantomme. Bien que peu connue, la pratique existait en France jusqu'aux années 1980, sur les bords de la Saône, où les éphémères, de petits insectes volants, étaient récoltés et utilisés dans les rations animales. Des essais très concluants ont en outre déjà eu lieu dans des élevages porcins.(...)

 


Autre article sur le même thème

Au Japon, sauterelles et larves au menu depuis longtemps

Partager cet article

commentaires

hugo 04/06/2010 17:04



Tu a peut-ètre raison remarque, il faudrait gouter (mais avec enormément de courage).


hier sur la deux pour le 20H il y a eu un reportage , et il ya quelque restos en france qui font ça , et a la un cuisinier a gouter une sauterelle et d'aprés lui sa a bon
gout .


 pour 1kg de viande il faut 10kg de nouriture végétale


  pour 1kg d'insecte il faut 3kg  de nouriture végétale


(vu sur france 2)



yann 03/06/2010 19:32



Je me vois dans 40 ans au retaurant :


"Bonjour, le menu du jour: "Limace glacée en entrée, accompagné de la larves renversé aromatisé de tripes de bourdons, et au dessert une sauterelle au chocolat..." , sa peut-être bon si c'est
bien fait...



Théo 03/06/2010 16:05



Je sais pas vous, mais moi personellement, entre les asperges ou les escargots (que j'AODREEEEE !) et les insectes, mon choix est fait ! :p


Manger des insectes, ou comment refaire Koh-Lanta à la maison...



hugo 03/06/2010 14:19



Encore un futur joyeux   je ne tien pas vraiment a mangé de l'inscte  (je pense que je préfaire encore la asperges).



M.Orain. 01/06/2010 20:02



Ouaip ! Tout le monde fait des fautes... 'L'erreur est humaine, le diabolique est de persévérer (dans l'erreur)'


Pour en revenir au sujet, on mange bien des escargots des huitres ou des grenouilles... Finalement pourquoi pas les insectes ? Enfin ma génération sera peut être encore tranquille... Mais la
votre ?



Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter