2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 14:41

Souvent, les enfants victimes de harcèlement n'osent pas en parler à leurs parents.

Souvent, les enfants victimes de harcèlement n'osent pas en parler à leurs parents.AFP/MYCHELE DANIAU

 


 

C'était il y a six ans. Elève de quatrième d'un collège très calme de la banlieue de Rouen, Sébastien bégayait un peu. Ce fut assez pour tout déclencher. Au début de l'année, alertés par des moqueries d'adolescents au téléphone, ses parents en parlent au professeur principal. Chacun croit l'affaire close. Par la suite, aucun incident n'est signalé. "Sébastien ne disait rien", rapporte sa mère, Monique Teriac. Mais un jour de mars, le collégien prend un appel sur la ligne fixe du domicile. La communication dure trois minutes, puis il remonte dans sa chambre… et se pend.

Ses parents n'ont alors aucune idée de ce qui a pu se passer, jusqu'à la découverte sur le blog de leur fils d'un message laissé après le drame par un élève. Ils comprennent que Sébastien était persécuté. Une plainte est déposée, d'abord classée sans suite, mais l'enquête révèle peu à peu l'ampleur de ce que le jeune garçon avait subi. Finalement, plusieurs de ses tourmenteurs sont reconnus coupables par un tribunal pour enfants. Les violences physiques n'étaient pas les pires.

"On voulait le pousser à bout", dit sa mère, qui rapporte l'exemple de courriels orduriers envoyés à son fils lors d'un cours de technologie. "Des profs, assure-t-elle, étaient au courant, ils n'ont pas bougé. Si nous avions su, nous aurions pu le changer de collège." Les parents ont attaqué l'Etat devant le tribunal administratif. L'audience a eu lieu le 14 avril, le jugement est en délibéré. "C'est pour que d'autres ne subissent pas la même chose que nous agissons."

 

 

UN "LAXISME AHURISSANT"

Le harcèlement peut donc détruire. Le plus souvent, il ne fait "que" blesser profondément. Laurent, 25 ans, fleuriste, ne veut pas que soit publié son patronyme. "Ça ferait trop plaisir à certaines personnes", dit-il en pensant à ceux qui, il y a bientôt douze ans, l'ont fait souffrir. Alors en quatrième dans un collège du Val-de-Marne, en zone résidentielle, il venait de prendre conscience de son homosexualité et ressentait une attirance envers un autre élève. Il se confie à une amie proche, connue à l'école primaire.

Celle-ci le trahit aussitôt. Quelques jours plus tard, commencent les agressions verbales et physiques. "On fouillait mes affaires, on écrivait sur mes vêtements, on me frappait", raconte-t-il. En s'excusant d'user de mots crus, il ajoute : "Je me faisais choper les couilles dans un couloir au prétexte de voir si j'en avais, j'étais suivi dans la rue avec des phrases obscènes"… Plus que d'homophobie, il s'agissait surtout, selon lui, d'un "rejet de toute différence". A la fin de la quatrième, il ne sortait plus en récréation et ses résultats s'étaient effondrés.

Impossible d'en parler avec ses parents ignorant son homosexualité. Pas d'autres interlocuteurs. "Les profs étaient d'un laxisme ahurissant, j'en veux beaucoup au corps enseignant", dit-il. Finalement, Laurent a redoublé et poursuivi sa scolarité dans le même collège, où sa situation s'est progressivement améliorée. "J'étais avec des élèves plus jeunes. Je me suis fait oublier, je me suis blindé, aussi. C'est après que j'ai eu une dépression. Ça m'a laissé une fragilité."

 

 

"NE SURTOUT PAS EN PARLER"

Aurélie Piaud, 27 ans aujourd'hui, a été harcelée dès les petites classes. L'élément déclencheur est souvent dérisoire : pour elle, c'était l'habillement. "Ma famille n'avait pas beaucoup de moyens, on s'habillait au Secours catholique." A l'école primaire, elle était la cible d'attaques verbales. A son entrée en sixième, dans un collège public d'Eure-et-Loir, le phénomène passe au stade supérieur : elle prend des coups.

Le stress et l'anxiété lui font déclarer une épilepsie dont elle a une première crise en classe. Ses bourreaux se déchaînent en imitant ses convulsions. Un jour, elle est mise à nu dans un car scolaire : zéro réaction du côté de l'encadrement de son établissement. "Il ne s'était rien passé, il ne fallait surtout pas en parler", dit-elle. La plupart des ex-harcelés ne pardonnent pas aux adultes qui n'ont pas su les protéger. Même s'ils se rappellent aussi, selon un schéma classique de culpabilité, avoir tout fait pour cacher leur malheur.

C'est au lycée, après avoir failli "sauter à la gorge" d'une persécutrice, qu'Aurélie a "cessé de se laisser faire". Elle témoigne d'une voix claire et énergique, comme une personne définitivement tirée d'affaire et surtout préoccupée d'éviter que "ça continue" pour des élèves d'aujourd'hui. Mais, dit-elle, "ça reste gravé dans ma mémoire, je n'aurai jamais de bons souvenirs d'enfance".

 

 

UNE AIGUILLE DANS LE DOS

Gabriel Gonnet, 57 ans, est l'auteur de Kenny, un film de fiction, réalisé en 2010 avec une classe de seconde du lycée Claude-Bernard, à Paris, qui doit être projeté aux Assises sur le harcèlement organisées par le ministère de l'éducation nationale les 2 et 3 mai. L'histoire d'un lycéen harcelé parce qu'il est roux.

Mais le cinéaste a lui-même été un élève harcelé, verbalement et physiquement, au motif que son apparence était jugée ridiculement hors de la mode. L'affaire a pris des proportions insensées. "Un élève se mettait derrière moi en classe et me plantait une aiguille dans le dos. J'avais très mal mais je ne criais pas car je ne voulais pas que mon cas soit public, je pensais arranger les choses tout seul." Ses bourreaux lui avaient donné un surnom… qu'il refuse de prononcer. "Non, je ne tiens pas à réveiller tout ça…" A quarante-cinq ans de distance, c'est encore douloureux.

 

 

Luc Cédelle

Partager cet article

commentaires

Théo 02/05/2011 16:07


Perso je pense que sa mort ne fait que augmenter la colère de Al-Quäida même si sa mort est une bonne chose mais les infos ont changer as 7H c'etait une opération commando avec des hommes au sol a
11H c'etait les hommes au sol et des hélicos et ce soir sa sera .... au niveau du corps la seul photo c'etait une fausse doncc'est louche tout sa


M.Orain 02/05/2011 16:00



Sans parler de grans speech, ca fait partie des questions à se poser sur la puissance des Etats-Unis. Je l'évoquerai donc ;)



Alex 02/05/2011 15:58


Ben ladden est MORT !!! Il est défigurer et as couler au fond de l'océan ce matin entre 5H et 10H heure francaise vous allez nous faire un speach dessus vu que ont est sur les états-unis
???????????


Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter