1 avril 2015 3 01 /04 /avril /2015 14:33

Les mémoires de la seconde guerre mondiale

 

La mémoire n'est pas l'histoire, elle est une construction, un jugement sur une période historique. C'est un travail rigoureux, scientifique d'historien. Travail qui se heurte souvent à l'émotion de ceux qui ont vécu le conflit. La mémoire peut se perdre, changer, être sélective au fil du temps. Les archives restent et servent d'appui pour reconstruire le passé au-delà de l'affect. Ce travail est nécessaire pour mieux comprendre le présent.

 

I - 1945-69: Les mémoires immédiates

Passé les premiers procès expéditifs et les abus de la libération (femmes tondues) la théorie du glaive (De Gaulle, attaque l'Allemagne) et du bouclier (Pétain protège de l'Allemagne en collaborant) va dominer. Cette thèse est notamment soutenu par Aron dans son "histoire de Vichy" en 1954.

La République entretient un rapport ambigu avec Pétain (exilé à l'île d'Yeu, tombe fleurie par François Mitterrand en hommage au vainqueur de Verdun pendant la 1ère GM). La République est considérée comme innocente alors qu'elle a accordé les pleins pouvoirs à Pétain. Il y a une réelle volonté de ne pas assumer les actes de collaboration.

L'oubli (juif, tziganes, homosexuels, témoins de Jéhova, malgré-nous) et la réconciliation (collaborateurs graciés) nationale passe avant la vérité historiqueAnnette Wierworska évoque alors le 'Grand silence" de cette période. 

Cet oubli passe par une loi d'amnistie (1947, 51, 53), la fermeture des archives voire la censure (ex: les gendarmes français censurés dans "Nuit et Brouillard" en 1955).

Dans le même temps on met en avant la résistance (ex "Bataille du rail" en 1946), ce "résistencialisme" (Henry Rousseau) permet de laisser croire que tous les citoyens ont été résistants et héroïques en dépit des faits avérés (ex: lettres de dénonciations pendant l'occupation). Cette histoire est notamment récupérée par le parti communiste ("parti des 75 000 fusillés). Le discours de Malraux pour l'entrée de Jean Moulin au Panthéon en 1964 marque l'apogée de cette vision historique d'union nationale. Pourtant le procès d'Eichmann (1961-62) montrait une évolution réelle du traitement de la mémoire à l'étranger. 

 

II - 1969-1995: Le tournant mémoriel

La mort du général De Gaulle (1969)  puis de Pompidou (1974) va permettre de faire évoluer les mentalités. 

Les travaux des historiens étrangers vont aussi bouleverser l'ordre établi. "La France de Vichy" notamment de R.Paxton met fin au mythe du "bouclier" Pétainiste grâce aux archives Françaises et Allemandes. Il démontre que la politique de Pétain qui allait au-delà des demandes des All. (ex: déportation des enfants juifs, rafle du Vel d'hiv etc.). Le caractère fasciste du régime de Vichy est mis en avant ("un passé qui ne passe pas" par H.Rousso et Eric Conan).

Le cinéma n'est pas absent de cette remise en cause: Le chagrin et la pitié (1971), Lacombe Lucien (1974)( Holocauste (1979), Shoah (1985). 

Cette évolution de la société va entraîner une évolution judiciaire. Les crimes contre l'humanité deviennent imprescriptibles (1964) puis on condamne le Négationnisme (terme créé par Henry Rousso en 1987 ex: Darquier, Faurisson, Rassinier) par la loi Gayssot de 1990, première loi mémorielle. A travers le négationisme c'est le révisionisme (réécriture de l'histoire à l'opposé des faits) qui est condamné. 

On se met (enfin) à rechercher les criminels de guerre (notamment avec l'aide des époux Klarsfeld). Ainsi Paul Touvier caché pendant 20 ans par l'Eglise et gracié (en 1971 par Pompidou) va être arrêté  en 1989, jugé et condamné en 1994 (il mourra en 1996 en prison). On peut citer aussi Klaus Barbie ou encore Papon (pourtant ancien Préfet de Police sous le Général De Gaulle). Tous arrêtés, condamnés et emprisonnés.

Le procès de Klaus Barbie (en 1987) est alors filmé pour en conserver une mémoire historique (fait exceptionnel car il est habituellement interdit de filmer dans un tribunal). Les historiens jouent alors le rôle d'experts.

Néanmoins le rôle ambigu joué par François Mitterrand pendant le conflit (collaborateur puis résistant) sera un frein à l'organisation du procès de René Bousquet (responsable de la rafle du Vel'dhiv)  qui sera assassiné (1993) avant d'avoir pû être jugé. 

Il faudra attendre Jacques Chirac (qui n'est pas de la même génération) pour que la France assume la responsabilité de la collaboration pendant la guerre. Certains l'accuseront de faire acte de repetance déplacé.

 

Conclusion: Aujourd'hui, l'acceptation de l'histoire

L'histoire aujourd'hui est apaisée par l'éloignement du conflit. Des recherches tardives essaient de redonner les biens spoliés aux ayant-droits. On réhabilite des personnalités diffamées (comme Jean Zay).

Les mémoires oubliées réemergent comme celles des malgré-nous, des troupes indigènes (film en 2006) ou encore du Service du Travail Obligatoire (STO), considérés désormais comme victimes et non plus comme collaborateurs. A l'inverse les exactions des troupes américaines (viols des femmes pendant le débarquement) commencent à être évoquées.

Le mémorial de la Shoah (inauguré à Paris en 2005) n'oublie pas de mentionner les autres génocides (Rwanda notamment) pour devenir un symbole qui va au-delà du martyr juif.

Néanmoins aujourd'hui les tziganes, homosexuels ou handicapés sont régulièrement les grands oubliés des commémorations. Autre facteur d'inquiétude la possible récupération / instrumentalisation politique des victimes du conflit (extrême-droite avec les écrits récents de Zemmour sur Pétain mais aussi la volonté d'imposer la lecture de la lettre de Guy Moquet par le Président Sarkozy par exemple).

 

Partager cet article

commentaires

9 13/06/2016 23:02

Bonjour, c est une tres belle et intéressante composition et je voulais juste savoir si on pouvais l apprendre pour le bac d histoire en quise de cours ou nn svp ? Merci d'avance

M.Orain 13/06/2016 23:04

Je suis pas fan du par coeur mais c'est possible

tantamin 29/04/2015 23:26

merci c'est tres bien

Tantamin 14/06/2016 15:45

Donc si j apprend votre compo par coeur et que je la resort dans ma copie de bac ce n est pas considéré comme de la triche ?

M. Orain 14/06/2016 15:36

Non, sauf si on recopie. On a le droit d'apprendre par coeur par contre ;-)

M. Orain 14/06/2016 15:36

Si on regarde son portable pour recopier oui. Si on apprend par coeur une compo non. Mais il est toujours mieux d'écrire soi-même car on exprime mieux ce que l'on comprend. ;-)

Tantamin 14/06/2016 14:37

Je rebondit sur le commentaire de "A" m.Orain pouvait vous me dire vous qui ete prof je m en doute si cela est considéré mal et comme de la triche de recopier cette composition au bac car pour moi il me semble que oui ? Merci M.Orain de votre temps

A 14/06/2016 14:27

Oui totalement mais si on apprend pour le bac cela peut etre considéré comme de la triche meme si ce n est pas le cas ?

Présentation

  • : Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • Le cartable de M.Orain (Lycée Villon Beaugency)
  • : Ce site est un cartable virtuel avec des cours, des exercices et leurs corrigés de collège et lycée. Vous y trouverez des corrigés de sujet de Brevet/Bacs et des articles traitant de l'actualité.
  • Contact

  • M. Orain

Provenance des visiteurs

 

Vous voulez aider ce site ?

Merci !

 

free counters

Locations of visitors to this page

 


compteur

  enseignement secondaire
compteur

Recherche

Fond sonore

Nombre de visiteurs en temps réel

Tweeter